Rencontre autour de l’Évangile – 22ième Dimanche du Temps Ordinaire

“Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.”

 

 

 TA PAROLE SOUS NOS YEUX

Situons le texte et lisons (Mt 16, 21-27)

Le passage que nous allons méditer suit immédiatement celui où Pierre a confessé sa foi en disant au Christ « Tu es le Messie, de Fils du Dieu Vivant ». Mais il lui faudra découvrir que Jésus sera le Messie Serviteur souffrant.

Soulignons les mots importants

Après une lecture attentive du passage

 

Jésus « le Christ » : Pourquoi il est important de dire « Jésus Christ » ?

Montrer à ses disciples : quel sens a ici le mot « montrer » ?

Il lui « faut » souffrir, être tué et ressusciter le troisième jour » : A quelles paroles du « je crois en Dieu » nous renvoie ces paroles de Jésus ?

Pourquoi Pierre se révolte ?

Passe derrière-moi : que veut dire « marcher derrière Jésus » ? Qu’est-ce que Jésus demande à Pierre ?

Satan : que représente ce personnage ? A quel moment de la vie de Jésus nous renvoie ce rejet de Satan ?

Si quelqu’un veut…Qu’il prenne sa croix

Perdre/sauver sa vie : comment comprendre ces paroles de Jésus ?

Le Fils de l’homme : quel est son rôle ?

 

Pour l’animateur  

« Jésus le Christ », c’est le titre solennel qui donne l’identité exacte de Jésus. « Jésus », c’est le nom qui dit son origine terrestre, « Christ » le nom qui dit son origine divine.

Jésus dit qu’il lui « faut » souffrir, il ne parle pas d’un destin imparable, d’une fatalité, mais du Plan de Dieu qu’il a accepté et qu’il « montre », c’est-à-dire qu’il « dévoile » aux disciples.

« Ressusciter le troisième jour » : Matthieu écrit son évangile en faisant référence au credo des premières Églises « Christ est mort pour nos péchés…il a été enseveli, il est ressuscité le troisième jour » (1Co 15, 4). Jésus, en se nourrissant des Ecritures (Os 6, 2 ; ps.) avait foi en la résurrection des justes à la fin des temps. Pour l’heure, il s’en remettait totalement à son Père.

 Si Pierre se révolte, c’est que, malgré sa profession de foi en Jésus, malgré sa foi en la résurrection des justes, il n’accepte pas l’idée d’un Messie qui doit passer par l’humiliation et la mort.

Jésus le remet à sa place, c’est-à-dire sa place de disciple, celui qui doit « marcher derrière » Jésus, et non pas se mettre en travers de sa route prévue par le Père.  Pierre était déclaré « heureux » quand il a su dire sa foi ; mais il ne se plie pas encore aux vues de Dieu. Sa révolte sert les pensées de Satan, l’adversaire que Jésus a repoussé énergiquement lors de la tentation au désert. « Satan » désigne tout un ensemble de forces opposées à la mission du Christ.

Si quelqu’un veut… Jésus ne force jamais personne. La liberté, c’est la grandeur de l’homme selon Dieu. C’est Dieu qui a inventé la liberté de l’homme.

Prendre sa croix, pour les disciples, qui ont choisi de suivre le Christ, ce sera, tel le condamné obligé de traverser avec sa croix la foule hostile, se dépouiller de tout amour-propre en vivant sa foi dans un monde difficile, et trouver leur dignité dans leur ressemblance au Christ.

Celui qui se prend lui-même pour le centre de son existence, celui-là a perdu d’avance. Celui qui semble « rater » sa vie parce qu’il suit le Christ, celui-là réussira. Car la vie de l’homme ne s’identifie pas à son avoir, même s’il gagne le monde entier.

 

TA PAROLE DANS NOS CŒURS :

Jésus, tu es le Fils de l’homme, celui qui vient de la terre et du ciel. Tu es le Messie annoncé par les prophètes. Tu es le Fils unique du Père, le Dieu vivant, celui qui est le créateur de toute vie, et celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts. C’est la foi de Pierre, la foi de ton Église.

 

TA PAROLE DANS NOS MAINS :

La Parole aujourd’hui dans notre vie  

La souffrance et la mort restent une pierre d’achoppement qui détourne parfois les chrétiens de la foi. : Et nous ?

Renoncer à soi-même : Est-ce que nous acceptons de renoncer à vivre selon nous-même, selon nos idées pour nous mettre à vivre selon Jésus et les vues de Dieu ? (par exemple : accepter de renoncer à ma tranquillité et à mes aises pour accueillir quelqu’un qui me demande de l’aide !… Renoncer au plus mauvais de moi-même : moi, moi ! (le moi égoïste) pour développer le « moi » pour Jésus et pour mes frères.

Jésus est celui qui donne sa vie pour les autres : est-ce que nous sommes décidés à le suivre jusque-là ?

 Prendre sa croix : Être disciple de Jésus, c’est le suivre, nous le savons : c’est facile quand tout va bien. Mais quand survient l’épreuve ? Quand nous rencontrons des oppositions ? Quand nous sommes tentés de tout quitter parce que c’est difficile d’être chrétiens ? N’avons-nous pas le même réflexe de Pierre quand il nous faut envisager la souffrance et l’incompréhension à cause de notre foi au Christ ?

Nous sommes bien obligés d’encaisser ce qui nous tombe dessus, à cause de notre volonté de suivre Jésus.

 

Ensemble prions

Chant : Je choisis de vivre, je choisis d’aimer p.260 c.1-2

Nous avons tous, Seigneur, des fardeaux à porter.  Cette maladie qui nous frappe, ce cancer qui ronge, ce deuil si lourd à vivre cet enfant handicapé…pourquoi Seigneur ?

Et toutes les injustices qui nous brisent ou nous révoltent : le chômage et la misère, la guerre et la violence, les privations et la faim de millions d’être humains… Pourquoi, Seigneur ?

Aide-nous, Seigneur à porter nos croix comme tu as porté ta croix. Et nos croix deviendront des actes d’amour, elles nous feront participer au Salut du monde… Alors, au milieu de l’obscurité, tout prend un sens. Que ta croix, Seigneur, soit notre lumière et notre prière.

 

 Pour lire ou imprimer le document en PDF cliquer ici :  

22ème Dimanche du Temps Ordinaire

 

 

 

 

 

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top