Rencontre autour de l’Evangile – 4ième Dimanche de Carême

lumière 2

“Dieu a envoyé son Fils dans le monde pour que par Lui le monde soit sauvé..”

 

TA PAROLE SOUS NOS YEUX

Situons le texte et lisons (Jn 3, 14-21)

Le passage que nous allons méditer se situe juste après la rencontre célèbre de Jésus avec Nicodème, ce pharisien bien disposé qui est venu trouver Jésus, la nuit, pour lui demander des explications sur son œuvre.

Le sens des mots

Le serpent de bronze élevé par Moïse : Est-ce que nous nous rappelons ce qui s’est passé pour le peuple hébreu dans le désert de l’Exode ?

Il faut que le Fils de l’homme soit élevé : Que veut dire Jésus ? Que signifie le mot « élevé » ?

Dieu a tant aimé le monde : De quel monde s’agit-il ?

Dieu a donné son Fils : Par quel nom pourrait-on remplacer le mot « Dieu » ? De quelle manière s’est réalisé ce don ?

Le nom du Fils unique de Dieu :   Que désigne ce “nom” dans la Bible ?

Le jugement : C’est quoi ce jugement ? Qui est-ce qui juge ?

La lumière et ténèbres : Par quels autres mots pourrait-on remplacer ces deux mots ?

POUR L’ANIMATEUR

Le serpent élevé dans le désert (Nombres 21,4-9) arrachait à la mort les Hébreux infidèles. Un épisode mystérieux, qui cependant certains traits peuvent éclairer la révélation :

a-   le serpent a été élevé, comme  le Fils sera élevé sur la croix.

b-   La mort qui menaçait le peuple était due à son incroyance. Lever les yeux vers le serpent de bronze signifiait de manière symbolique la foi en Dieu qui seul peut sauver.

c-   Cette référence à l’Exode, veut montrer que Jésus est le nouveau Moïse ; Mais pour saint Jean,  c’est plus que cela, car le Fils de l’homme qui sera  élevé sur la croix est le Fils unique du Père.

Il faut que le Fils de l’homme soit élevé : l’évangéliste laisse de côté les circonstances de la mort de Jésus. Il retient seulement la « nécessité » (il faut) qui s’enracine dans le vouloir de Dieu. Le Dieu qui élève Jésus sur la croix est aussi celui qui aime le monde. Les versets 14-16 résume la révélation.

Jésus élevé, c’est sa mort sur la croix qui est aussi pour Jean sa glorification. C’est le sommet de la révélation pour Jean parce que la croix est le lieu où se dévoile l’amour Dieu : « Dieu a tant aimé me monde qu’il a donné son Fils ». L’Incarnation du Fils de Dieu est la manifestation de l’amour de Dieu qui atteint son sommet sur la croix.

La croix n’est pas source de salut par son aspect sacrificiel et sanglant. Elle est source de vie pour les croyants parce qu’elle est l’expression ultime de l’amour de Dieu. La croix n’est pas, comme parfois on l’a dit, le lieu de la colère de Dieu, de l’abandon du fils par son Père pour racheter le péché des hommes. Bien au contraire, sur la croix, le Fils et le Père communient dans un  même amour pour le monde. C’est le même amour des hommes qui est partagé par Dieu et son Fils.

Le jugement : si l’amour de Dieu en Jésus est inconditionnel, il appelle la réponse de l’homme. La présence de Jésus exige que chacun maintenant choisisse : c’est maintenant que le jugement est fait. L’homme est contraint de faire le choix et de ce choix sort dès maintenant ou le salut ou la condamnation. Ce n’est pas Dieu qui condamne. C’est la liberté de chacun qui entraîne la séparation et donc le jugement. Les ténèbres (le refuser) ou la lumière (choisir Jésus).

TA PAROLE DANS NOS COEURS

Seigneur Jésus, tu es le don du Père aux hommes. En toi Dieu lui-même se donne à tous et à chacun. Aimer, c’est tout donner. C’est se donner soi-même. Apprend-nous aimer vraiment, à faire de notre vie une  histoire d’amour avec toi.

TA PAROLE DANS NOTRE VIE

 «Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique» : le seul désir de Dieu, sa grande entreprise, c’est de « sauver ».

Comment accueillons-nous cette initiative de Dieu ?

Ce regard de Dieu sur le monde est-il le nôtre ou sommes-nous plus portés à le condamner ?

S’attacher à Dieu, vivre en accord avec Sa volonté, c’est vivre.  Est-ce que j’ai choisi de m’attacher au Christ pour trouver en lui la Vie ?

Faire le bien, c’est vivre dans la lumière. Faire le mal, c’est vivre dans les ténèbres.

Ce Carême est-il pour nous le temps du choix de la Lumière ?

ENSEMBLE PRIONS

Prier avec le chant : Dieu a tant aimé le monde (Carnet p. 145)

Notre père.

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top