14ième Dimanche du Temps Ordinaire– par Francis COUSIN (Lc 10,1-12.17-20)

L’évangélisation …

 

Cela commence au temps de Jésus …

Avec des gens ordinaires … Comme nous !

Jésus envoie les soixante-douze disciples, « en avant de lui » … pour préparer le terrain … car ce n’est pas nous qui convertissons, mais lui, avec son Père, et l’aide de l’Esprit Saint : « Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire. » (Jn 6,44)

Il les envoie avec quelques consignes … relativement peu … qui nous concernent encore aujourd’hui.

– La première : « Vous, vous n’êtes pas tout seul … car seul, vous ne pouvez rien : Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. ».

La première chose à faire est de se mettre en prière, prier le Père pour qu’il nous aide, et nous envoie l’Esprit Saint.

– La deuxième : « Attention ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. ».

Et les loups sont féroces. Ils n’attaquent pas toujours … mais …

Le christianisme est la religion la plus persécutée en ce moment …

On a encore en mémoire le souvenir des deux jésuites assassinés au Mexique il y a une dizaine de jours … les massacres dans deux églises du Nigéria … et toutes les autres exactions effectuées en Inde, au Pakistan, en Afghanistan, en Chine … ou dans bien d’autres pays …

Mais Jésus refuse que l’on réponde à la violence par la violence … même en paroles … car c’est là souvent que nous nous laissons aller …

Nous devons être comme des brebis, comme Jésus lui-même l’a été, lui l’Agneau de Dieu !

– La troisième : « Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales ».

Passons sur les sandales … peu de gens actuellement marchent pieds nus …

Mais pour le reste, ne nous encombrons pas de choses inutiles … mais qui nous paraissent nécessaires …

Comptons sur la Providence, … en priant Dieu de nous aider de la manière qui lui semble la plus appropriée dans notre relation avec les autres pour les évangéliser, ou que les autres se laissent évangéliser …

C’est souvent très déroutant quand, par la suite, on voit comment les choses ont évoluées sans qu’on y soit pour quelque chose … mais Dieu était là … et œuvrait à notre insu …

Comptons aussi sur la bienveillance de ceux que nous rencontrons … pour la nourriture, pour le gite … cela ne nous concerne peut-être pas directement, mais il faut avoir à l’esprit que rien ne peut nous manquer … « Dieu pourvoira à l’agneau pour le sacrifice. » (Gn 22,8).

– La quatrième, qui peut nous paraître un peu incongrue : « Ne saluez personne en chemin. ».

Il ne s’agit pas d’être impoli, loin de là, mais de bien conserver l’esprit d’évangélisation. Car souvent nous perdons du temps en bavardant de choses et d’autres qui nous éloignent du but. Gardons le cap.

– La cinquième : « Dites d’abord : Paix à cette maison. »

Soyons des ambassadeurs de paix … Que la paix soit en nous pour que nous puissons la porter aux autres … dans chaque maison.

La paix qui nous fait aller vers les autres sans peur, sans complexe …

La paix qui nous vient de notre relation à Dieu.

– Enfin : « Guérissez les malades. »

Là, on est mal ! … parce-ce qu’on n’est pas médecin … et que Dieu seul peut guérir les malades !

Alors, on peut demander à Dieu d’intervenir pour guérir telle ou telle personne … mais peut-être que nous ne croyons pas assez à la puissance d’intercession auprès de Dieu pour cela …

Et pourtant, Jésus a dit : « Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. » (Mc 16,18).

Et il n’y a pas que les guérisons physiques … mais aussi celles de l’esprit, ou de l’état d’esprit. On sait bien qu’après avoir vu un médecin, bien souvent on se sent soulagé, mieux en forme, avant même d’avoir pris un médicament …

On sait aussi qu’à Lourdes, s’il y a très peu de guérisons physiques reconnues, le nombre de guérisons psychiques ou de bien-être, bien qu’inquantifiables, sont de plusieurs centaines, voire milliers par an : des gens qui retrouvent la paix en eux …

Et cette paix-là, si on l’a en nous, on peut tous la donner aux autres …

En cette période où nous réfléchissons sur l’Église synodale, avec trois axes principaux : communion, participation, mission, l’évangélisation doit être totalement présente dans notre réflexion, au niveau interne (entre catholiques) et externe (vers les autres) … et à commencer par chacun de nous

Alors, nous pourrons entendre Jésus nous dire : « Réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »

Seigneur Jésus,

pour beaucoup d’entre nous,

évangélisation rime avec

« aller loin, vers l’étranger… »

alors que la première personne

que nous devons évangéliser,

                                                                c’est nous-même !

Donne-nous de faire l’effort

de notre propre évangélisation !

                                                                                   Francis Cousin

 

Pour accéder à la prière illustrée, cliquer sur le lien suivant : Image dim ord C 14°

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top