Fête du Baptême de Notre Seigneur – par P. Rodolphe EMARD (Lc 3, 15-16.21-22).

En ce dernier dimanche du temps de Noël, nous fêtons le Baptême du Seigneur. Dans les textes que nous avons proclamés, notamment la seconde lecture et l’Évangile, il est question de trois sortes de baptême.

Le baptême de Jean

Jean était si populaire et apprécié que tous se demandaient s’il n’était pas le Christ. Conscient de cela, Jean fait une mise au point : lui baptise « avec de l’eau » mais il renvoie à quelqu’un de « plus fort » que lui, celui qui « baptisera dans l’Esprit Saint et le feu ».

Le baptême de Jean est avant tout un rite de conversion, pour aider ses contemporains à préparer la venue du Christ.

Le baptême de Jean est aussi un rite d’attente. Ce baptême « avec de l’eau » annonçait et préparer au baptême « dans l’Esprit Saint et le feu ». Nous y reviendrons.

Le baptême de Jésus

Pourquoi Jésus, le Verbe de Dieu fait chair, conçu sans péché, s’est-il fait baptisé par Jean ? Alors que Jean lui-même dira n’être « pas digne de dénouer la courroie de ses sandales »… Nous pouvons retenir trois points :

  • Le baptême de Jésus marque solennellement son ministère public, sa mission de l’annonce de la Bonne Nouvelle du Royaume.

La fête de Nativité et celle de l’Épiphanie permettent de mieux comprendre l’identité de Jésus comme le Dieu fait homme, le Sauveur de toute l’humanité.

Saint Paul, dans la deuxième lecture, précise : nous attendons « que se réalise la bienheureuse espérance : la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ. Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien ». Saint Paul rappelle le sacrifice du Christ pour le Salut du monde.

  • Le baptême de Jésus est l’occasion d’une manifestation du Dieu Trinitaire : L’Esprit Saint qui descend sur Jésus et cette voix du Père qui révèle Jésus comme son « Fils bien-aimé », « une voix venue du ciel qui atteste que [le] Verbe habite parmi les hommes »[1].

  • Bien que sans péché, Jésus a tenu à recevoir le baptême de Jean afin de se montrer solidaire des pécheurs qu’il venait libérer.

Le baptême des croyants

Après la Résurrection, la Pentecôte marquera l’avènement du baptême « dans l’Esprit Saint et le feu ». Saint Paul évoque le baptême des disciples du Christ : « Par le bain du baptême, il nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint. Cet Esprit, Dieu l’a répandu sur nous en abondance, par Jésus Christ notre Sauveur, afin que, rendus justes par sa grâce, nous devenions en espérance héritiers de la vie éternelle ».

Cette fête du Baptême du Seigneur nous invite à faire mémoire de notre propre baptême où nous sommes nés à la vie nouvelle de Dieu, nous avons reçu l’Esprit Saint qui fait de nous des fils adoptifs de Dieu, des membres de l’Église et des témoins du Christ et de l’Évangile.

Comment, en cette nouvelle année, allons-nous redécouvrir cette grâce de notre baptême ? Y trouver réellement notre joie ? Oui y mettre vraiment notre joie dans cette espérance de saint Paul, d’être « des héritiers de la vie éternelle ».

Redécouvrons avec force que le don de l’Esprit Saint est une réalité qui s’expérimente au sein de la communauté des croyants, au cœur de nos assemblées eucharistiques.

Saint Paul nous rappelle enfin que Dieu nous a manifesté sa bonté et son amour, qu’il nous a sauvé par pure miséricorde. Bonté, amour et miséricorde sont bien les axes que nous devons entreprendre en 2022 pour réussir notre baptême, au nom du Père, du Fils et du saint Esprit. Amen.

[1] Voir préface de la messe.

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top