3ième dimanche de Carême – par Francis COUSIN

Évangile selon saint Jean 2, 13-25

 

« Cessez de faire de la maison de mon Père

une maison de commerce. »

 

Cet épisode bien connu nous montre un aspect de Jésus auquel on ne s’attend pas. Lui qui a dit : « Bienheureux les doux » (Mt 5,5) nous est ici montré un fouet de cordes à la main en train de chasser les marchands de bestiaux et bestioles pour les sacrifices, ainsi que les changeurs de monnaie. Même si ceux-ci se trouvaient dans la première enceinte du Temple, donc loin du saint des saints, et s’ils étaient utiles pour les juifs qui venaient pour la Pâque de tout le bassin méditerranéen, il aurait préféré qu’ils soient à l’extérieur du Temple, reprenant l’oracle de Jérémie : « Temple du Seigneur ! (…) Est-elle à vos yeux une caverne de bandits, cette maison sur laquelle mon nom est invoqué ? » (Jr, 7,4.11).

Mais dans la phrase de Jésus, il y a une partie qui nous semble évidente pour nous maintenant, mais qui passait pour un blasphème aux oreilles des juifs de l’époque : « …de la maison de mon Père… ». Le Temple est la maison de Dieu, et lui dit qu’elle est celle de son Père …

Il se pose ainsi non pas comme un simple prophète, mais comme le Messie car qui pourrait se dire Fils de Dieu sinon lui ? Et son action faisait se souvenir de la prophétie de Zacharie pour la venue du Seigneur : « Il n’y aura plus de marchands dans la maison du Seigneur de l’univers en ce jour-là » (Za 14,21).

On comprend alors la réaction plutôt polie des juifs présents qui lui demandent avec peut-être une pointe de respect « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? ».

Et c’est là qu’arrive l’incompréhension entre Jésus et les juifs. Quand Jésus parle « du sanctuaire de son corps », les juifs pensent aux pierres du bâtiment du Temple.

            Temple                  Sanctuaire

Pierres                     Corps

Son corps qui ressuscitera trois jours après sa mort, mais les juifs pouvaient difficilement le comprendre, même ses disciples qui étaient avec lui, et qui croyaient en lui, ne le comprirent qu’après sa Résurrection.

L’important n’est plus le lieu, mais la foi en Jésus. Ce que Jésus dira un peu après à la Samaritaine : « L’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. L’heure vient …où  les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité. » (Jn 4,21-22).

On va plus loin que la loi qui oblige à venir au Temple. Il ne s’agit plus de prescriptions à respecter, mais d’une manière de vivre qui engage chacun de nous : Voir le Père en Jésus ressuscité, voir Jésus en nous, au profond de notre cœur. Voir Jésus en nous quand nous communions : « Devenez ce que vous recevez » (St Augustin), et saint Paul ajoute : « Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Co 3,16). Avec Jésus, on change de registre :

Loi                      Vie

Et si l’Esprit de Dieu habite en nous, nous devrions pouvoir dire, encore avec saint Paul : « Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi. » (Gal 2,20).

Mais nous en sommes loin pour la plupart d’entre nous.

Profitons de ce carême pour purifier notre relation à Dieu, pour qu’elle soit vraiment une relation en vérité. Pour rencontrer Dieu en nous. Mais aussi pour le rencontrer dans les autres … et ça, ce n’est pas toujours facile …

Pour reconnaître l’action de Jésus dans notre vie (ou quand il n’y est pas), lui qui est le chemin vers le Père. Mais un chemin qui passe par la croix, où Jésus sera la victime en lieu et place des bœufs, des moutons et des colombes. Et un chemin qui passe par nos croix, qu’il nous faut accepter, offrir à Dieu. Nos croix qui nous semblent toujours trop lourdes, surtout si nous voulons les porter seuls, mais qui sont plus légères si nous acceptons que Dieu en porte une partie, « Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » (Mt 11,30).

Seigneur Jésus,

tu as tellement de respect pour ton Père

que tu ne peux accepter tout ce commerce

qui a lieu dans le temple,

dans la maison de ton Père.

Aide-moi à être toujours respectueux

quand j’entre dans la ‘maison de Dieu’,

quand je suis dans une église.

Francis Cousin                      

                     

                       

               

                       

Pour accéder à une prière illustrée, cliquer sur le titre suivant : Prière dim carême B 3° A6

Si vous désirez une illustration du texte d’évangile commenté ce jour cliquer sur le lien suivant : Parole d’évangile semaine 18-09

          

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top