Rencontre autour de l’Évangile – 8ième Dimanche du Temps Ordinaire

« Vous ne pouvez pas servir

à la fois Dieu et l’argent »…

 

 TA PAROLE SOUS NOS YEUX

Ensemble lisons et comprenons les mots important (Mt 6, 24-34)

     Nous sommes ici dans la dernière partie du Sermon sur la Montagne où Jésus a tracé le Chemin Nouveau de l’Alliance Nouvelle : un appel au Bonheur, lancé neuf fois, pour les pauvres de cœur, les doux, les artisans de paix, les miséricordieux, les affligés, les assoiffés de justice et ceux qui sont persécutés pour elle… Ce Chemin est à accomplir dans l’Amour, en cœur à cœur avec Celui qui n’est qu’Amour. Et Jésus nous invite ici à faire le choix de Dieu et donc de l’amour, notamment face à l’argent, et cela dans la confiance en sa Présence agissante à nos côtés… 

 

Soulignons les mots importants       

« Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent », le principe est posé… Mais si nous en restions là, quelles objections pourrions-nous faire à Jésus ?

  • Quelle est la logique du « service de l’argent » ? Et celle du « service de Dieu » ? Les deux sont-elles compatibles ?

  • En Mt 6,25-34 un mot revient cinq fois (avec une fois le verbe correspondant), lequel ? Conclusion : qu’est-ce que Jésus ne veut pas pour nous ?

  • Jésus évoque les besoins fondamentaux de l’homme : la nourriture et le vêtement. Qui nous a créés tels que nous sommes, avec ces besoins ? Qui donc a la responsabilité morale de notre vie ?

            Mais si Dieu, de son côté, veille, conduit, dirige, inspire, pour que tout ce qu’il désire faire pour nous puisse atteindre son but, qu’est-ce que cela sous entend de notre côté ?

           De plus, souvenons-nous de la vocation de tout homme telle qu’elle est présentée dans le Livre de la Genèse : « Soumettez la terreLe Seigneur Dieu conduisit l’homme dans le jardin de l’Éden pour qu’il le travaille et le garde » (Gn 1,28 ; 2,15). Sommes-nous invités à la paresse ? Quelle est l’attitude « juste » ? Relire la conclusion de notre Évangile à la lumière de cette réponse : tout va-t-il tomber du ciel tout seul ?

  • Par les exemples des « oiseaux du ciel » et des « lys des champs », qu’est-ce que Jésus veut faire grandir en nos cœurs ? Noter d’ailleurs comment il nous appelle…

Pour l’animateur 

  • Nous avons besoin d’argent pour acheter de quoi nous nourrir et nous vêtir au risque de s’exposer à l’angoisse incessante du lendemain (C. Tassin).

  • L’argent demande l’argent : ne jamais perdre, toujours gagner, accumuler sans cesse. Si l’argent n’a d’autre but que lui-même, il peut vite devenir une idole devant laquelle tout doit plier, l’humain y compris…

            Servir Dieu, c’est servir l’homme : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Et « celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas » (Mt 22,37-39 ; 1Jn 4,20). Or aimer son frère, c’est notamment l’aider quand il est dans le besoin : « Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s’il voit son frère dans le besoin sans se laisser attendrir, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ? » (1Jn 3,17). Il l’aide ? Il donne ? S’il accepte de donner, la logique de l’argent vole alors en éclats…

  • Le mot « souci ». Jésus veut nous voir triompher, par notre foi, de tous les soucis qui peuvent survenir à propos de ces besoins matériels qui nous sont nécessaires. « Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus» (Ph 4,6-7).

  • C’est Dieu qui nous a créés avec ces besoins qui sont les nôtres et il ne peut que tout faire, de son côté, pour qu’ils soient satisfaits…

        Mais cela suppose que l’homme se tourne vers Lui, tienne compte de Lui, l’accueille, lui obéisse. Le pire étant bien sûr que l’homme, par le mal qu’il commet, peut contribuer lui-même à sa propre perte !

        Dans la Genèse, Dieu l’invite à « garder » la création, à la protéger, la respecter, la sauvegarder, et bien sûr à travailler et se nourrir ainsi du fruit de sa peine… « Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. Or, nous apprenons que certains parmi vous vivent dans l’oisiveté,  affairés  sans  rien  faire.  A ceux-là, nous adressons dans le Seigneur Jésus Christ cet ordre et cet appel : qu’ils travaillent dans le calme pour manger le pain qu’ils auront gagné » (2Th 3,10-12).

En agissant ainsi il « cherchera d’abord le Royaume de Dieu et sa justice ». Telle est l’attitude « juste » que Dieu attend de nous. Mais dans les difficultés de cette vie, il s’agit seulement de faire de son côté tout ce que l’on peut…

  • Les oiseaux du ciel sont un bel exemple… Ils ne cessent d’être actifs, de se démener, de chercher de quoi manger… et Dieu les nourrit. Si Dieu fait tant de belles choses pour ces petites créatures si communes, et pour l’herbe des champs qui finira au feu, combien plus fera-t-il des merveilles pour les hommes, ses enfants, fussent-ils « de peu de foi »… « Tu as du prix à mes yeux et je t’aime » (Is 43,4). Jésus cherche donc à faire grandir notre confiance en la Présence agissante et efficace de Dieu dans nos vies.

TA PAROLE DANS NOS COEURS :  avec Mère Teresa

    « Ayons confiance en Dieu. Ayons une foi aveugle en la Divine Providence. Croyons en Dieu. Il sait tout. Et il pourvoira à tout. Donnons-lui l’occasion de tester notre foi en lui. Espérons en lui. Ayons confiance en lui et croyons en lui. »

   

TA PAROLE DANS NOS MAINS :

                                                                l’exemple de Mère Teresa

« C’est un capital d’Amour qu’il faut réunir, un sourire, une visite à une personne âgée. Les vrais coopérateurs du Christ sont les porteurs de sa charité. L’argent vient si on recherche le royaume de Dieu. Alors tout le reste est donné. »

 

PRIONS

Dieu d’amour, transforme-nous par ton Esprit d’amour ; que nos pensées deviennent tes pensées, et nous aurons pour nos frères et pour toi un même amour. Rends-nous ainsi capables d’aimer tous les hommes de l’amour dont tu les aimes. Nous te le demandons par Jésus, ton Fils, notre Seigneur.

                       

 

 Pour lire ou imprimer le document en PDF cliquer ici : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top