Solennité de Tous les saints – par Père Rodolphe EMARD

Homélie :

Lectures : Ap 7, 2-4. 9-14 ; 1 Jn 3, 1-3 ; Mt 5, 1-12a.

 

Chaque année, la liturgie nous offre l’occasion de célébrer tous ceux et celles qui nous ont précédés sur cette terre et que nous considérons comme des saints dans « la cité du ciel, notre mère la Jérusalem d’en haut »[1]. Les textes bibliques présentent très bien ce qu’est cette solennité de tous les saints qu’on nomme aussi la communion des saints.

Dans la première lecture, les saints sont cette « foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. » Ils se tiennent « debout devant le Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main. », pour reprendre les mots du texte.

Il s’agit d’une foule universelle, une assemblée de saints de partout et de toujours, connus et inconnus et qui se tiennent devant l’Agneau, le Christ. Ils sont « vêtus de robes blanches » : ils dans la pleine lumière de Dieu, dans sa gloire éternelle, totalement purifiés du péché… Ils sont « avec des palmes à la main », symbole de la victoire.

Jean dans sa vision rappelle un point majeur : ces saints « viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau. » Ce qui nous rappelle un point majeur frères et sœurs, les saints sont ceux et celles que Jésus a sauvés par sa mort et Résurrection. Ceux et celles qui se sont remis à lui et qui ont pris au sérieux sa Parole. Ceux et celles qui ont persévéré dans le combat chrétien…

Saint Jean rappelle dans la deuxième lecture que « nous sommes enfants de Dieu » et en même temps, il annonce une folle espérance : « nous lui serons semblables [à Dieu] car nous le verrons tel qu’il est. » Les saints ont pris au sérieux leur dignité d’enfant de Dieu reçu dans le Baptême et ils ont vécu fermement dans cette espérance d’être un jour semblables à Dieu et de le voir tel qu’il est.

Dans l’Évangile, nous avons les neuf béatitudes de Jésus : « Heureux… » Les saints sont ces bienheureux qui ont vécu réellement ces béatitudes. Ces saints ont fait le choix de la charité, celui d’aimer les pauvres et ceux qui souffrent. Ils ont également revêtu la douceur et la miséricorde. De même, ils ont opté pour un cœur pur. Ils ont été encore des artisans de paix et de justice. Et les saints ont su tenir bon dans les épreuves et les persécutions et face aux insultes, au nom de leur foi en Jésus-Christ.

Cette solennité de tous les saints nous invite à purifier certaines fausses pensées populaires. Les saints sont sauvés de Jésus-Christ, ils guideront toujours et uniquement vers Jésus-Christ : ils se tiennent « devant l’Agneau ». Ils sont entièrement purifiés du péché, en aucun cas, ils ne peuvent attribuer le mal. Ce qu’ils sont, ils le doivent au Christ !

Les saints sont vénérés dans la tradition de l’Église comme des intercesseurs auprès du Christ. Ils nous sont solidaires ! Ils sont des aides fraternelles précieuses dans notre vie de foi. Et leurs témoignages de vie nous stimulent, ils nous montrent la route à suivre pour atteindre la cité du ciel. Ils sont les mieux placés parce qu’ils ont suivi cette route et parce qu’ils sont parvenus au terme de cette route.

N’oublions pas cet essentiel : les saints nous tournent toujours vers le Christ ressuscité. Il nous arrive parfois de dire que : « Tel saint m’a exaucé ». Il serait plus juste de dire : « Le Christ m’a exaucé par l’intercession de tel saint… »

Cette solennité nous rappelle aussi que notre destinée c’est de rejoindre la communion des saints. Le risque serait de croire que la sainteté est seulement réservée à des êtres exceptionnels et l’affaire d’une autre vie. Chacun de nous est appelé à vivre la sainteté.

 

C’est dans notre histoire humaine que les saints ont vécu pleinement l’Évangile. Il me semble que les saints nous invitent à deux actions dans notre contexte d’aujourd’hui :

 

  • Que nous prenions au sérieux cet appel à la sainteté, pour aujourd’hui ! Cela a réellement commencé pour nous depuis notre Baptême… C’est bien aujourd’hui qu’il faut se décider pour le Christ et son É Les béatitudes forment la « carte d’identité » du chrétien.

  • Que nous puissions aussi percevoir les signes de sainteté en ce monde. Le monde entier est terriblement touché par la Covid-19. La France vit des heures sombres… L’actualité pointe beaucoup les points noirs, tout ce qui ne va pas. Mais que cela ne nous empêche pas de percevoir les signes de sainteté que l’Esprit-Saint sème dans ce monde ébranlé.

Le pape François nous invite à découvrir la sainteté “de la porte d’à côté”, ceux de nos quartiers, ceux qui vivent concrètement leur Baptême, là où ils sont insérés, et ne soyons pas trop vite pessimistes, ils sont plus nombreux que nous croyons. Nous pensons plus particulièrement au personnel soignant. 

Que tous les saints intercèdent pour nous. Ils nous rappellent que la sainteté est le plus beau visage de l’Église. Que les saints nous obtiennent une plus vive espérance en ce monde, qu’un jour, nous aussi, nous verrons Dieu tel qu’il est. Je termine en reprenant la prière d’ouverture de la messe : « Dieu éternel et tout puissant, tu nous donnes de célébrer dans une même fête la sainteté de tous les élus ; puisqu’une telle multitude intercède pour nous, réponds à nos désirs, accorde-nous largement tes grâces. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur ».  Amen.

 Père Rodolphe Emard.

 

[1] Cf. Préface.

 

 

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top