Plan de l’Evangile selon St Jean

Le plan proposé par Rinaldo Fabris est le suivant :

Introduction :

                        – Jn 1,1-18 : Annonce des thèmes de l’Evangile.

– Jn 1,19-51 : Introduction à l’activité messianique de Jésus[1].

Développement :

: Jn 2,1-12,36 : le livre des signes de Jésus, le Christ et Fils de Dieu[2].

  1. a) précédé du témoignage de Jean et de la présentation des disciples                                                                                                              (Jn 1,19-51).

  2. b) Conclus par un commentaire théologique (Jn 1,19-51)

et par un dernier appel de Jésus (Jn 12,37-43.44-50).

: Jn 13,1-20,29 : “l’accomplissement” et l’heure de la glorification de Jésus,

                                                                                                          le Christ et Fils de Dieu[3].

Conclusion : Jn 20,30-31 : But et prospective de l’Auteur.

Jn 21,1-23 : Ajout d’une nouvelle rencontre du Seigneur ressuscité avec quelques                                                                                                         disciples sur le lac de Tibériade.

Jn 21,24-25 : Epilogue.

[1] Remarques: Jean-Baptiste, dont le rôle de témoin est déjà anticipé dans le prologue (1,6-8.15) prépare le passage des attentes messianiques à leur accomplissement. La présentation du groupe des disciples rejoint la préoccupation générale de l’auteur (cf. Jn 20,30).

[2] La division du livre en deux parties est justifiée par:

– 1 -La conclusion de la première par un commentaire théologique et l’appel final à la foi (12,37-43.44-50).

– 2 – A partir de ce moment on ne parle plus de signes, sinon à la conclusion de l’évangile (20,30s).

– 3 – Changement d’interlocuteur: on passe de la foule et des Juifs de Jérusalem aux disciples.

[3] L’évangéliste distingue un avant et un après la glorification de Jésus en rapport à la mort-résurrection (12,16; 2,22). Remarquer aussi que la terminologie de l’amour est concentrée en 13-17 (agapé 6/7 ; agapaô 30/37); cette 2° partie ne concerne donc plus les signes mais l’accomplissement de l’œuvre entière de JC.