3ième Dimanche du Temps Ordinaire – par Francis COUSIN (Lc 1,1-4 ; 4,14-21)

« L’Esprit du Seigneur est sur moi. »

 La première lecture de ce jour relate la ’’prise de possession’’ de la Loi par le peuple hébreu lors du retour de l’exil à Babylone, et la ’’réunification’’ avec ceux qui étaient restés à Jérusalem. Cette assemblée était formée de tous ceux qui étaient en âge de comprendre, hommes, femmes et enfants. Lecture solennelle, avec le prêtre Esdras juché sur une estrade qui dominait l’assemblée, et toute la foule debout qui écoutait et acquiesçait ; des scribes traduisaient (car tous se parlaient plus la même langue) et les lévites expliquaient cette parole.

Et tous comprenaient. Mais pour cela il fallait plusieurs intermédiaires entre Esdras qui lisait et le peuple : les traducteurs et ceux qui expliquaient. (Comme cela se faisait avant le concile Vatican II). La parole ne pouvait pas être comprise directement.

Quand Jésus revient à Nazareth, le village qui l‘avait vu grandir, il va comme à son habitude à la synagogue le jour du sabbat. Ce jour-là, « dans la puissance de l’Esprit », après avoir chanté les psaumes, il se lève pour faire la lecture. Dans le livre d’Isaïe, il choisit le passage où il est écrit : « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres … ». Jusqu’ici, ça va … mais vient le moment de l’explication du texte, un des sermons les plus courts qu’on puisse entendre : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. ».

L’actualisation du passage de l’ancien testament n’a pas vraiment plu à tout le monde … et on le comprend facilement, parce qu’ils n’avaient pas les clefs de compréhension … Ils ne pouvaient pas accepter que quelqu’un s’affirme comme le Messie que les juifs attendaient, surtout quelqu’un qu’ils avaient vu grandir.

 Il manquait aux auditeurs deux choses essentielles qui ne viendront que plus tard : la résurrection de Jésus, et surtout la Pentecôte et la venue de l’Esprit Saint sur les apôtres puis sur ceux qui demandaient le baptême.

Là aussi, la Parole de Jésus ne pouvait pas être comprise directement … il fallait qu’elle soit expliquée … grâce à l’Esprit Saint.

Ce qu’a dit Jésus, nous devons de le faire connaître à quelques-uns qui, comme Luc, « ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous … »

C’est grâce à cela que la Parole de Jésus est venue jusqu’à nous …

Et il ne faut pas que cela s’arrête ! Il nous faut prendre le relais … pour que cette Bonne Nouvelle apportée par Jésus continue à être connue et surtout vécue …

Nous devons être des témoins, même si nous ne sommes pas témoins oculaires … mais des témoins auditifs de la Parole proclamée, ou des témoins visuels de la Parole lue !

Mais pour cela, il nous faut recevoir l’Esprit Saint en nous, suivre l’Esprit Saint, vivre de l’Esprit Saint

De manière à ce qui nous puissions dire : « Un petit peu de l’Esprit Saint m’éclaire », mais pas seulement, que nous puissions dire aussi : « Un petit peu de l’Esprit Saint éclaire chacun de nous ».

Et si on met ensemble tous ces « petit peu », cela forme un grand tout : l’Église.

Cette Église dont nous parle la deuxième lecture sous la forme d’un corps, constitué de beaucoup de membres, avec chacun sa particularité, son talent, son charisme … « il y a plusieurs membres, et un seul corps. », mais « Tous, nous avons été désaltérés par un unique Esprit. »

Il est important de relire ce passage en ce moment, quand le pape François a demandé que le prochain synode commence par une consultation de tous les baptisés. Tous membres du corps du Christ, nous avons tous notre mot à dire ! Et il serait dommage de ne pas le faire.

Rappelons les trois mots-clefs de ce synode : communion ; participation ; mission.

Communion, parce que nous sommes tous membres d’un même corps.

Participation, parce qu’il est important que chacun puisse s’exprimer et dire ce qu’il lui semble important de vivre en Église, quelle que soit sa position dans l’Église.

Mission, parce que c’est la demande que Jésus à faite à ses disciples : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mt 28,19).

Seigneur Jésus,

Toi le Verbe de Dieu,

ta Parole a été transmise jusqu’à nous

par divers canaux,

selon les moyens de chacun.

Fais que nous puissions continuer à la porter,

à l’apporter,

par nos paroles et par nos actes,

pour que grandisse ton Église.

 

                                     Francis Cousin

Pour accéder à la prière illustrée, cliquer sur le lien suivant : Image dim ord C 3°

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top