1° janvier 2022 – Solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu (Lc 2,16-21) – Père Rodolphe EMARD

Pour clore notre octave de Noël, en ce premier jour de la nouvelle année civile, l’Église nous donne de solenniser sainte Marie, Mère de Dieu.

Dans les premiers siècles de l’Église, il y a eu plusieurs graves hérésies concernant la divinité du Christ, notamment l’arianisme qui refusait de croire que le Fils de Dieu fait homme puisse être l’égal du Père. Il aura fallu deux conciles œcuméniques pour affirmer la foi en la divinité de Jésus : 325 à Nicée et 381 à Constantinople.

En 428, Nestorius, le patriarche de Constantinople déclara que Marie ne pouvait pas être appelée Theotokos (en grec), c’est-à-dire Mère de Dieu mais seulement mère du Christ. Cela a entrainé un nouveau tumulte dans l’Église.

En 431, un concile réunissait alors tous les évêques de l’époque pour condamner la position de Nestorius et proclamer solennellement la maternité divine de Marie : Marie est Mère de Dieu.

Vingt ans plus tard, en 451, lors d’un autre concile à Chalcédoine, l’Église affirma que Jésus est bien vrai Dieu et vrai homme. Reconnaître Marie comme la Mère de Dieu, c’est admettre la filiation divine du Christ.

Le concile de Chalcédoine souligne à ce sujet que le Christ est une personne mais il possède deux natures -humaine et divine- unies entre elles « sans confusion ni changement, sans division ni séparation ». Voilà pourquoi Marie est Mère de Dieu.

Jésus vrai Dieu qui s’est fait homme en prenant chair d’une vierge par l’action de l’Esprit-Saint. L’Église affirme aussi la virginité perpétuelle de Marie : « Nous célébrons le jour très saint où Marie, dans la gloire de sa virginité, enfanta le Sauveur du monde. »[1]

La « virginité féconde »[2] de Marie montre la pureté et la sainteté du Christ. Dieu ne pouvait pas s’incarner dans un sein indigne de lui, c’est pourquoi il préparer en Marie une demeure digne de lui. On pointe ici le mystère de la conception immaculée (sans tache, sans péché) de Marie, pour porter le Fils de Dieu.

Jésus vrai Dieu, vrai homme, le grand saint : « Toi qui enlèves les péchés du monde, prends pitié de nous » disons-nous à la messe, notamment lors du Gloria et de l’Agnus. Nous disons aussi : « Donne-nous la paix » dans l’Agnus et nous échangeons cette paix du Christ avant la communion : « Dans la charité du Christ, donnez-vous la paix. »

Christ est aussi le Prince de la paix ! En ce 01er janvier, c’est aussi la journée mondiale de la paix. Ce n’est pas sans nous rappeler en ce premier jour de l’année, que sans la paix nous ne réussirons pas correctement nos projets. Recherchons activement la paix, elle est la base pour construire toute fraternité.

 

Le pape François, dans son message, pour cette journée mondiale de la paix 2022 écrit : « À chaque époque, la paix est à la fois un don du ciel et le fruit d’un engagement commun. (…) Il y a un “artisanat” de la paix qui implique chacun de nous personnellement. Chacun peut collaborer à la construction d’un monde plus pacifique : à partir de son propre cœur et des relations au sein de la famille, dans la société et avec l’environnement. »[3]

 

 

L’implication de chacun… Nous sommes invités à vivre 2022 dans l’axe de la paix. Faisons-le dans nos relations avec Dieu, avec notre prochain et avec nous-même :

  • Notre relation avec Dieu : demandons-lui prioritairement la paix ; demandes de paix pour nos familles, pour les autres, notamment ceux de nos milieux professionnels et ceux de nos voisinages… rappelons-nous que le Christ est le Prince de la paix, pas celui de la zizanie, réajustons nos prières…

  • Notre relation avec notre prochain : lui souhaiter la paix ! Œuvrer pour des relations plus pacifiques avec les autres, sans trop les pointer systématiquement comme les problèmes… Cela fonctionnera si chacun fait les efforts nécessaires…

  • Notre relation avec nous-même : souhaiter déjà la paix pour soi ! Œuvrer pour que nous soyons vraiment habités par la paix de Jésus. Pour être un vrai artisan de paix, il faut commencer par soi-même ! Ce que je ferai pour rester dans les « rouages » de la paix et fuir les chemins de la division…

Que Marie, Mère de Dieu nous accompagne de sa prière maternelle. Je vous souhaite une belle année 2022 avec ces versets du livre des Nombres : « “Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix !” » (Nb 6, 24-27). Amen !

[1] Prière avant la consécration de la Nativité du Seigneur jusqu’au 1er janvier inclus.

[2] Cf. prière d’ouverture.

[3] Message du Pape François pour la 55ème journée mondiale de la paix 2022 : Dialogue entre générations, éducation et travail : des outils pour construire une paix durable.

                                                                                                                P. Rodolphe Emard

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top