14ième Dimanche du Temps Ordinaire – par Père Rodolphe EMARD

LECTURES : Ez 2, 2-5 ; 2 Co 12, 7-10 ; Mc 6, 1-6

Frères et sœurs, les lectures de ce 14ème dimanche nous donnent clairement de méditer sur la vocation spécifique et difficile du prophète.

Trois figures bibliques

Dans la Bible, le prophète est choisi par Dieu, il est le porte-parole de Dieu. Cependant, les prophètes sont souvent méprisés, mal accueillis et non-écoutés. Les trois lectures présentent trois grands prophètes qui l’illustrent bien. Les trois vont se butter à l’endurcissement des cœurs…

  • Ézéchiel : Dieu lui annonce d’emblée la difficile mission qui lui est confiée : « Je t’envoie vers les fils d’Israël, vers une nation rebelle qui s’est révoltée contre moi. »

  • Paul fait écho aux multiples difficultés rencontrées dans son ministère d’apôtre : « les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. »

Paul admettra aussi ses faiblesses, cette « écharde » dans sa « chair » contre laquelle il doit lutter. Nous ignorons quelle est la véritable nature de cette écharde, Paul évoque « un envoyé de Satan » ; entendons par-là un combat à mener.

  • Jésus, à Nazareth, ne peut opérer aucun miracle. Nazareth étant « son lieu d’origine », il y aurait dû avoir un succès mais en vain. Jésus s’étonne de ce manque de foi : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. »

Face à ce constat, on pourrait se demander comment ont pu tenir ces prophètes ? Les lectures nous donnent des précisions :

  • Ézéchiel est porté par la force de Dieu. Il annoncera la Parole de Dieu envers et contre tous : « ‘Ainsi parle le Seigneur Dieu…’ Alors, qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas – c’est une engeance de rebelles ! – ils sauront qu’il y a un prophète au milieu d’eux. »

Ézéchiel nous apprend une chose : peu importe le résultat, que la Parole de Dieu soit accueillie ou non, ce qui compte c’est qu’elle soit annoncée !

 

  • Paul est l’exemple concret de celui, qui au cœur de sa faiblesse, a su se remettre complètement à Dieu. Il reconnaît humblement sa faiblesse et va s’ouvrir à la grâce de Dieu, selon sa Parole : « Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » Paul met totalement sa confiance en Dieu !

Au cœur de sa faiblesse, la force de Dieu va prendre le relais et lui permettre de tenir debout pour annoncer l’Évangile du Christ : « Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. »

  • Jésus est porté par le feu de la Bonne-Nouvelle du Royaume de Dieu. Il ne va pas se décourager. Puisqu’à Nazareth la foi n’est pas au rendez-vous, il va aller aux villages d’alentours qui seront plus réceptifs à son enseignement.

Rien n’empêchera la Parole de Dieu de se répandre !

 Que retenir pour nous aujourd’hui ?

Le Baptême fait de nous un peuple de prophètes. La Confirmation fait de nous des témoins du Christ, en paroles et en actes… Certes, il est difficile en 2021 d’être prophète ! Le contexte socio-culturel est marqué par une baisse de la pratique religieuse. Certaines personnes qui se disent même sans croyance…

Le contexte sanitaire encore tendu ne nous porte pas toujours. Il y a aussi la reconnaissance de nos propres faiblesses qui sert souvent d’échappatoire pour ne pas s’engager au service de la communauté : « Mi gain pas faire ça moin ! » Le découragement pourrait nous guetter…

Les prophètes nous invitent à adopter des attitudes :

  • Miser une plus grande confiance en Dieu. Il a promis sa présence et son assistance. Osons plus de foi en sa parole : « Ma grâce te suffit ! »

  • Comme Paul, reconnaître humblement nos faiblesses pour mieux nous ouvrir à la grâce de Dieu. Si cela a fonctionné pour Paul, pourquoi pas pour nous ? Mais à condition d’être patient et de renoncer à ce « Tout, tout de suite ! » Au cœur de nos faiblesses, Dieu peut nous apporter sa force pour rebondir, à condition encore de l’invoquer avec confiance.

  • Consentir que notre mission ne consiste pas à faire croire mais à annoncer le Christ sauveur. Ne cherchons pas de résultats, cela ne nous appartient pas.

  • Être enfin des passionnés de la Parole de Dieu qui doit être annoncée malgré les rejets que nous pouvons subir !

Que le Seigneur nous donne de mieux méditer sur ces attitudes. C’est ce que nous demandons au cours de cette Eucharistie.

Osons mieux vivre durant ces vacances notre vocation de prophète, de disciple-missionnaire à l’appel du pape François. Confions au Seigneur nos faiblesses, que sa grâce nous soutienne et nous relève : « Ma grâce te suffit ! » Amen.

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top