21ième Dimanche du Temps Ordinaire – par Francis COUSIN (St Luc 13, 22-30)

 « Efforcez-vous d’entrer

par la porte étroite. »

 

« Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? »

C’est la question qui hantait déjà les gens qui entendaient Jésus … et qui hante encore un certain nombre de personnes. Certains ont peur de ne pas être dans le groupe des sauvés … et certaines sectes en rajoutent en disant qu’il n’y aura que 144 000 sauvés …

D’autres, au contraire, pense qu’il ne faut pas s’en faire, car Jésus va sauver tous les humains, et donc, « On ira tous au Paradis » comme le chantait Michel Polnareff, ou comme le disaient d’autres film ou comédie musicale …

Bien sûr, c’est le but de Jésus, que « tous les hommes soient sauvés », il est venu sur la terre pour cela, et c’est son désir le plus cher. Encore faut-il que les humains répondent à sa Parole.

Dans un autre passage d’évangile, Jésus parle aussi de porte : « Amen, amen, je vous le dis : Moi, je suis la porte des brebis. (…) Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. » (Jn 10,7.9), et il le dit bien : il faut passer par lui, par sa Parole, suivre son enseignement.

Jésus est la porte. Il est aussi « le chemin » qui mène à la porte, et il est « la vie » pour ceux qui arrivent à trouver la porte et la passer avec lui. Car il ajoute : « personne ne va vers le Père sans passer par moi. » (Jn 14,6).

Et pour passer la porte avec Jésus, il y a des préalables : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. » (Mc 8,34). On remarquera que c’est ce que nous demandent les trois derniers évangiles que nous avons entendus : ne pas penser qu’à soi, son bien-être, être attentif à la venue du Seigneur, rechercher la véritable richesse, celle ’’d’en haut’’ et non celle de la terre, et suivre en tout les enseignements de Jésus (cf Col 3,1-2.5).

Alors, la porte du paradis est-elle étroite, comme nous le dit Jésus ?

Je ne pense pas, car Dieu ne veut pas que nous n’arrivions pas dans son paradis, au contraire.  Vue du côté de Dieu, la porte est grande ouverte, elle est à la dimension de l’amour qu’il a pour tous les hommes et de sa miséricorde envers eux ; il fait tout pour que nous puissions la passer sans encombre. « Restez enracinés dans l’amour, établis dans l’amour. Ainsi vous serez capables de comprendre avec tous les fidèles quelle est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur… Vous connaîtrez ce qui dépasse toute connaissance : l’amour du Christ. Alors vous serez comblés jusqu’à entrer dans toute la plénitude de Dieu. » (Ep 3,17-19).

Oui, mais rester toujours enracinés dans l’amour, pour nous les hommes, c’est bien difficile. Surtout l’amour, comme Dieu nous aime ! Nous avons une vision de l’amour tellement petite, étroite, par rapport à celle de Dieu, que notre vision de la porte du paradis est pour nous bien étroite.

Avec notre suffisance naturelle et nos rêves de grandeurs, le désir de paraître,

– comment se faire petit face à Dieu, petit face aux autres humains dans lesquels Dieu est présent … ? « Qui s’élève sera abaissé ! » (Lc 14,11)

– comment se faire serviteur de nos frères ? « Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous » (Mc 10,43-44)

            Avec notre attirance pour les biens matériels et le confort qu’ils sont sensés nous apporter,

– comment être reconnu de Dieu ? « Ceux-là ont reçu leur récompense. » (Mt 6,2)

Celui qui se gonfle d’orgueil, celui qui pense d’abord aux biens matériels pour lui, celui-là ne peut pas passer par la porte pourtant grande ouverte, parce qu’il emporte trop de choses avec lui, la porte lui semble trop étroite.

On pourrait même dire que la porte lui semble aussi trop basse. Jésus n’a-t-il pas dit : « Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, celui-là est le plus grand dans le royaume des Cieux. » (Mt 18,3-4)

 Parce que pour passer par la porte du paradis, il ne faut qu’une chose : être en communion avec Dieu : le Père, le Fils et l’Esprit ; Être en communion avec ce qui fait que Dieu est Dieu : l’Amour. Si nous aimons comme Dieu nous aime, nous pourrons passer sans problème la porte, qui ne nous semblera pas du tout étroite, ni trop basse.

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. » (Jn 14,23)

Encore faut-il que nous aimions Dieu, et donc les autres humains, comme lui nous aime.

« Pour les hommes, c’est impossible, mais pour Dieu tout est possible. » (Mt 19,26)

Mettons-nous dans les mains de Dieu, ouvrons-lui notre cœur, alors, avec son aide, la porte ne nous semblera pas étroite.

Seigneur Jésus,

Tu ne réponds pas à la question :

combien seront sauvés ?

mais tu nous invites à tout faire

pour passer par la porte du Royaume des cieux

 qui nous semble étroite, 

parce que nous sommes embarrassés

par notre suffisance,

notre amour des biens matériels.

Fais que nous devenions

amour en réponse à ton amour ;

alors libérés de tout superflu,

nous pourrons passer la porte.

Francis Cousin   

 

  

 Pour accéder à la prière illustrée, cliquer sur le titre suivant;

Prière dim ordinaire C 21°

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top