32ième Dimanche du Temps Ordinaire – par Claude WON FAH HIN

Homélie du samedi 7/11/20 et dimanche 8/11/20

32e dimanche ordinaire – Année A

Sagesse 6 12–16 ;  1Thessaloniciens 4 13–18 ;  Matthieu 25 1–13

« Il en sera du Royaume des Cieux comme de dix vierges qui s’en allèrent, munies de leurs lampes, à la rencontre de l’époux », ainsi commence la parabole dans la Bible de Jérusalem. La Bible Osty, elle, commence ainsi « le Royaume des Cieux ressemblera à dix jeunes filles qui, prenant leurs lampes, sortirent au-devant de l’époux ». Comparer le Royaume des Cieux à dix vierges qui vont à la rencontre de l’époux, c’est une manière de nous faire comprendre que le Royaume des Cieux commence bien sur terre. C’est dans cette manière d’être d’aller à la rencontre de l’époux, c’est-à-dire du Christ, dans notre vie quotidienne que se bâtit le Royaume de Dieu. Et bâtir ce Royaume, c’est difficile pour beaucoup d’entre nous, parce que nous avons nos faiblesses, nos défauts, nos découragements, mais surtout le manque de volonté ou encore l’ignorance des choses spirituelles, et puis comme diraient les plus récalcitrants, « on n’a pas que cela à faire ». Alors, on fait comme on peut, on essaie de suivre tant bien que mal le chemin tracé par Jésus. Cette parabole s’adresse surtout à ceux qui suivent le Christ, et en premier lieu, aux chrétiens qui font sincèrement de leur mieux mais qui se trompent en pensant qu’ils le font de bonne manière. Ce n’est pas parce qu’on essaie de faire de son mieux qu’il faut avoir la conscience tranquille en se disant qu’ainsi, on aura assuré parce qu’on prie beaucoup, parce qu’on vient à la messe, parce qu’on fait le rosaire, parce qu’on lit la Bible. Et lorsque l’on regarde les choses de plus près, on s’aperçoit que bien des choses, en réalité, peuvent ne pas plaire à Dieu. Prenons l’exemple de la messe. Que font, en général, les chrétiens quand ils viennent à la messe ? Quand on va rencontrer un personnage important, on se prépare à le recevoir avec toute la dignité due à son rang. Certaines personnes arrivent assez tôt à l’église, une heure ou trente minutes avant le début de la messe, ce qui leur permet de se préparer intérieurement à rencontrer ou à recevoir en leur cœur la Sainte Trinité, c’est le recueillement et c’est très bien. Mais il arrive que certaines personnes entrent dans l’église sans faire un signe de croix, sans génuflexion, sans prière et vont directement s’asseoir sur les bancs. Elles donnent l’impression de venir assister à un spectacle. Tout cela, c’est déjà de l’imprévoyance comme nous le raconte la parabole des dix vierges. D’autres personnes attendent la dernière seconde pour se mettre dans les bancs. Jésus dit alors à Catalina, une Bolivienne qui a reçu les stigmates du Christ en 1994 : « Tu arrives à la dernière minute quand la procession du célébrant est déjà en route pour célébrer la messe… et tu vas participer sans t’être préparée… ».

