Rencontre autour de l’Évangile – 18ième Dimanche du Temps Ordinaire

Jésus nourrit la foule »

 

 

 TA PAROLE SOUS NOS YEUX

Situons le texte et lisons (Mt 14, 13-21)

Après le discours en paraboles, Jésus a fait un bref passage dans son village de Nazareth. Mais il a été mal accueilli : ses compatriotes croyaient le connaître, et ils n’ont  pas accepté qu’il puisse les enseigner avec sagesse et qu’il puisse faire des miracles. Quelque temps après, Jésus apprend que Jean Baptiste a été décapité par Hérode. C’est pour cela qu’il se retire dans un endroit désert…mais les foules ne le lâchent pas.

 

Soulignons les mots importants

Jésus vit une grande foule de gens : Quelle est l’attitude de Jésus ?

Il fut saisi de pitié : Quel sentiment  éprouve Jésus devant les foules qui le suivent ? Quelle est la préoccupation des disciples ?

L’endroit est désert : A quoi correspond le désert dans l’histoire du peuple d’Israël ? Comment  Dieu a-t-il nourri son peuple ? 

Donnez-leur vous-même à manger: Que signifie cette parole de Jésus ?

Cinq pains et deux poissons : a quoi peut servir une si petite provision ?

Apportez-les moi ici : pourquoi cette demande de Jésus ?

Il prit les cinq pains et les deux poissons. Levant les yeux au ciel…Prononça la bénédiction ; Il rompit les pains, Les donna aux disciples, les disciples les donnèrent à la foule : Que nous rappellent les paroles et les gestes Jésus ? Et que penser du rôle des disciples ?

Tous mangèrent à leur faim : De quoi les hommes ont-ils faim ?

On ramassa douze paniers pleins : A quoi nous fait penser ce nombre « douze » ? Est-ce que les « douze paniers pleins » auraient une signification dans la pensée de l’évangéliste ?

Cinq mille hommes : Pourquoi on ne compte que les hommes ?

 

Pour l’animateur   

  • Une grande foule: Jésus avait prévu de se retirer dans un endroit désert, après la mort cruelle de Jean Baptiste… mais les foules sont là, et il est disponible

  • Le désert où Jésus nourrit la foule rappelle le désert de l’Exode où Dieu a nourri son peuple par le miracle de la manne. Jésus fait comme Dieu. C’est lui qui apporte la vie du Père. Il est lui-même le pain du ciel. (Cf Jn 6) Les chrétiens vivent leur foi comme un nouvel exode spirituel ; ils sont nourris d’une manne nouvelle.

  • L’expression « Jésus fut saisi de pitié» exprime la tendresse de Jésus devant la détresse des hommes et devant la faim des hommes de tous les temps.

  • Jésus veut responsabiliser ses disciples en leur demandant de ne pas renvoyer la foule et de trouver eux-mêmes de quoi la nourrir. Il leur demande de se mettre à l’action. Il veut les associer au miracle en leur demandant de mettre à sa disposition le peu qu’ils ont.

  • Et dans la réalisation du miracle il fait participer ses disciples.»

  • le peu devient surabondance dans les mains de Jésus : Jésus attend qu’on mette les pauvres moyens entre ses mains.

  • Jésus, à travers ce miracle, pense à un autre. Il fait les mêmes  gestes qu’il fera à la Cène : « il prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples » (Mt 16,26)

  • Le rôle que Jésus confie aux disciples dans la distribution du pain: la multiplication des pains annonce l’eucharistie et le rôle des ministres. Nous pouvons penser à nos célébrations eucharistiques, surtout lors des grands rassemblements. Le célébrant reprend les paroles et les gestes de Jésus.

  • Tous mangèrent à leur faim: Jésus veut nourrir spirituellement les hommes, répondre à leur faim d’absolu : les nourrir de Dieu, qui seule peut combler la faim des hommes.

  • Les douze paniers nous font penser au « Douze»  tribus d’Israël, aux Douze apôtres qui eux-mêmes représentent toute l’humanité appelée à devenir le Peuple de Dieu. Les paniers sont pleins, pour signifier qu’il y aura du pain en abondance pour toutes les foules à venir et jusqu’à la fin des temps. Jésus n’a-t-il pas dit : « je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance ». (Jn 10, 10)

  • Au temps de Jésus, dans la mentalité juive, les femmes et les enfants n’avaient pas beaucoup de place dans la société : c’est pour cela qu’on ne les compte même pas. Jésus a rétabli l’égalité dignité des personnes  qu’elles soient hommes, femmes ou enfants.

 

TA PAROLE DANS NOS CŒURS :

Seigneur Jésus, nous admirons ta disponibilité : tu n’avais pas prévu cette foule de gens. Tu n’es pas resté indifférent à leurs attentes, à leur faim. Tu n’as pas agi seul. Tu as associé tes disciples à ton œuvre : tu n’as pas voulu qu’ils restent sans rien faire. Tu les as mis à l’action. Et avec le peu qu’ils t’ont apporté, tu as fais des merveilles pour nourrir cette foule. Tu es venu apporter la vie en abondance, la vie de Dieu pour tous.

 

TA PAROLE DANS NOS MAINS :

La Parole aujourd’hui dans notre vie

Jésus nous donne une leçon de disponibilité : nos plans sont parfois contrariés. Une visite inattendue, un service qu’on nous demande, un temps de repos que le téléphone vient arrêter, un enfant qui veut être écouté, telle présence contraignante… Avons-nous un cœur prêt à accueillir, à aimer, à s’émouvoir ?

Notre paroisse a la responsabilité de rassembler les foules aujourd’hui pour les nourrir de sa Parole et de son Corps. Que faisons-nous ?

Comme les disciples, devant les grands défis du monde d’aujourd’hui, la déchristianisation,  les problèmes de la faim, les richesses qu’il faudrait partager, les conflits, la violence… ne disons-nous pas : il n’y a rien à faire…à quoi bon ce petit geste de paix, ce petit partage, cette petite association humanitaire…Est-ce que nous pensons à mettre nos pauvres moyens humains dans les mains du Seigneur ?

Jésus multiplie pour nous les pains AUJOURD’HUI afin de combler notre faim de VIE,  notre faim d’AMOUR, notre faim de PAIX… notre faim de DIEU : comment recevons-nous la nourriture de vie éternelle, le pain de l’Eucharistie ?

 

Ensemble prions

Chant : Voici le pain de notre table p.135

Donne ton pain, Seigneur, à ceux qui ont faim,

Donne faim de toi à ceux qui ont du pain

Car toi seul Seigneur peux rassasier notre désir.

Donne ta force à ceux qui sont faibles

Donne l’humilité à ceux qui se croient forts,

Car toi seul, Seigneur, es notre force.

Donne confiance à ceux qui ont peur

Donne ta crainte à ceux qui ont trop confiance en eux

Car toi seul, Seigneur, soutiens notre espérance.

Seigneur Jésus, qui as rassasié la foule affamée au désert

Avec cinq pains d’orge et deux poissons, nous te prions :

Donne à chaque être humain le pain de la terre et le pain du ciel,

rassasie notre faim d’éternité. Toi, le Pain vivant descendu du Ciel. Amen

 

 

 Pour lire ou imprimer le document en PDF cliquer ici : 

18ième Dimanche du Temps Ordinaire

 

 

 

 

 

 

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top