Rencontre autour de l’Évangile – 23ième Dimanche du Temps Ordinaire

” Tout ce qu’il fait est admirable :

il fait entendre les sourds

et parler les muets.”  

TA PAROLE SOUS NOS YEUX

Situons le texte et lisons  (Mc 7, 31-37))

Le passage sur lequel nous allons partager fait suite à la rencontre de Jésus avec cette maman syro-phénicienne de la région de Tyr, une païenne qui a obtenu la guérison de sa fille.

Remarque

Nous gardons la méthode que nous avons suivie depuis quelques rencontres : la contemplation de Jésus. Nous sommes invités à fixer notre attention d’abord sur lui (ce qu’il fait, ce qu’il dit…) afin d’entrer dans ses pensées, son intention, selon le projet de l’évangéliste qui a écrit pour évangéliser catéchiser les lecteurs.

 

Regardons – réfléchissons – méditons

Regardons-réfléchissons-méditons

Regardons Jésus et  écoutons-le : 

Durant son ministère, Jésus a beaucoup marché : si nous regardons sur une carte de la Palestine, nous verrons le grand trajet dont parle  cet Evangile : Jésus quitte la région de Tyr et de Sidon (sur la côte Méditerranéenne – aujourd’hui le Liban), il traverse la Galilée et il continue sa route plus loin que le Lac de Tibériade, jusque dans une terre païenne, « la Décapole »

On lui amène un sourd-muet : bien réaliser ce qu’est cette infirmité : ne pas entendre, ne pas parler, donc impossibilité d’accueillir et de recevoir aucun message ; communication pratiquement impossible. Or, pourquoi Jésus a-t-il été envoyé ?

Noter tous les gestes que fait Jésus sur cet infirme. (noter que Jésus emmène l’infirme loin de la foule : admirons la délicatesse de Jésus et sa discrétion)

Noter la parole de Jésus  « Effata »-« Ouvre-toi »

Ses oreilles s’ouvrirent. Sa langue se délia

Et il parlait correctement :  Jésus est dans une terre païenne : Quelle peut être la signification de ce miracle raconté par saint Marc ?

Pourquoi Jésus demande aux gens  de ne rien dire à personne ?

« Tout ce qu’il fait est admirable : Il fait entendre les sourds et parler le muets » : Si nous avons sous les yeux le texte d’Isaïe de ce dimanche, regardons quels sont les signes qui seront accomplis par Dieu quand il viendra. Qui donc est Jésus ?

Pour l’animateur 

Les gestes de Jésus : Jésus ne se contente pas d’une simple imposition des mains, comme on le lui demande, il entraîne l’homme à l’écart, il touche les organes qui ne fonctionnent pas (il met ses doigts dans les oreilles, de la salive sur  la langue de l’infirme). Jésus ne fait là que qu’emprunter à la médecine de l’époque certains de ses usages (le contact physique sur la partie malade, et la salive, regardée comme source de vie, proche de la parole. Jésus prie (il lève les yeux au ciel), pousse un soupir (expression d’une œuvre difficile à faire), il prononce une parole « ouvre-toi ».

Ce miracle en terre païenne a une signification symbolique qui est claire : pour entendre la Bonne Nouvelle et proclamer la Gloire à Dieu, les païens ont besoin que Jésus ouvre les oreilles de leur cœur et mette sa parole dans leur bouche.

Pourtant Jésus impose le silence à l’entourage de l’homme guéri, comme souvent dans l’évangile de Marc, parce qu’il craint qu’on se trompe sur le genre de « Messie » qu’il veut être. Quand Pierre lui dira «  Tu es le Messie » (8,30), il faudra qu’il attende la Passion et la Résurrection de Jésus pour que le titre de Messie donné à Jésus reçoive sa pleine signification.

En fait, Marc souligne que les gens ne respectent pas la consigne de silence : comme pour dire au lecteur d’aujourd’hui, que  non seulement la consigne n’est plus valable, mais qu’il faut au contraire proclamer la Bonne Nouvelle du Christ partout.

De fait, la réaction des païens est présentée par saint Marc comme une véritable profession de foi, puisque Jésus réalise la promesse de Dieu annoncée par le prophète : Jésus, c’est Dieu qui vient pour faire « entendre les sourds et parler les muets. »

Alors que ceux qui suivent Jésus (ses disciples) restent sourds et muets devant le message de leur Maître, l’exemple  des païens leur est offert. C’est à eux que s’adresse le « Ouvre-toi ». Jésus invite ses compagnons – et Marc à ses lecteurs- à s’ouvrir à la Parole et à l’Action du Sauveur, à ne pas craindre de les « proclamer » dans le monde.

TA PAROLE DANS NOS CŒURS

Seigneur Jésus, tu fais entendre les sourds et parler les muets. Tu es bien le Messie annoncé par les prophètes. Prononce encore sur nous ce mot de puissance et de bonté  « effata ». Ouvre nos oreilles pour que nous écoutions ta Parole avec amour, et ouvre nos lèvres pour que nous annoncions tes louanges.

 

TA PAROLE DANS NOTRE VIE

Il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ! Dieu nous a parlé par son Fils, qui est sa Parole faite homme : et il continue de nous parler, dans l’Evangile, dans et par son Eglise, par les témoins qu’il met sur notre route : comment l’écoutons-nous ? (une écoute attentive ? une écoute qui cherche à comprendre ? une écoute qui aide la Parole à descendre dans notre cœur et à transformer notre vie ?Ne sommes-nous pas volontairement sourds aux appels du Christ, de l’Eglise, de nos frères ?)

Le sourd est du même coup muet : celui qui ferme ses oreilles et son cœur à Jésus, Parole de Dieu, à son enseignement, ne peut pas dire quoi que ce soit de Jésus, il ne peut pas être son témoin, reconnaître ses bienfaits et proclamer ses louanges. Sommes-nous des témoins de l’Evangile ? Est-ce que nous osons parler quand il le faut ? Il nous faudrait parler pour dénoncer cette injustice, pour encourager cette voisine, pour dire notre foi  mais nous préférons nous taire !

Aujourd’hui encore, le Seigneur « fait entendre le sourds et parler les muets » : quand un cœur endurci s’ouvre à la Parole de Dieu,  quand un timide qui avait peur de  témoigner de sa foi ose prendre la parole : savons-nous alors nous émerveiller et rendre gloire à Dieu ?

 

ENSEMBLE PRIONS   

Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route.

Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve.

Incline mon cœur vers tes exigences.

Ta Parole est la lumière de mes pas, la lampe de ma route.

 

Chant :

Ouvre mes yeux, Seigneur, aux merveilles  de ton amour. (C.1 et 4)

 

 

Pour lire ou imprimer le document en PDF cliquer ici : 23ième Dimanche du temps ordinaire.docx

 

 

 

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top