Baptême de Notre Seigneur (Mc 1,7-11) – Francis Cousin

« Tu es mon fils bien-aimé, en toi, je trouve ma joie. »

L’épisode raconté par l’évangile de ce jour est important dans la vie de Jésus. Il est rapporté par les quatre évangiles, chacun à sa manière, dès le début de leur livre pour Marc et Jean, tandis que Luc et Matthieu parlent d’abord de l’enfance de Jésus.

Mais pour tous les quatre, c’est le point de départ de ce qu’on appelle la vie publique de Jésus : le baptême de Jésus par Jean-Baptiste.

Jean-Baptiste baptisait déjà depuis un certain temps dans le Jourdain, « un baptême de conversion pour le pardon des péchés » (Mc 1,4), et beaucoup de gens venaient à lui pour recevoir ce baptême. Certains pensaient même qu’il était le messie attendu … et sa renommée était grande.

« En ces jours-là, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée … »

Né comme tous les hommes, vivant comme tous les hommes, Jésus a entendu parler de Jean-Baptiste. Comme tous les hommes, Jésus vient écouter Jean-Baptiste et se faire baptiser par lui. Matthieu nous signale que Jean-Baptiste refuse de le baptiser : « C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi ! » (Mt 3,14), mais Jésus le convainc de le baptiser.

Les quatre évangélistes insistent sur le décalage qu’il y a entre Jean-Baptiste et Jésus : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. ».

Défaire la courroie des sandales de quelqu’un était en effet réservé au plus petit des serviteurs, un travail d’esclave, pour laver les pieds des invités. Cela veut dire que Jean-Baptiste se considère comme inférieur à un esclave, devant Jésus qui est considéré comme un invité important.

« Je ne suis pas digne » … C’est ce que dit le centurion de Capharnaüm (Cf Mt 8,8) …

« Je ne suis pas digne » … C’est ce que nous disons avant de recevoir l’Eucharistie …

Ce qui montre la différence entre Jésus, Fils de Dieu, et les humains …

« Qu’il revienne vers le Seigneur qui lui montrera sa miséricorde, vers notre Dieu qui est riche en pardon (…) Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins, et mes pensées, au-dessus de vos pensées. » (Première lecture).

Jean-Baptiste est conscient de cette différence entre Jésus et lui … comme nous-même le sommes aussi …

Et Jésus « fut baptisé par Jean dans le Jourdain. »

Cela aurait pu être comme pour tous ceux qui venaient se faire baptiser par Jean-Baptiste, … mais c’était sans compter sur le dessein de Dieu le Père : « Les cieux se déchirent et l’Esprit descend sur Jésus comme une colombe. Il y eut une voix venant des cieux : ’’Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie.’’ »

Manifestation du Dieu trinitaire :

– La voix du Père qui vient des Cieux, et qui s’adresse à son Fils Jésus : « Tu es mon fils bien-aimé ». Voix qui est entendu par tous ceux qui étaient présents à ce moment-là.

– L’Esprit qui descend du ciel, comme une colombe, et se place sur Jésus. Et vu aussi par tous les présents.

– Et Jésus qui sort de l’eau …

Première théophanie trinitaire, au vu et à l’ouïe de tous les présents … qui n’ont sans doute pas manquer de raconter l’événement à leurs familles et voisins …

Et cette voix restera gravée dans l’esprit et le cœur de Jésus … lien indéfectible entre le Père et lui …

« Confiance du Père pour son envoyé se faisant ’’péché pour nous’’. Confiance de Dieu à laquelle a répondu la totale confiance du Fils, accomplissant sa mission jusqu’au bout. » (Christian Delorme).

Point de départ de la mission de Jésus, pour le salut des hommes …

Nous aussi, nous avons été baptisés, du baptême de Jésus … avec l’onction du saint Chrême, qui nous a fait enfants de Dieu. Nous ne l’avons pas entendu, mais sur nous aussi Dieu a dit : « Tu es mon enfant bien-aimé en qui je mets toute ma confiance » …

Mais qu’avons-nous fait de notre baptême ?

Qu’avons-nous fait de la confiance que Dieu a mise en nous ?

Sommes-nous conscients que nous avons une mission à remplir ?

Oh, Dieu ne nous demande pas l’impossible … il connaît nos faiblesses …

Mais il attend un minimum de nous : mettre l’amour autour de nous … le prier … lui rendre grâce …

Le faisons-nous ???

Dieu notre Père,

lors du baptême de ton fils Jésus, tu lui a dit :

’’Tu es mon Fils bien-aimé’’,

et tu dis la même chose sur chacun de nous :

’’Tu es mon fils bien-aimé’’,

’’Tu es ma fille bien-aimée’’.

Mais bien souvent, nous oublions

l’amour que tu nous portes …

Et même, nous t’oublions …

Pardonne-nous.

Francis Cousin