31ième Dimanche du Temps Ordinaire – par Francis COUSIN (Mc 12, 28-34)

« Les commandements de l’amour »

 

Cet épisode fait suite à une série de controverses organisées par différents groupes de personnes, des grands prêtres, des scribes, des anciens, des Hérodiens, des Pharisiens, des Sadducéens, qui tous voulaient mettre Jésus dans l’embarras.

Un scribe, qui avait entendu la réponse de Jésus aux Sadducéens, et l’avait trouvée bonne, vint lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? ».

Jésus répond : « Voici le premier … », et il déclame celui-ci, le shéma Israël (Dt 6,4-5), qui ne fait pas partie des dix commandements, mais que chaque juif récite au moins deux fois par jour : « Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. ». Il avait répondu à la question, … mais il continue : « Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. », que l’on trouve en Lv 19,18, et il conclut : « Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. ».

Cela veut dire que les deux amours : amour de Dieu et amour des hommes, sont inséparables, et qu’ils sont au même niveau, le premier.

À tel point que l’apôtre Jean a pu écrire : « Si quelqu’un dit : « J’aime Dieu », alors qu’il a de la haine contre son frère, c’est un menteur. En effet, celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas. » (1 Jn 4,20).

L’amour de Dieu est un amour transcendant, vertical, qui vient d’abord de Dieu : « Dieu lui-même nous a aimés le premier. » (1 Jn 4,19), et ceux qui ont connu Dieu l’ont aussi aimé : Dieu aime l’homme et l’homme aime Dieu.

L’amour entre les hommes est un amour immanent, horizontal, tous sont au même niveau.

Et si les deux amours sont inséparables, les dimensions verticales et horizontales se superposent et forment une croix, celle de Jésus, signe de l’amour de Dieu et de son Fils Jésus pour les hommes : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jn 15,13), et c’est sur la croix que Jésus a donné la preuve de son amour pour nous.

Ces deux dimensions de l’amour, on l’a vu, existaient déjà dès l’ancien testament, dès l’époque de Moïse.

Pourtant, Jésus nous a donné « un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. » (Jn 13,34)

Pourquoi dit-il que c’est un commandement nouveau ?

Quelle est la différence avec le second commandement vu plus haut : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » ?

La différence se situe à deux niveaux :

– Dans le commandement nouveau, la référence de l’amour est l’amour de Jésus : « Comme je vous ai aimés ». C’est un amour humain et divin, supérieur à notre niveau humain.

– La référence au prochain disparaît. Le prochain, c’est celui qui est proche de nous, et celui dont on s’approche (voir la parabole du Bon Samaritain). C’est quelqu’un que l’on connaît, ou que l’on choisit. Ici, on parle de tout le monde, sans choix, et notamment : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. (…) À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue. À celui qui te prend ton manteau, ne refuse pas ta tunique. Donne à quiconque te demande, et à qui prend ton bien, ne le réclame pas. (…) Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. » (Lc 6,27-30.32).

Paroles dures, difficiles à mettre en pratique !

Comment peut-on aimer quelqu’un qui nous a fait le pire mal possible ? …

Peut-être lui pardonner … il y en a qui y arrive … mais poussés par Dieu, par l’Esprit …

Mais aller jusqu’à les aimer … c’est humainement impossible !

Seul l’exemple de Jésus peut nous permettre d’y arriver, lui qui a donné sa vie pour tous, y compris les méchants, et qui « les aima jusqu’au bout » (Jn 13,1).

Seul Dieu peut nous aider à y arriver, car pour lui, « rien n’est impossible » (Lc 1,37).

Alors, les commandements de l’amour …

Quand on y réfléchit, cette expression est paradoxale !

« L’amour ne se commande pas ! »

On entend souvent cette expression ! et c’est vrai pour les objets (amour philéo) ou pour les humains (amour éros), mais ici, on parle de l’amour vrai entre les humains, de l’amour agapé.

Peut-on parler de commandement de l’amour ?

Oui, mais pas dans le sens habituel « d’obligation pure et dure » à remplir … car Dieu qui est tout amour nous laisse libre d’avancer, à notre rythme …

Certains y sont arrivés, ce sont les saints.

Mais cela reste un but à atteindre, au plus tard à la fin de notre vie, pour entrer dans le Royaume des cieux. À défaut, après un temps de purgatoire … en espérant que la communion des saints nous aide à changer notre cœur …

Pour nous, gens ordinaires, il nous faut vivre dans l’espérance d’atteindre ce but, tout en sachant que nous sommes pécheurs, des personnes qui manquent à l’amour … et en comptant sur la miséricorde de Dieu.

« Au soir de cette vie, vous serez jugés sur l’amour. » (Saint Jean de la Croix)

Seigneur Jésus,

à l’amour de Dieu,

tu ajoutes l’amour des hommes,

de tous les hommes,

mêmes ceux que l’on n’a pas envie d’aimer,

ceux qui nous font du mal.

Toi seul peut nous aider à faire cela !

Que l’Esprit-Saint nous aide

à avancer dans l’amour vrai.

 

                                     Francis Cousin

 

 

 

Pour accéder à la prière illustrée, cliquer sur le lien suivant :

Image dim ord B 31°

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top