Un mot, une piste de réflexion : FOI (Roger et Joëlle GAUD)

La foi n’est pas qu’un ensemble de croyances. Sous le mot “foi” se cache en filigrane des notions essentielles comme la Confiance et l’Espérance. D’ailleurs, le mot français « foi » vient du latin « fides », que l’on peut traduire généralement par « confiance ».

A nos croyances, il faut ajouter une dimension d’espérance, sinon ce n’est pas la foi ! Pour le dire de façon très synthétique, on pourrait résumer par la formule : « Foi = Croyances + Espérance ».

– Cette dimension d’espérance que tu viens d’évoquer me fait penser que, déjà Saint Augustin, au IVème siècle, notait qu’il y a une nuance entre « croire que » et « croire en ».

Quand je dis je crois que, j’émets en fait une hypothèse. Je pense qu’il est possible que … «Croire que » comporte, en fait, une part de doute !

Tandis que lorsque je dis « je crois en », cela veut dire que je mise sur : je crois en ce jeune qui a 20 ans et qui est très brillant ; je pense qu’il ira loin dans la vie. Je crois en lui.

Et quand un Chrétien proclame le contenu de sa foi en récitant le Credo, il ne dit pas je crois que, mais je crois en. Quand je dis «  je crois en un seul Dieu », ça signifie que non seulement je crois qu’il existe, mais qu’en plus, je mise sur lui. Voilà vraiment ma foi. Voilà mon espérance.

– Troisième point : La foi est en même temps un don de Dieu et un choix personnel. C’est un don de Dieu : Comme toujours dans les relations entre Dieu et les hommes, c’est à Dieu que revient l’initiative !  Mais la foi, c’est aussi un choix personnel. Autrement dit : la foi nécessite un accueil de notre part. Dieu nous la donne, mais ne nous l’impose pas : Il nous la propose, à nous de l’accepter ou de la refuser.

– Autre point important : La foi n’est pas une assurance contre le malheur ! Mais … elle nous aide à mieux affronter nos problèmes quotidiens ! La foi nous donne une force inégalable pour traverser nos épreuves : Croire, c’est savoir que nous ne sommes pas seuls et que nous pouvons garder confiance au cœur de l’épreuve.

– Cinquième point : Il ne faut, ni se faire d’illusion, ni culpabiliser si ça nous arrive : La foi passe parfois par des périodes de doute !

Beaucoup de nos auditeurs ont sans doute entendu parler de ces « nuits de la foi » qu’ont vécues de grands saints comme Saint Jean de la Croix, Sainte Thérèse de Lisieux ou la Sainte Mère Teresa.

–         D’où notre sixième point : La foi a besoin d’être cultivée. Comme le dit le Père Pottier : « La foi, on ne l’a pas une fois pour toutes … Il faut sans cesse l’alimenter, la restaurer »  … (par la prière, les sacrements, la lecture de la Parole, des retraites …).” La foi, on peut l’avoir, mais on ne peut la stocker !”

 

–         Pour comprendre le septième point, à savoir que la foi n’est pas qu’une option « individuelle », j’aimerais bien que tu nous lises ce qu’a écrit le Pape François dans son encyclique « Lumen Fidei »:

–         « Il est impossible – dit le Pape – de croire seul. La foi […] s’ouvre au ‘nous’. Elle advient toujours dans la communion de l’Eglise » .

–         Ce qu’il veut nous dire, c’est qu’il est très important de vivre sa foi « en Eglise ». Cela nous permettra de ne pas nous enfermer sur nous-mêmes ; et cela nous mettra à l’abri de l’orgueil qui finirait par nous faire croire que nous sommes les seuls à avoir raison ; et que tous ceux qui ne pensent pas comme nous se trompent (…comme on l’entend, hélas, si souvent dans le sectes !).

Dernier point : la foi nous engage !

–         En effet : à quoi ça nous servirait « d’avoir la foi », c’est-à-dire de croire en un certain nombre de choses qui nous poussent à l’espérance, si cela ne change rien à notre quotidien, si notre vie ne s’en trouve pas transformée ?

Normalement, le fait d’avoir la foi (ce qui va, entre autres, m’aider à traverser mes épreuves) devrait changer ma façon d’aborder mon quotidien ; et devrait être pour moi un véritable trésor … trésor que je ne peux pas garder pour moi tout seul, égoïstement ! Et ce trésor, j’aurai envie de le partager avec d’autres !

Et on rejoint là le désir de notre Pape qui souhaite que chaque Chrétien soit non seulement un disciple, mais un disciple-missionnaire …

–         Un tout dernier point avant de nous quitter : à ceux qui se demandent « Finalement, c’est quoi prier avec foi ? », je crois qu’on peut leur répondre ce que disait ce grand théologien qu’était le Père Adolphe Gesché : à savoir que  prier avec foi, c’est prier en croyant « non pas que j’obtiendrai forcément ce que je désire, mais que Dieu me donnera ce qu’il y a de meilleur pour moi ».

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top