Rencontre autour de l’Évangile – 33ème dimanche du Temps Ordinaire

” Alors on verra le Fils de l’homme venir sur les nuées avec grande puissance et grande gloire… “

TA PAROLE SOUS NOS YEUX

Situons le texte et lisons (Mc 13, 24-32)
Nous approchons de la fin de l’année liturgique. Dans le chapitre 13 de l’évangile de Marc Jésus nous parle de sa venue. Après avoir prédit la destruction du Temple de Jérusalem, des bouleversements que cela représente pour le peuple juif, Jésus veut faire naître l’espérance de sa venue en gloire. Le message de Jésus utilise un langage codé pour temps de crise, message qu’il nous faut décoder pour nous aujourd’hui.

Regardons-réfléchissons-méditons
Faire lire lentement le texte
En ces temps-là : De quel temps parle Jésus ?
Sa venue : De quelle venue s’agit-il ?
Une terrible détresse…le soleil s’obscurcira…la lune perdra son éclat…les étoiles tomberont du ciel…les puissances célestes seront ébranlées : Que veut dire Jésus dans ces paroles qui nous étonnent ? Veut-il nous faire peur ? Est-ce une description de la fin du monde ?
On verra le Fils de l’homme venir sur les nuées du ciel avec grande puissance et grande gloire: De qui Jésus parle-t-il ?
Il enverra les anges rassembler les élus : Qui sont ces élus ?
La parabole du figuier : A quoi Jésus nous invite dans cette petite parabole ?
Lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le Fils de l’homme est proche : A qui s’adresse Jésus ?
Cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive : De quelle génération parle Jésus ?
Quand au jour et l’heure, nul ne les connaît, pas même de Fils…

  

Pour l’animateur

En ces temps-là : expression qui par son flou désigne les derniers jours, le temps de la fin. Jésus parle de sa venue en gloire à la fin des temps.
Les catastrophes dont parle Jésus : il s’agit d’un grand bouleversement cosmique qu’il ne faut surtout pas prendre à la lettre. Dans la mentalité juive du premier siècle, cette façon de parler s’appelle « apocalypse ». Cela n’avait rien d’extraordinaire pour les auditeurs de l’époque. C’était un langage traditionnel pour annoncer l’intervention de Dieu et sa victoire sur les forces du Mal comme en peut lire dans Isaïe 13, 10 ou 34, 4. Il ne faut pas oublier que chez les peuples de l’Antiquité orientale – en dehors d’Israël- les astres étaient des divinités maîtresses de l’univers. Parler des éclipses du soleil et de la lune, de la chute des étoiles, c’est donc attester le triomphe du Dieu unique sur l’idolâtrie païenne. Il faut que le vieux monde disparaisse pour la place au monde nouveau. Jésus ne décrit pas la fin du monde, mais il veut faire comprendre qu’un monde nouveau naîtra, libéré de tout mal.
La Bonne Nouvelle : c’est la venue du « Fils de l’homme » , c’est à dire de Jésus lui-même, dans la gloire , et avec lui, l’avènement du « monde nouveau », le Royaume de Dieu. Là encore, ce « Fils de l’homme » porté sur les nuées du ciel, est tirée d’une vision « apocalyptique » du prophète Daniel (7, 13-14)
Dans l’évangile, le « Fils de l’homme » désigne le Messie que Dieu établit pour établir son Règne sur la terre. Ici, Jésus annonce sa venue triomphale comme Juge et Sauveur universel à la fin des temps.
Les élus : ce sont les fidèles du monde entier qui seront rassemblés autour du Messie glorieux : c’est la manière d’annoncer le salut. Alors que le péché divise et disperse, le salut apporté par Jésus ressuscité rassemble.
Mais « quand » donc aura lieu cet événement majeur ? Jésus ne répond pas directement. La parabole du figuier est parlante pour les auditeurs de Jésus : en Palestine, le figuier est un arbre dont les fruits sont tardifs : mais l’apparition des bourgeons et des feuilles est le signe certain que l’été arrive. Jésus veut dire : la fin des temps est en marche. Il faut rester attentifs aux « bourgeonnements » du Royaume de Dieu qui est là et qui avance.
Pour les chrétiens du temps de Jésus, issus pour la plupart du monde juif, il n’était plus question de porter ses regards vers le Temple comme lieu de rassemblement. Il doit s’écrouler et le monde avec lui. Celui qui rassemblera l’humanité sauvée, c’est le Christ Sauveur glorieux.
Marc écrit son évangile à l’adresse des chrétiens de son temps dans un contexte de persécutions : il projette devant nous, comme sur un écran, le film des événements de son Église et en arrière plan, les images « apocalyptiques » du Retour du Christ. Les images se mélangent.
En fait le message de Jésus s’adresse à chaque génération de chrétiens : Devant les persécutions, les bouleversements de l’histoire qu’ils peuvent connaître, les chrétiens ne doivent perdre de vue qu’ils doivent lever les yeux vers Celui qui sera le rassembleur d’une humanité sauvée du Mal : le Christ glorieux, ressuscité.
Jésus ne veut donc pas faire naître la peur, il veut nous inviter à vivre les événements, même les plus bouleversants, dans la vigilance et dans l’espérance, en tournant nos cœurs vers son retour dans la gloire, que nous proclamons dans chaque eucharistie.
Mes paroles ne passeront pas : Jésus donne à ses paroles l’autorité de la Parole divine. Il faut donc débarrasser notre esprit de la peur de la fin du monde, imaginée comme une catastrophe cosmique, universelle. Une mauvaise interprétation de ce texte a conduit des prophètes de malheurs à prédire la fin du monde (cf les terreurs de l’an 1000 ). Qu’est-ce qu’on n’a pas entendu pour l’an 2000 ? C’est l’arme utilisée souvent par certaines sectes.
L’ignorance du « Fils » pour le jour et l’heure de la fin du monde, souligne avec force l’humanité de Jésus. La date de cet événement reste le secret absolu du Père. Lui seul est le maître de l’histoire. Lui seul en connaît le terme

