30ième Dimanche du Temps Ordinaire par Francis Cousin

Évangile selon Saint Matthieu 22, 34-40

 

« Quel est le grand commandement ? »

 Il est difficile de savoir quelle était la pensée de ce docteur de la loi qui pose cette question à Jésus. D’autant qu’il voulait le mettre à l’épreuve.

S’attendait-il à ce que Jésus lui donne l’un des 613 commandements que les pharisiens avaient définis pour être « en règle » avec la loi de Moïse ? A un devoir à accomplir ?

Ce n’est pas la réponse de Jésus.

Il ne répond pas par un devoir, une action à faire, mais par une attitude du cœur que nous devons avoir, et qui est la base même de l’humanité.

Les humains ont été créés par Dieu par amour, « homme et femme il les créa », semblables et différents, pour qu’ils puissent vivre de cet amour, avec cet amour, et pour que cet amour soit à la base de toutes leurs rencontres avec les autres, avec Dieu avec qui les premiers hommes pouvaient converser naturellement, et avec les autres hommes.

La « loi d’amour » est déjà écrite dès la création du monde.

Mais ensuite, il y a eu de la part des hommes la volonté de s’affranchir de Dieu (avec l’aide active du démon), de vouloir se prendre en charge eux-mêmes, indépendamment de Dieu ;

Jésus est venu « réinitialiser » l’alliance que Dieu avait faite avec les premiers hommes, alliance réitérée ensuite avec Noé, Abraham, Moïse … rappelée par les prophètes … et que Jésus synthétise, non pas dans un seul commandement comme attendu, mais en deux commandements qu’il met au même niveau : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même

L’amour de Dieu de la part des hommes dans tout ce qu’ils sont : cœur, âme, esprit, c’est-à-dire dans leur nature humaine, biologique, dans le surnaturel, et dans la pensée, la sagesse ; et l’amour des autres comme nous-mêmes. Ce qui revient à un seul commandement : le commandement de l’amour dans les deux aspects de la transcendance et de l’immanence humaine, dans les dimensions verticale et horizontale, dans ce que ’le signe de la Croix’ ne cesse de nous rappeler.

Cette alliance a toujours été respectée du côté de Dieu … mais pas du côté des hommes …

Nous savons tous combien il est difficile d’aimer Dieu et les hommes, d’aimer Dieu à travers les hommes, d’aimer les hommes pour pouvoir aimer Dieu. (« Si quelqu’un dit : « J’aime Dieu », alors qu’il a de la haine contre son frère, c’est un menteur. En effet, celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas. » 1 Jn 4,20).

Saint Paul, dans la deuxième lecture, nous donne le chemin à suivre : « Vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et véritable, et afin d’attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité d’entre les morts, Jésus … ». Conversion, service, espérance.

Se détourner de nos idoles : souvent nous ne les appelons pas comme cela, mais c’est ce qu’elles sont : l’argent, le bien-être, la réussite (vis-à-vis des hommes), le pouvoir …, la violence, les guerres …, toutes ces choses dont on se dit qu’on ne peut rien faire contre, qu’on accepte de facto, parce qu’on se sent impuissant face à elles …

Une fois qu’on a quitté nos idoles, on peut se mettre au service des autres, on peut espérer sans se mentir …

Aimer.

« Il suffit d’aimer », comme le disait le titre d’un film sur sainte Bernadette et Notre-Dame de Lourdes.

Aimer comme Jésus. Aimer tout le monde, et pas seulement ceux qui pensent comme nous : « Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. » (Mt 5,44).

Bien sûr, tout cela nous semble impossible, à nous les humains. Mais avec l’aide de Dieu, tout est possible, « car rien n’est impossible à Dieu. » (Lc 1,37).

Retournons-nous vers lui !

Seigneur Jésus,

tu nous as donné l’amour

que tu as reçus de ton Père,

et tu nous demandes de redonner cet amour

à Dieu et à nos frères,

un amour sans limite,

envers tous, même ceux qu’on n’aime pas.

Aimer. Toujours aimer.

Comme Dieu nous aime.

 

Francis Cousin                     

               

          

              

Pour accéder à une prière illustrée, cliquer sur le titre suivant : Prière dim ord A 30° A6

Si vous désirez une illustration du texte d’évangile commenté ce jour cliquer sur le lien suivant :  Parole d’évangile semaine 17-44

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top