Un mot, une piste de réflexion : ECOUTE (Joëlle et Roger GAUD)

ECOUTE

 

– L’écoute est un thème que l’on retrouve souvent dans la Bible.

–  Et évidemment, on ne peut que penser au grand commandement donné au peuple d’Israël, dans le livre du Deutéronome : “Shema Israël, Ecoute Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force”.

–         Ecouter Dieu, on en a un peu parlé avec le mot “silence”. Oui, on peut écouter la Parole de Dieu, la méditer, ça fait partie de l’écoute de Dieu. Dieu nous parle par Sa Parole, qui est plus qu’un livre saint…

–         Oui, on en reparlera d’ailleurs. Dieu nous parle aussi à travers les circonstances de notre vie, rien n’arrive jamais par hasard

–         Ma première réaction devant un événement nouveau dans ma vie devrait donc être “Qu’est-ce que tu veux me montrer, Seigneur, dans cet événement Seigneur, dans cette épreuve?”

–          Oui, que de témoignages d’épreuves vécues qui se sont terminées par “oui, je peux dire que cette épreuve m’a apporté beaucoup, à la réflexion. Oui, Dieu s’est servi de cette épreuve pour mon bien” Et puis, parfois, aussi, le mystère demeure….

–         Dieu nous parle à travers la Bible, à travers les circonstances et aussi à travers les autres.

–         Oui, Il peut parler par n’importe qui, parfois même par quelqu’un qui n’est pas chrétien, mais ne prenons pas pour parole venant de Dieu, tout ce qui nous est dit. Même si cela vient de chrétiens qui disent l’avoir reçu de Dieu. Tout est toujours à discerner dans le silence, dans la prière, en attendant des confirmations avant d’agir, en demandant aussi parfois l’accompagnement de personnes habilitées. La Parole de Dieu est aussi un critère de discernement: si Dieu me demande quelque chose, cela doit être conforme à Sa Parole.

–         Dieu nous parle aussi parfois “en direct”…

–         Oui, la petite voix intérieure dans notre coeur… en particulier dans les temps de prière,  surtout de prière silencieuse . ” Parle Seigneur, ton serviteur écoute” . C’est ainsi qu’Héli enseigne au petit Samuel comment il devra répondre lorsque Dieu l’appellera.

–         Oui, et cet enseignement qui lui est donné, nous concerne tous, à tout instant, parce que c’est une leçon de prière.

–         Si on vous disait que vous alliez rencontrer Dieu en direct, qu’il allait vous parler, et que vous pourriez lui parler, que Lui diriez-vous? Héli nous l’indique: le mieux serait de dire : «Parle, Seigneur, ton serviteur écoute». La juste relation à Dieu, c’est que nous, nous le servions, et pour bien Le servir, il faut l’écouter, afin de découvrir sa volonté. Parle Seigneur, ton serviteur écoute.

– Mais la difficulté est de reconnaître la voix de Dieu. D’ailleurs Samuel non plus, au début, n’a pas compris, et c’est Héli qui explique à Samuel que c’est Dieu qui l’appelle.

– Oui, nous avons à apprendre à être attentif à l’appel de Dieu. C’est dans une relation personnelle à Dieu que l’on peut trouver à quoi Dieu nous appelle, de quelle manière nous pourrions le servir.  Il se sert de nos désirs, de nos aptitudes, de nos dons naturels. Mais là encore, ce n’est pas toujours évident de savoir si c’est l’Esprit Saint qui est venu parler en moi ou si c’est mon esprit… Ou même, un esprit “malin”…  A discerner là aussi.

– Ecouter Dieu d’accord, mais dans le mot écoute, en français courant, on retient surtout l’écoute des autres. Et là encore, quelqu’un dont on dit qu’il a de belles qualités d’écoute est quelqu’un qui se tait beaucoup.

– Le Pape François appelle cela l’apostolat de l’oreille. Nous sommes envoyés pour écouter avant de parler. Ecouter avec amour, avec patience, sans se fatiguer, comme Dieu le fait avec nous.

– Oui, surtout quand ça fait dix fois que nous lui redisons la même chose.

–  Oui, et écouter est bien plus qu’entendre; entendre a quelque chose de passif, j’entends un son, je ne réagis pas forcément.  Si j’écoute ce son, et plus particulièrement, si j’écoute une personne, je prête l’oreille, j’ouvre les oreilles de mon cœur, je mets en action tous mes sens, j’essaie de comprendre, je m’implique, je me fais proche de celui que j’écoute, et je me tais.

–   Finalement que faut-il pour bien écouter?

–         L’écoute exige amour et silence, ce que je trouve auprès de Dieu, que j’écoute en silence et qui me donne cet amour que je peux alors partager.

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top