5ième Dimanche de Pâques par Francis COUSIN

 

 « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. »

Alors que nous sommes encore dans la joie de la résurrection, voici que l’évangile de ce jour nous ramène au soir du jeudi saint, dans cette ambiance trouble où Jésus lave les pieds de ses disciples ’’en exemple’’, où il partage le pain et le vin en signe de ’’la nouvelle alliance’’, où on parle de trahison, de reniement, et où Judas s’éclipse sans qu’on sache pourquoi …

Jésus essaie de mettre un peu d’espoir dans le cœur des apôtres, et il leur parle de l’avenir, cet avenir si proche et en même temps si lointain. Avec amour : « Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout » (Jn 13,1).

Encore une fois, il les mets en confiance : « N’ayez pas peur, ne soyez pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi, Ayez confiance en moi … ».

« Dans la maison de mon Père … ». Cette maison qu’on imagine aisément avec une porte, des fenêtres … n’est pas un lieu, un espace, encore moins un immeuble avec beaucoup d’appartements. Cette maison est une personne…

Avant, quand Jésus est allé pour la première fois à Jérusalem, il parle de la maison de son Père comme étant le temple de Jérusalem : « Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père ? » (Lc 2,49). Maintenant, c’est Jésus lui-même, UN avec son Père (Jn 17,22 ) « qui demeure en moi », intimement lié à lui : « Je suis dans le Père, et le Père est en moi ».

La maison du Père est la maison de Jésus. Mieux, c’est le cœur de Jésus.

Jésus qui a souffert sa Passion et qui est ressuscité, et qui ouvre aux apôtres, et à chacun de nous, son cœur transpercé offert par amour pour tous les hommes (« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » Jn 15,13) Son cœur d’où coule du sang et de l’eau. Son cœur source de l’amour et de l’Esprit Saint, cœur de miséricorde, comme il est montré à sainte Faustine : « Jésus, j’ai confiance en toi ». Son cœur transpercé pour que nous puissions y entrer et y demeurer, comme il voudrait que nous fassions nous aussi : « Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. » (Ap 3,20).

Et Jésus donne aux apôtres un message d’espoir : « Je pars vous préparer une place … Je reviendrai vous chercher … afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi.». Message d’espoir : Jésus n’abandonne pas ses apôtres, ne nous abandonne pas. Mais il y a une condition : « Croyez en moi ; Ayez confiance en moi ! Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grande, parce que je pars vers le Père. »

Mais quel est le chemin pour aller vers le Père ?

Jésus lui-même ! Encore Jésus ! : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. »

Jésus qui est le chemin, et en même temps le bout du chemin !

Jésus qui nous demande d’être toujours en compagnonnage avec lui sur ce chemin qui conduit vers le Père, vers la Vie éternelle :

Il nous indique le chemin, par sa Parole et ses actes,

Il nous y rejoint (Emmaüs)

Il nous y conduit (Le Bon Pasteur)

Il nous l’explique (Paroles, prières), avec l’Esprit Saint qu’il nous envoie par le Père

Il nous y précède (Je vous prépare une place)

Il y est toujours avec nous (l’Emmanuel)

Lui … qui nous appelle des ténèbres à son admirable lumière. (2° lecture).

Seigneur Jésus,

tu es le chemin qui nous mène vers le Père,

et tu es en même temps le bout du chemin.

Sans toi, nous ne pouvons rien faire.

Jésus,

Je crois en toi.

J’ai confiance en toi. 

Francis Cousin

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top