 

 

TA PAROLE DANS NOS CŒURS
Seigneur Jésus, nous ne savons ni le jour ni l’heure, mais nous savons et nous sommes sûrs que tu reviendras dans la gloire. Ce que nous attendons, c’est le « monde nouveau » où règneras la justice et l’amour. Donne-nous la grâce de faire le bien chaque jour dans l’espérance de ton retour.

TA PAROLE DANS NOS MAINS
La Parole aujourd’hui dans notre vie
Quelle est la bonne nouvelle que nous apporte cet évangile ?
Jésus reviendra dans la gloire pour achever de libérer l’humanité de tout ce qui la défigure. Cette humanité nouvelle, ce monde nouveau, a germé avec sa Résurrection. Le Mal peut s’emballer par moment. Il ne peut pas empêcher de grandir le germe puissant de l’univers nouveau qu’ont introduit dans le monde la résurrection du Christ et le don de l’Esprit. En faisant le bien, collaborons à sa croissance jusqu’à ce que le Christ le fasse apparaître au grand jour. C’est là notre espérance. Le chrétien est un optimiste.
Quel visage de Dieu Jésus nous révèle-t-il ?
Dieu est le maître de l’histoire des hommes, Il veut sauver tous les hommes. Nous lui faisons confiance.

Dans chaque eucharistie, nous chantons : « Nous attendons ton retour dans la gloire ». Dans le « Je crois en Dieu », nous professons : « Il est assis à la droite du Père d’où il viendra juger les vivants et les morts. » Le croyons-nous vraiment ? Savons-nous, comme Jésus nous y invite, interpréter le sens des événements que nous vivons, à la lumière du Retour du Christ. ? Quand nous sommes troublés par les guerres, les catastrophes, les génocides, les famines, les épreuves… qui s’abattent sur notre monde, quelle est notre réaction de chrétiens ? fatalisme ? pessimisme ? appel à nous engager là où nous sommes pour que les choses aillent mieux ? espérance ? Découragement ? Solidarité ? Prière ? Appel à approfondir notre foi ? Quel visage de Dieu nous donnons ?

ENSEMBLE PRIONS
Nous te rendons grâce, Dieu notre Père, pour ton Fils Jésus Christ : il a tout accompli, notre vie, notre mort. Espérant son retour glorieux, Seigneur nous te bénissons.
Chant : Tournés vers l’avenir (Carnet des paroisses p. 254 c. 2, 6,12)
Notre Père

 

 Pour lire ou imprimer le document en PDF cliquer ici : 33ième Dimanche du Temps Ordinaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top