Et la Sainte Vierge Marie lui dit également : « Pourquoi devez-vous tous arriver à la dernière minute : tu aurais dû arriver plus tôt pour être capable de prier et demander au Seigneur d’envoyer son Esprit Saint pour qu’Il t’accorde un esprit de paix et te purifie de l’esprit du monde, de tes préoccupations, tes problèmes et tes distractions afin de te permettre de vivre ce moment si sacré. Pourtant, tu arrives presqu’au moment où la célébration est sur le point de commencer et tu participes comme s’il s’agissait d’un événement ordinaire, sans aucune préparation spirituelle. Pourquoi ? C’est ici le plus grand des Miracles. Tu vas vivre le moment où le Dieu Très Haut donne son plus grand cadeau et tu ne sais pas comment l’apprécier ». Au lieu de bavarder en attendant le début de la messe, il est donc recommandé de prier le Seigneur de nous envoyer son Esprit Saint afin que nous soyons purifier de l’esprit du monde.  Certaines personnes arrivent parfois très en retard, par exemple au moment de l’homélie ou même après. A ce moment, elles auront alors manqué le pardon de Dieu, l’enseignement donné par la lecture de la Parole, l’homélie du prêtre. Elles n’auront donc rien entendu de ce que Dieu nous dit à travers sa Parole. Non seulement, il y a des retardataires mais en plus il y en a qui quittent l’église avant la fin de la messe. Ils communient et direction directe en dehors de l’église. Alors que Catalina nous dit (P.48-49) : « Jésus me demande de rester avec Lui quelques minutes après la fin de la Messe : « Ne vous hâtez pas de partir lorsque la Messe est terminée. Restez quelques instants en ma compagnie, profitez-en et laissez-moi profiter de la vôtre ».  – Au moment de l’homélie, pour nombre de personnes c’est davantage un moment de repos que d’écoute de la parole de Dieu. « Dis au Seigneur, nous dit la Sainte Vierge, que tu es ici pour l’écouter, que tu veux qu’Il parle à ton cœur aujourd’hui » et Notre Dame continue : « Je veux que tu portes attention aux lectures et à toute l’homélie du prêtre. Souviens-toi que la Bible dit que la Parole ne revient pas sans avoir porté des fruits. Si tu portes attention, quelque chose de tout ce que tu as entendu restera en toi. Tout au long du jour, tu devrais essayer de te rappeler ces mots qui t’auraient particulièrement frappée. Parfois, ce peut être deux versets. D’autres fois, la lecture de tout l’Evangile ou peut-être seulement un mot. Savoure-les tout au long de la journée et ils feront ainsi partie de toi, car c’est ainsi que l’on arrive à changer sa vie, en permettant à la Parole de Dieu de te transformer ».

C’est parce qu’on ignore toutes ces petites choses spirituelles que nous devenons comme les cinq vierges folles, des imprévoyants, des inconscients, des négligents, des insensés. – Au moment de la Consécration, Catalina nous dit : « Cela me peine de vous dire que plusieurs hommes ou femmes, se tiennent debout, les bras croisés, comme s’ils rendaient au Seigneur comme étant égal à eux. La Vierge Marie dit à Catalina : « Dis aux gens qu’un homme n’est jamais autant homme que lorsqu’il s’agenouille devant Dieu ». Saint Paul lui-même nous dit (Ep 3,14) : « je fléchis les genoux en présence du Père » ; Rm 11,14 : « Par ma vie, dit le Seigneur, tout genou devant moi fléchira ». Peut-être peut-on faire exception pour des gens qui ont très mal aux genoux ou des personnes très âgées qui sont réellement dans l’impossibilité de le faire et d’autres pour des raisons de santé. Et puis arrive le moment de la communion, là aussi nous sommes loin d’avoir la bonne attitude. Voici ce que Catalina voit (P.42s) : « Lorsque le prêtre plaça l’hostie sacrée sur la langue d’une dame qui venait de se confesser avant la messe, un flash de lumière, comme une lumière blanche très dorée passa au travers de cette personne, d’abord dans son dos, puis l’entourant à partir du dos, autour des épaules et ensuite la tête. Le Seigneur dit : « C’est ainsi que Je me réjouis d’enlacer une âme qui vient Me recevoir avec une âme propre ». Là aussi les cinq vierges sensées auraient prévu d’avoir une âme pure avant d’aller recevoir l’hostie, ce que ne feront pas les vierges folles. Et après la communion, Catalina raconte : « Quand je suis retournée à ma place, alors que je m’agenouillais, le Seigneur me dit : « Ecoute… ». Un instant plus tard, je commençai à entendre les prières de la dame qui était assise devant moi et qui venait de recevoir la communion. Ce qu’elle dit sans ouvrir la bouche ressemblait à ceci : « Seigneur, souviens-Toi que nous sommes à la fin du mois et que je n’ai pas d’argent pour payer le loyer, les paiements pour la voiture ou l’école des enfants. Il faut que tu fasses quelque chose pour m’aider…Je T’en prie, fais que mon mari arrête de tant boire. Je ne peux plus supporter son intoxication si fréquente et mon plus jeune garçon va recommencer son année encore, si Tu ne viens pas à son aide. Il a des examens cette semaine…Et n’oublie pas notre voisin qui doit déménager. Fais que cela se fasse tout de suite. Je ne peux plus le supporter…etc… ». Jésus me dit d’un ton triste : « As-tu remarqué sa prière ? Elle ne m’a pas remercié une seule fois. Pas une seule fois, elle m’a dit qu’elle M’aimait pour le cadeau je venais de lui faire en abaissant ma divinité jusqu’à sa pauvre humanité pour pouvoir l’élever jusqu’à Moi. Pas une seule fois elle a dit : « Merci Seigneur ». C’était une litanie de requêtes…et ainsi font presque tous ceux qui viennent me recevoir. Je suis mort par amour et Je suis ressuscité, par amour J’attends chacun de vous et par amour Je reste avec vous…Mais vous ne réalisez pas que J’ai besoin de votre amour. Rappelez-vous que je suis le Mendiant d’Amour dans cette heure sublime pour l’âme ». Non seulement, après la communion, certains ne remercient pas le Seigneur, ce qu’on appelle « faire une prière d’action de grâce », c’est-à-dire avoir une attitude de reconnaissance envers Dieu pour le plus beau cadeau qu’Il vient de nous faire en nous donnant son Fils et toutes les grâces reçues, mais vont s’asseoir tranquillement sur leur banc, tandis que d’autres sortent directement de l’église juste après avoir reçu l’hostie. Et ceux ou celles qui ne peuvent communier à l’hostie, ils peuvent avoir ce qu’on appelle la « communion spirituelle » en ayant, dans leur prière, un très grand désir de s’unir au Christ. – Quelle misère de croire que l’on est sauvé parce qu’on assiste à la messe régulièrement, alors qu’on a presque tout faux de A à Z, en arrivant en retard, en quittant la messe juste après la communion ou avant la fin de la messe, en n’écoutant pas la parole de Dieu, en bavardant, ou en se laissant distraire et bien d’autres attitudes qui peuvent déplaire au Seigneur tout au long de la messe…

