Prédication pour le sacrement de la Confirmation Samedi 11 juin 2022 – Fr. Manuel Rivero O.P.

Guerre contre Dieu, grâce et synergie ».

Paroisse Notre-Dame du Bon Port (Terre Sainte. Saint Pierre. La Réunion. France).

« Si quelqu’un a soif de Dieu, qu’il vienne à moi », dit Jésus. « ‘Des fleuves d’eau vive jailliront de son coeur.’ En disant cela, il parlait de l’Esprit Saint que devaient recevoir ceux qui croiraient en Jésus » (Jn 7, 37-38).
Chers enfants, c’est bien l’Esprit Saint que vous voulez recevoir. Vous avez découvert la vie de Jésus dans la catéchèse. Votre coeur, votre « petit coeur » comme disait l’un d’entre vous dans sa lettre adressée à l’évêque de La Réunion, a accueilli une semence de Vie divine, la Parole de Dieu.

Jésus, Parole de Dieu incarnée, a inauguré dans votre âme une existence nouvelle mystérieuse, bonne et bienfaisante. Dans le sacrement de la Confirmation, l’Esprit Saint, l’amour du Père et du Fils, vous fait connaître de mieux en mieux le mystère de Jésus le Christ.
Christ, en grec, comme Messie en hébreu, veut dire « oint ». Jésus n’était pas oint d’huile mais d’Esprit Saint.
Vous allez être oints du Saint Chrême, huile parfumée bénie par l’évêque au cours de la messe chrismale, afin de devenir pleinement chrétiens, disciples de Jésus « en qui habite corporellement la plénitude de la divinité » (Col 2,9).
Esprit d’amour, répandu dans votre coeur (Rm 5,5), qui vous sanctifie. Esprit de force pour combattre le péché, le mal qui provoque le malheur. Nous sommes habités par la peur de la pandémie et de la guerre nucléaire mais le péché fait souvent rire et il devient occasion de blagues, parfois de mauvais goût. Pourtant le péché représente une guerre terrible, mortelle, contre Dieu. Une guerre spirituelle faite d’armes destructrices comme l’orgueil et le mépris des autres. Quand nous commettons un péché nous pensons devenir plus libres et nous nous retrouvons tristes et seuls. Dans tout péché, il y a révolte contre Dieu et désir de se prendre pour dieu, mesure de toute chose et centre de l’univers.

Saint Augustin (354-430), le grand évêque d’Hippone en Afrique du Nord, a montré clairement le choix que nous avons à faire, soit nous travaillons pour une gloriole terrestre, soit pour la gloire de Dieu : « Deux amours ont donc bâti deux cités : l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu, la cité de la Terre, l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi, la cité de Dieu. L’une se glorifie en soi, et l’autre dans le Seigneur. L’une demande sa gloire aux hommes, l’autre met sa gloire la plus chère en Dieu, témoin de sa conscience. L’un, dans l’orgueil de sa gloire, marche la tête haute ; l’autre dit à son Dieu : ‘Tu es ma gloire et c’est toi qui élèves ma tête.’ » (La Cité de Dieu, XIV,28,1). Ne confondons pas « réussir dans la vie » et « réussir sa vie ». « Réussir dans la vie » veut dire atteindre une bonne position sociale, un poste professionnel prestigieux, une villa, des voitures … Ce sont des choses matérielles et visibles. « Réussir sa vie » renvoie à l’âme, spirituel et invisible sauf aux yeux de Dieu. L’Esprit Saint nous donne de réussir notre vie car « Il fait de nous une éternelle offrande à la gloire de Dieu » (Prière eucharistique III). Si le diable nous pousse à nous replier sur nous-mêmes, l’Esprit Saint nous ouvre le coeur et les mains pour partager les dons reçus. Attention ! Ne faisons pas de contresens ! Dieu en nous veut pas misérables. Nous avons une vocation de riches mais évitons de devenir mauvais riches. Dieu veut que nous soyons compétents dans notre travail, bien logés, sportifs et entourés des membres de notre famille et de nos amis. La création est bonne. Mais la création demeure au service de « tout l’homme », corps et esprit, et pour « tous les hommes », selon la belle expression du saint Pape Paul VI. Saint Paul nous montre le chemin de lumière voulu par Dieu, vivre pour Dieu : « Nul d’entre nous ne vit pour soi-même, comme nul ne meurt pour soi-même ; si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur, et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Donc, dans la vie comme dans la mort, nous appartenons au Seigneur » (Rm 14, 7-8). Voilà le secret du bonheur : donner notre vie par amour au Seigneur Jésus. Ce qui reste impossible pour nos forces devient possible par le Saint Esprit et ensemble, dans l’Église, en frères avec tous les hommes. « Ce qui n’est pas donné est perdu ». Il a bien parlé, inspiré par le Saint Esprit, celui qui a dit cela.

L’Esprit Saint, Amour, nous donne de vivre dans l’amour de Dieu, des autres et de nous-mêmes. Le Pape François enseigne que la véritable question ne consiste pas à se demander « qui suis-je ? » mais « pour qui suis-je ? ». Bien évidemment, nous demandons d’où nous venons et ce que nous sommes. Mais la réponse se trouve dans la finalité. Dieu m’appelle à partager sa vie dans l’amour de l’Esprit Saint. En donnant ma vie je découvre qui je suis et d’où je viens. Tout le monde aspire à un grand amour, vrai et enivrant. À la Pentecôte, l’Esprit Saint est descendu sur les apôtres réunis au Cénacle avec la Vierge Marie, sous forme de langues de feu. Feu d’amour qui ne s’éteint pas. Esprit d’allégresse qui avait fait penser à une ivresse de vin doux à tel point les disciples de Jésus manifestaient une immense et indicible joie. Chers enfants, ne vous laissez pas voler l’espérance, ni la joie ni l’amour de Dieu ! Avant de partir vers son Père, Jésus a dit aux apôtres : « Je suis avec vous tous les jours, pour toujours, jusqu’à la fin du monde « (Mt 28, 20). Dans son Ascension à la droite du Père, Jésus ne nous a pas abandonnés. Tout au contraire, en nous envoyant son Esprit Saint il demeure avec nous de manière intime et totale. Au Cénacle de Jérusalem, Marie, la mère de Jésus, avec les apôtres a reçu le don de l’Esprit Saint. La Confirmation est une nouvelle Pentecôte. Ouvrons nos esprits à l’Esprit Saint. Appelons-le : « Viens Esprit créateur nous visiter, viens éclairer l’âme de tes fils, emplis nos coeurs de grâce et de lumière, toi qui créas toute chose avec amour » (Veni Creator). Pour clore l’homélie, je vous invite à confier votre vie à l’intercession de la Vierge Marie, dont l’existence s’est déroulée en synergie avec le Saint-Esprit : « Vierge Marie, Mère de Dieu et notre Mère, je te prends pour Mère et pour modèle, mon corps et mon âme, ma vie et ma mort, ce que je suis, ce que j’ai, je le mets entre tes mains, purifie-le, accepte-le, et de fais de moi un bon serviteur ou une bonne servante du Père et du fils et du Saint Esprit, à la suite de saint François-Xavier, patron du diocèse de La Réunion, de saint François et de saint Dominique et de tous les saints. Amen. »

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top