Epiphanie du Seigneur – par Francis COUSIN

Évangile selon saint Matthieu 2, 1-12

 

« Ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.»

 

Les mages sont des savants, des intellectuels, des chercheurs à tout point de vue (contrairement à maintenant où les chercheurs sont obligés de se spécialiser dans un domaine précis), des personnes qui veulent comprendre ce qu’ils observent.

Ils aperçoivent une nouvelle étoile dans le ciel, et d’après ce que l’on disait à l’époque, c’était le signe qu’un nouveau roi était né. Une étoile, un astre brillant, une lumière dans le ciel, une lumière pour annoncer celui qui se dira la lumière du monde (Jn 8,12), mais ça, ils ne le savaient pas encore (l’ont-ils d’ailleurs su un jour ?).

Curiosité ? Ils la voient se déplacer. Alors ils la suivent pour connaître qui est ce nouveau roi. Jusqu’à ce qu’elle disparaisse à leurs yeux au pays de Judée. Sans doute est-ce un nouveau roi pour les juifs … Alors ils continuent leur recherche, vont jusqu’à la capitale, Jérusalem, et se renseignent.

Affolement dans toute la ville : Un nouveau roi est né ! Joie et espoir chez les juifs qui attendait le Messie … Consternation et crainte chez Hérode et son entourage : un ’’concurrent’’ qui veut prendre la place …

On leur indique Bethléem … et l’étoile reparaît pour les mener jusqu’à la Sainte Famille.

Ils se prosternent devant l’enfant nouveau-né, lui offrent des cadeaux, lui rendent hommage, c’est-à-dire qu’ils le reconnaissent comme quelqu’un d’important, comme leur souverain … prémonition de l’universalité (catholicité) de l’Église.

Qui sont ces mages ? Combien sont-ils ? Quels sont leur nom ? De quel pays viennent-ils ? L’évangile ne nous donne aucune réponse à ce sujet, et les premiers textes connus sur ces mages, ou sur ces Rois-mages, datent du VIII° siècle, et relèvent de la légende plus que d’une tradition. Le terme de ’’rois’’ vient du psaume 71, qui est le psaume de ce dimanche, et qui en parlant du Messie, du Roi d’Israël, dit : « Les rois de Tarsis et des Iles apporteront des présents. Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande. Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront. » (V. 10-11), et le fait qu’on présente habituellement trois mages, un natif d’Orient, un autre d’Europe, et le dernier d’Afrique, qui représentaient le monde connu de l’époque, vient du verset 17 de ce même psaume, non lu aujourd’hui : « En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ; que tous les pays le disent bienheureux ! ».

Dieu a parlé à ces mages, d’une manière qu’ils pouvaient comprendre ! C’étaient des chercheurs : ils ont suivi l’étoile ! Ils étaient attentifs aux ’’signes des temps’’.

C’est ce qui nous est demandé, à nous tous les chrétiens, en tant que membre de l’Église, d’être attentifs « aux signes des temps » : « l’Église a le devoir, à tout moment, de scruter les signes des temps et de les interpréter à la lumière de l’Évangile, de telle sorte qu’elle puisse répondre, d’une manière adaptée à chaque génération, aux questions éternelles des hommes sur le sens de la vie présente et future et sur leurs relations réciproques. » (GS 4 §1).

A nous d’être attentifs à la manière dont Dieu se manifeste ou veut nous faire comprendre quelque chose. Oh, bien sûr, ce ne sera pas une étoile, mais ça peut être une lecture, une rencontre, une parole, une personne, la suite d’une prière.

Dieu continue à nous interpeller, à nous parler. Il a besoin de nous. Soyons attentifs aux signes qu’il nous envoie. Et puis, surtout, sachons interpréter ces signes. Et souvent, cela ne se fait pas tout seul : il faut en parler avec d’autres. Avec Dieu, dans la prière, dans l’Adoration, en se mettant comme les mages, tout petit en face du Très-Grand.

Et une fois qu’on a pu interpréter les signes, il faut passer à l’action, se bouger.

Là encore comme les mages : ils sont repartis chez eux, mais ils avaient compris quelque chose des intentions d’Hérode, et ils ont pris un autre chemin.

Pour nous aussi, que notre prière, notre adoration, nous fasse prendre un autre chemin, un chemin non-physique, un chemin spirituel. Comme le dit le chant : « Ne rentrez pas chez vous comme avant, Ne vivez pas chez vous comme avant, Changez vos cœurs, chassez vos peurs, Vivez en hommes nouveaux. »

Seigneur Jésus,

En voyant l’étoile,

les mages n’ont pas hésité à venir vers toi.

Aide-moi à voir les signes

qui me permettront de me rapprocher de toi,

de t’adorer,

et de repartir différent,

illuminé de ta présence à mes côtés.

Francis Cousin                     

             

Pour accéder à une prière illustrée, cliquer sur le titre suivant : Prière dim Epiphanie B A6

Si vous désirez une illustration du texte d’évangile commenté ce jour cliquer sur le lien suivant :  Parole d’évangile semaine 18-01

          

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top