Il ne s’agit pas d’assister à la messe mais bien de participer à la messe. Il faut « vivre » la messe – et cela se prépare par la prière du lundi au samedi – car la messe est un moment de rencontre avec un personnage très important : Dieu… qui nous offre gratuitement, par sa Miséricorde infinie, la vie éternelle. Et la parabole d’aujourd’hui consiste à dire justement qu’il faut être prêt, à tout moment, pour recevoir le Seigneur qui vient souvent nous visiter à l’improviste. Vient quand Il veut, on doit être prêt à l’accueillir et l’accueillir comme il se doit, comme Seigneur et Dieu : « Mon Seigneur et mon Dieu ».  Et pour cela il faut être prévoyant, ne rien oublier car chaque rendez-vous avec Dieu est important : que ce soit les différentes célébrations liturgiques, les sacrements, la lecture de la Parole de Dieu, les temps de prière ou les rencontres diverses qu’on peut avoir avec les gens. La vie entière est prière et pour être prêt, il faut vivre notre vie entière comme un long temps de prière permanente, ou prière continuelle. Ce qui nous permet d’être vigilant à chaque instant de notre vie et malgré tout, nous aurons encore des faiblesses à découvrir et à remédier. La vigilance doit être de chaque instant. Et c’est ainsi que se bâtit, à chaque instant de la vie, le Royaume de Dieu sur terre. Chaque chrétien doit faire des efforts pour se tourner constamment vers le Christ sans qui nous ne pouvons absolument rien. Une fois tourné vers le Christ, c’est Lui qui fera le reste. En cette période de pandémie avec la Covid 19, on ne peut rien trouver de mieux pour éviter le stress que de se réfugier constamment dans le Christ et rester dans les bras de notre Sainte Mère, Marie. Si la porte du Royaume se ferme, c’est nous-mêmes qui la fermons à cause de nos propres bêtises et nos manques de vigilance en préférant d’autre remède que le Christ lui-même. C’est pour cela qu’il nous faut veiller, car nous ne savons ni le jour, ni l’heure. Et c’est la Vierge Marie, qui nous aime tant, qui nous apprend tout cela par Catalina. Merci Marie de mieux nous faire comprendre ce que le Christ attend de nous : être comme les vierges sensées capables d’attendre la venue du Fils de Dieu à tout moment.

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top