2ième Dimanche de Pâques – Dimanche de la Miséricorde par le Diacre Jacques FOURNIER

 « Vivre du Ressuscité »

(Jn 20,19-31)  

 

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.
À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »
Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »
Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.
Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

          

                   Cette manifestation du Ressuscité s’adresse ici à tous les disciples, c’est-à-dire à toute l’Eglise, et donc à travers eux, à chacun d’entre nous…

            Jésus accomplit ici ses promesses… Il avait dit : « Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai vers vous »… Ici, « Jésus vint »… Il avait encore dit : « D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus. Mais vous, vous verrez que je vis et vous aussi, vous vivrez » (Jn 14,18-23). Ici, « il leur montra ses mains et son côté », une expérience fondatrice qui lancera l’Eglise sur les chemins de la mission universelle. Mais si nous, nous ne les avons pas vus, nous sommes par contre tous appelés à vivre nous aussi une rencontre avec le Ressuscité. Comment cela se fera-t-il ? A nouveau par l’accomplissement de sa promesse qu’il mettra lui-même en œuvre : « Vous aussi, vous vivrez »… C’est donc en vivant cette Vie nouvelle, en l’expérimentant dans la foi, que nous prendrons conscience que le Christ est Vivant de la même vie… Et sans l’avoir vu, nous pourrons dire : « Il est ressuscité. »

            Cette vie nouvelle en nous sera le fruit de l’accueil par notre foi de l’Esprit Saint, le Souffle créateur et vivifiant de Dieu par lequel nous avons tous été créés : « Le Seigneur Dieu modela l’homme avec la glaise du sol, il insuffla dans ses narines une haleine de vie et l’homme devint un être vivant » (Gn 2,7). Dieu ayant de toute éternité « Souffle de vie » nous a donc tous créés en nous donnant à notre tour d’avoir un souffle de vie. Or l’image du Souffle de Dieu dans la Bible renvoie à l’Esprit Saint, ce que Dieu est en Lui-même (« Dieu Est Esprit » (Jn 4,24)), ce qui le constitue de toute éternité, ce qui fait de Lui l’éternel Vivant… Tout homme, par le simple fait qu’il est ce qu’il est, participe donc à l’Esprit de Dieu, à son Être et à sa vie, une réalité qui est à l’origine même du mystère de sa vie…

            Le Christ Ressuscité reprend ici ce geste créateur : « Il répandit sur eux son souffle et leur dit : « Recevez l’Esprit Saint » ». Avec lui et par lui, le projet de Dieu s’accomplit donc pleinement : l’homme déjà « esprit », déjà participant à ce que Dieu Est de toute éternité, voit cette dimension spirituelle qui le constitue déjà se déployer jusqu’à participer à la Plénitude même de Dieu, Plénitude d’Être et de Vie. Telle est la vocation de tout homme sur cette terre. « Vous vous trouvez en Lui associés à sa Plénitude », et « par votre plénitude, vous entrerez dans toute la Plénitude de Dieu ». « Cherchez donc dans l’Esprit votre Plénitude » (Col 2,10 ; Ep 3,19 ; 5,18). Quelle aventure ! Quelle espérance !    DJF

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top