21ieme Dimanche du Temps Ordinaire par le Diacre Jacques FOURNIER

 «Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite.” (Lc 13,22-30)…»  

     Tandis qu’il faisait route vers Jérusalem, Jésus traversait villes et villages en enseignant.
Quelqu’un lui demanda : « Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? » Jésus leur dit :
« Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas.
Lorsque le maître de maison se sera levé pour fermer la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : “Seigneur, ouvre-nous”, il vous répondra : “Je ne sais pas d’où vous êtes.”
Alors vous vous mettrez à dire : “Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places.”
Il vous répondra : “Je ne sais pas d’où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui commettez l’injustice.”
Là, il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous-mêmes, vous serez jetés dehors.
Alors on viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu.
Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »

Mort-la-vie

 

            « Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? », demande-t-on à Jésus ? Du côté de Dieu, la réponse est claire : « Dieu, notre Sauveur, veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité. En effet, il n’y a qu’un seul Dieu, il n’y a qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous » (1Tm 2,3‑6). Comme le chante la Vierge Marie, l’infini de la Miséricorde de Dieu est Toute Puissante (Lc 1,49-50). « On pourrait croire que c’est parce que je n’ai pas péché que j’ai une confiance si grande dans le bon Dieu. Dites bien, ma Mère, que si j’avais commis tous les crimes possibles, j’aurais toujours la même confiance, je sens que toute cette multitude d’offenses serait comme une goutte d’eau jetée dans un brasier ardent » (Ste Thérèse de Lisieux).

            Mais le croyons-nous vraiment ? Ce Trésor du « Père des Miséricordes » (2Co 1,3), infini en son Amour, est offert dès maintenant à notre foi. Osons-nous croire qu’il en est réellement ainsi ? La Foi est la réponse de l’homme à Dieu qui se révèle, et cette réponse ne peut que l’engager tout entier dans une démarche de repentir sincère, qui sera offrande à Dieu, en toute vérité, de tout ce qui, dans sa vie, porte la trace du mal… Si nous consentons à cette démarche, en toute liberté, alors Dieu qui de son côté l’attend, l’espère, la désire de tout son être, enlèvera vite toute trace du mal pour nous donner en retour la Plénitude de sa Vie. « Le Christ est Sauveur, sa mission est de pardonner… Il n’y a qu’un mouvement au cœur du Christ : effacer le péché et emmener l’âme à Dieu » (Elisabeth de la Trinité).

            Alors, il s’agit de « lutter », jour après jour, avec sa Force même, appuyés sur sa Miséricorde toujours prête à nous venir en aide, pour dire « non » à tout ce qui, en nous, s’oppose à lui… Par nos propres forces, c’est impossible. « Voyez les petits enfants: ils ne cessent de casser, de déchirer, de tomber, tout en aimant beaucoup, beaucoup leurs parents. Quand je tombe ainsi, cela me fait voir encore plus mon néant et je me dis: Qu’est-ce que je ferais, qu’est-ce que je deviendrais, si je m’appuyais sur mes propres forces?!… Je comprends très bien que St Pierre soit tombé. Ce pauvre Saint Pierre, il s’appuyait sur lui-même au lieu de s’appuyer uniquement sur la force du bon Dieu » (Ste Thérèse de Lisieux, Carnet Jaune).

            Dans notre Evangile, certains frappent à la porte du ciel, mais elle ne s’ouvre pas… « Seigneur, nous avons mangé et bu devant toi, tu as enseigné sur nos places ». Mais de cœur, ils étaient toujours attachés au mal, refusant de se convertir. « Eloignez-vous de moi vous tous qui commettez l’injustice ». Mais ce langage est pédagogique. Ce n’est pas Dieu qui chasse qui que ce soit, Lui qui ne poursuit que le bien de tous les hommes qu’il aime. C’est l’homme qui, en commettant l’injustice, s’éloigne lui-même de Dieu. Alors, quel sera notre choix ? DJF

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top