L’Ascension – par le Diacre Jacques FOURNIER

 « Tout pouvoir m’a été donné… Allez… »

(Mt 28,16-20). (Ascension)

 

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.»

             « Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

            « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre », nous dit ici Jésus, et c’est une conséquence de son engendrement éternel par le Père. « Né du Père avant tous les siècles, engendré non pas créé », le Fils reçoit de toute éternité du Père d’être « Dieu né de Dieu, Lumière née de la Lumière, de même nature que le Père ». Tel est ce Mystère éternel d’Amour, le Père ne cessant de se donner au Fils en tout ce qu’il est : « Le Père aime le Fils et il a tout donné en sa main », de telle sorte, nous dit Jésus, que « tout ce qu’a le Père est à moi » (Jn 3,35 ; 16,15).

            Le « pouvoir » du Fils s’enracine donc dans ce « Don de Dieu » qu’il reçoit (Jn 4,10), depuis toujours et pour toujours, ce Don du Père par lequel il est « l’unique engendré » (Jn 1,14.18), « Dieu » tout comme le Père est Dieu. En tant que « Lumière née de la Lumière », il est « la Lumière du monde », « Lumière véritable qui éclaire tout homme », « Lumière qui brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas saisie » (Jn 8,12 ; 1,9 ; 1,5). « Pouvoir » de la Lumière sur les ténèbres… « Tout pouvoir m’a été donné »… De même, « tout comme le Père a la vie en lui-même, de même a-t-il donné au Fils d’avoir la vie en lui-même » (Jn 5,26). Alors, « comme le Père ressuscite les morts et leur redonne vie, ainsi le Fils donne vie à qui il veut » (Jn 5,21). Et puisque il est « le Sauveur du monde », il la propose à quiconque accepte de la recevoir : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et croit à celui qui m’a envoyé a la vie éternelle… Il est passé de la mort à la vie » (Jn 5,24). Ainsi, « notre Sauveur le Christ Jésus a détruit la mort et fait resplendir la vie et l’immortalité par le moyen de l’Évangile » (2Tm 1,10). « Pouvoir » de la vie sur la mort…

            Et Jésus, ici, envoie ses disciples, nous tous, en mission : « Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit »… Et il agira avec eux et par eux selon ce « tout pouvoir » qu’il a reçu du Père pour que sa Lumière triomphe de nos ténèbres, sa vie de nos morts. Ainsi, grâce à son action, l’Evangile proclamé par l’Eglise portera du fruit « pour la vie éternelle » du plus grand nombre (Jn 4,36 ; 15,14-17)…                        

DJF

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top