Un mot, une piste de réflexion : RECONNAISSANCE (Joëlle et Roger GAUD)

RECONNAISSANCE

–         Être reconnaissant, manifester de la reconnaissance, savoir remercier, ou, pour employer un terme chrétien, savoir « rendre grâce », ça peut a priori paraître naturel ! Dire merci est d’ailleurs une des premières choses qu’on apprend aux enfants ! Alors ? Pourquoi s’arrêter aujourd’hui sur ce mot de “reconnaissance” ?

–         J’ai envie de te répondre pour au moins deux raisons : La première, c’est que ce n’est peut-être pas aussi évident qu’il n’y paraît ! Et la seconde, c’est que beaucoup ne savent plus de quoi il faudrait dire merci, ni comment le faire !

–         Savoir être reconnaissant, ce serait donc une grâce à demander au Seigneur ?

–         Oui ! Oui ! Tout à fait !

Tu sais, il y a des gens qui sont « naturellement » reconnaissants. C’est dans leur tempérament. Ils sont comme ça ! Chez eux c’est comme naturel d’être reconnaissant ! Quelle chance ils ont ! Ils arrivent toujours à poser sur les événements un regard positif … et ça les rend optimistes !

–         Tu veux dire que devant une bouteille remplie à moitié, ces gens-là arrivent toujours à la voir à moitié pleine, alors que d’autres diraient qu’elle est à moitié vide !

–         Mais il y a, hélas, des personnes chez qui c’est juste le contraire : Ils n’arrivent pas à voir le côté positif des choses et ne retiennent que le négatif ! C’est désolant ! Car ils finissent par passer à côté de plein de merveilles sans même s’en apercevoir !

–         Tu veux dire qu’ils sont ingrats ?

–         Oui, mais ce n’est pas toujours de leur faute : ça dépend souvent de leur éducation ; ça dépend aussi des gens qui les entourent aujourd’hui … et des difficultés auxquelles ils doivent faire face actuellement !

–         Mais, on ne peut pas nier que le contraire de la reconnaissance, c’est l’ingratitude ! Ou que le contraire d’un esprit reconnaissant, c’est un esprit blasé qui ne sait plus reconnaître tous les bienfaits dont il est l’objet, comme si tout lui était dû !

 

 

–         Oui ! Je te l’accorde bien volontiers, mais je crois que ces gens-là sont surtout malheureux !

–         Comment ça ?

–         Voir toujours le côté négatif des choses, passer à côté de plein de merveilles sans même s’en apercevoir (comme je le disais tout à l’heure), ça ne peut que vous rendre pessimiste, sans espérance, voire même aigri … En un mot : malheureux !

–         Tu sembles dire qu’arriver à être reconnaissant, ça va nous rendre heureux ? Que ce serait une clé du bonheur ?

–         Parfaitement ! Quand on sait regarder, en soi et autour de soi, tout ce qu’il y a de positif, ça aide incontestablement à aborder différemment la vie (y compris avec les difficultés qu’elle comporte – et qui peuvent parfois être très lourdes !)

–         Concrètement, pour un Chrétien, comment faire pour être reconnaissant ? Pour remercier ceux qui nous aident, en général on voit assez bien comment il faut s’y prendre ! (Rires – J’ai envie de dire : c’est la moindre des politesses !) Mais pour remercier Dieu, ça peut paraître plus compliqué ! Alors, comment faire ?

–         Je crois qu’il y a mille et une façons de témoigner à Dieu notre reconnaissance, de Le remercier, de Lui rendre grâce ! L’Esprit Saint saura nous montrer ce qu’il faut que nous fassions !

–         Tu peux nous donner quelques pistes ?

–         Les exemples ne manquent pas : Consacrer à Dieu un peu plus de temps dans notre journée ; partager avec ceux qui sont dans le besoin ; visiter les malades ; écouter ceux qui se sentent seuls ; et mille et une autres actions concrètes que l’Esprit Saint nous indiquera …

–         Pour en revenir à cet esprit de reconnaissance qui semble – hélas – si étranger à certains, ne devrait-il pas habiter le cœur de chaque Chrétien ?

–         Oui ! Bien sûr ! Car, en le cultivant, nous serons de plus en plus attentifs à tous ces cadeaux que Dieu ne cesse de nous faire … ce qui renforcera notre foi et notre espérance … et ce qui nous aidera donc à ne pas sombrer dans la morosité ambiante …

–     Oui ! Et être optimiste, c’est un facteur d’évangélisation !

–     Oui ! Il y a un lien indéniable entre “reconnaissance”, “optimisme” et “évangélisation” !

L’optimisme (nous l’avons dit) est un des fruits de la reconnaissance ! Et l’optimisme (comme tu le dis) est un facteur puissant d’évangélisation :             Il va de soi que ceux qui ne connaissent pas le Seigneur auront du mal à suivre des Chrétiens pessimistes ou défaitistes !

–     Je comprends bien, qu’à tous points de vue, savoir être reconnaissant, c’est vraiment une grâce à demander au Seigneur !

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top