Dimanche de Pâques (Mc 16, 1-7) – Francis Cousin

« Qui nous roulera la pierre ? »

Question que l’on comprend bien : trois femmes qui s’en vont seules au tombeau fermé par une grosse pierre … elles n’ont pas assez de forces …

Mais elles vont quand même au tombeau …

Elles auraient pu demander de l’aide à quelques disciples masculins de venir avec elles !

Elles ont préféré y aller seules, peut-être parce qu’elles s’étaient trouvées seules, entre femmes, au pied de la croix, … sauf Jean, un grand adolescent, mais pas encore bien fort.

Elles avancent vers le tombeau, avec les aromates … et avec leur questionnement : « Qui nous roulera la pierre ? »

Elles se sont donné une mission : embaumer le corps de Jésus pour son ’’dernier voyage’’ …

Elles avancent, le front baissé, toutes à leurs pensées …

Peut-être en pleurant, les yeux brouillés …

En arrivant près du tombeau, elles ’’lèvent les yeux’’, d’un verbe qu’on peut aussi traduite par ’’retrouver la vue’’.

Elles lèvent les yeux, se redressant, redeviennent des femmes debout.

Elles voient maintenant clair … mais sans comprendre …

La pierre est roulée, le tombeau ouvert …

Elles y entrent …

Et là, pas de Jésus … mais un jeune homme, vêtu de blanc (symbole de pureté et de salut, symbole d’éternité) les attend …

Frayeur … Panique …

Comme à chaque fois que quelqu’un vient du ciel, il commence par dire : « Ne soyez pas effrayées, n’ayez pas peur ! ».

Faire retomber l’adrénaline … On ne pense pas bien, voire on ne peut pas penser quand on est dans une peur panique … On ne peut même pas écouter …

« Vous cherchez Jésus … Il est ressuscité ! »

On ne sait pas comment les femmes ont compris cette annonce, quelle a été leur réaction … Sans doute de la stupeur, un moment d’incompréhension … et puis la joie …

Heureusement que, par trois fois, Jésus avait annoncé sa résurrection, pour qu’elles comprennent ce qu’on leur disait !

Nous aussi, nous sommes souvent comme ces femmes …

Nous nous posons des questions, et pas seulement sur la foi …

Nous avançons, tête baissée, l’esprit obscurci par nos problèmes … et on se dit : « Jamais je n’y arriverai ! ».

On est tenté de baisser les bras, de tout arrêter, d’abandonner …

« Qui nous roulera la pierre ? »

Elles ont du se le répéter depuis le départ …

Mais elles ont continué … jusqu’au tombeau … et la pierre était roulée !

Si nos pensées sont bonnes, si notre objectif est bon, pour les autres, au service des autres, il ne faut pas hésiter.

Il faut se poser les problèmes, mais sans peur … et continuer à avancer … et les présenter à Dieu.

« Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. » (Jn 15,7)

Seigneur Jésus,

il fallait bien que l’on sache

que tu n’étais plus dans le tombeau,

que tu étais ressuscité,

alors tu as fait ce qu’il fallait

pour que le tombeau soit ouvert

et que les femmes le voient vide.

Ayons foi en nos rêves pour les autres,

 car tu les réaliseras avec nous.

Francis Cousin      

 

 

 

Pour accéder à la prière illustrée, cliquer sur le titre ci-après:

Image dim Pâques B 1°

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top