2ième Dimanche du Temps Ordinaire – par le Diacre Jacques FOURNIER (Jean 1, 35-42)

 » Que cherchez-vous ? « 

(Jean 1, 35-42)…

En ce temps-là, Jean le Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.
Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. »
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus.
Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ? »
Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi).
André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.
Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ.
André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre.

Jean-Baptiste, avec deux de ses disciples, regarde Jésus qui passe tout près d’eux… Il va alors poser sur lui un regard de foi, un regard qui l’implique tout entier, « corps, âme et esprit » (1Th 5,23)… Et qui regarde-t-il ainsi ? Jésus, le Fils Unique qui « a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait homme »… « Né du Père avant tous les siècles, il est Dieu né de Dieu, Lumière née de la Lumière » (Crédo). Il est cette « Lumière véritable qui éclaire tout homme » (Jn 1,9 ; 1Jn 1,5), qui se donne à tout homme… « Moi, Lumière, je suis venu dans le monde pour que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres, mais ait la Lumière de la Vie » (Jn 12,46 et 8,12). Sa Lumière illumine donc le cœur grand ouvert de Jean-Baptiste. Or, « par ta Lumière », nous dit le Psalmiste, « nous voyons la Lumière » (Ps 36,10). Grâce à elle, «  les yeux de son cœur sont illuminés » (Ep 1,17-18) et peuvent percevoir l’invisible : Jésus est « le Seigneur de la Gloire » (1Co 2,8), « l’Astre d’en Haut venu nous visiter dans les entrailles de Miséricorde de notre Dieu pour donner à » tous les hommes qui accepteront de l’accueillir de « connaître le salut par la rémission de leurs péchés » (Lc 1,76-79). Comme le déclare Jean-Baptiste, il est « l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jn 1,29)…

            Les deux disciples entendent cette Parole de Vérité à laquelle se joint toujours le témoignage silencieux mais doux et joyeux de l’Esprit de Vérité (Jn 15,26). Ils sont de bonne volonté, leur cœur est grand ouvert, ils accueillent cette « Joie de l’Esprit » (1Th 1,6) et se mettent à suivre Jésus… Pour l’instant, ils ne le voient que de dos, mais soudain, il se retourne : ils peuvent voir « sa face »… Or, dans la Bible, lorsque Dieu « montre sa face », il se révèle, il se dévoile, il se manifeste (Ps 4,7 ; 16,11 ; 17,15 ; 21,7…). Après Jean Baptiste, le Mystère du Fils Unique, « Lumière du monde » (Jn 8,12), s’offre donc à eux aussi au regard de leur foi. Mais est-ce bien Lui qu’ils cherchent ? « Que cherchez-vous » ? leur demande Jésus… « Maître, où demeures-tu ? ». Oui, c’est bien Lui qu’ils cherchent… Alors, « venez et vous verrez »…

            Or « venir à » Jésus prend souvent en St Jean le sens de « croire en lui » comme le suggère ce parallèle : « Je Suis le pain de vie. Qui vient à moi n’aura jamais faim ; qui croit en moi n’aura jamais soif » (Jn 6,35). « Ils vinrent donc », ils crurent, « et ils virent où il demeurait ». Mais où demeure Jésus ? Dans « la Maison du Père » qui est Mystère de Communion avec le Père dans l’unité d’un même Amour (1Jn 4,8.16), d’un même Esprit (Jn 4,24), d’une même Lumière (1Jn 1,5)… Puisqu’ils ont cru, et donc accueilli ce Don que l’Amour ne cesse de faire de lui-même, l’Esprit de Lumière leur a permis de reconnaître l’invisible. Ils sont donc déjà, dans la foi et par leur foi, en communion avec Lui dans « l’unité de l’Esprit » (Ep 4,3), et c’est là qu’ils décident de « demeurer auprès de lui ce jour‑là ». Heureux sont-ils, car « le fruit de l’Esprit est amour, joie, paix » (Ga 5,22)…                                                                                                                      DJF

 

           

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top