24ième Dimanche du Temps Ordinaire – par Francis COUSIN (St Luc 15, 1-32)

« Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent,

plus que pour quatre-vingt-dix-neuf  justes

qui n’ont pas besoin de repentance. »

« Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour … » (Ps 102,8)

Tous les textes de ce jour ne font que parler de la miséricorde de Dieu, que ce soit vis-à-vis du peuple hébreu qui se prosterne devant un veau d’or, ou vis-à-vis de saint Paul quand il voulait arrêter les disciples de Jésus, et bien sûr dans les trois paraboles que nous propose l’évangile de ce jour.

Trois paraboles qui nous parlent d’un homme, un berger qui part à la recherche d’une brebis perdue sur les cent de son troupeau, d’une femme qui cherche partout sa drachme perdue, d’un père qui retrouve son fils cadet qui s’était égaré sur les chemins de la vie après avoir dépensé tout son héritage. C’est-à-dire que c’est toute l’humanité qui est ici rassemblée : homme, femme, père, fils … ce qui montre bien que tout le monde, de tous âges, est concerné par la miséricorde de Dieu, quel que soit la situation dans laquelle il se trouve.

 Et dans les trois paraboles, cela se terminent toujours par un appel à la joie : la joie de Dieu, mais aussi la joie de tous ceux qui l’entourent, les anges, les saints … et aussi celle de tous les chrétiens qui doivent (qui devraient … ? !) se réjouir de la bonté de Dieu dans toutes les situations …

Reste le fils ainé qui n’accepte pas les réactions de son père, son indulgence, sa miséricorde vis-à-vis de son frère. Il est un peu comme les pharisiens et les scribes qui critiquaient Jésus qui parlait et mangeait avec ceux que eux considéraient comme des impurs, dans leur fidélité à la stricte lettre de la loi de Moïse. C’est d’ailleurs pour eux que Jésus raconta ces paraboles … en leur montrant que même pour eux, le père de famille se déplace, sort de sa maison pour tenter de les amener au pardon des fautes des autres … et à participer à la joie de Dieu …

C’est l’un des points essentiels de cet évangile.

Nous sommes tous concernés par cet aspect-là, de la rigidité vis-à-vis de la faute des autres. À tous, il nous arrive aussi de faire comme les pharisiens et de critiquer ceux qui ont fauté, en confondant la faute et la personne … Untel a fauté, donc il est mauvais ! « Hein, monsieur-là (ou madame-là …), après ça que l’a fait, il ose venir la messe … et en plus il communie ! » … Mais nul ne sait si, comme le fils cadet, celui qu’on appelle « le prodigue », il ne s’est pas remis en cause et s’est retourné vers le Père pour lui dire : « Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi », et a fait la démarche auprès d’un prêtre pour demander le pardon de sa faute …

Tous nous sommes pécheurs, et tous, nous pouvons bénéficier de la miséricorde de Dieu … mais encore faut-il faire la démarche pour demander le pardon de ses péchés …

Tous les jours, nous récitons la prière que Jésus nous a enseigné, le ’’Notre Père’’, et donc tous les jours nous disons : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. » …

Mais est-ce que nous croyons vraiment à ce que nous disons ? …

Il est des moments où il est difficile de dire cette phrase, surtout quand on a parfois, comme ont dit, la ’’rancune tenace’’, et qu’on n’a pas du tout envie de pardonner une chose qu’on nous a faite …

Mais si nous ne pardonnons pas, cela voudrait-il dire que Dieu ne nous pardonnera pas ?

Non ! Cela n’est pas dans la nature de Dieu !

Dieu est tout amour, pardon et miséricorde …

Cela veut dire que, même si cela nous coûte, c’est nous qui devons pardonner !

« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux ».

Alors la joie pourra revenir dans notre cœur !

Seigneur Jésus,

 apprends-nous

à ne pas mépriser les pécheurs,

mais à les regarder

comme toi tu les vois.

Donne-nous d’être auprès d’eux

des témoins de ta miséricorde pour tous.

 Francis Cousin

 

Pour accéder à l’image illustrée, cliquer sur le titre suivant : Image dim ord C 24°

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top