4ième Dimanche de Pâques – par Père Rodolphe EMARD

Journée mondiale de prière pour les vocations

Dimanche 08 mai 2022

 

Textes de référence :

Ac 13, 14. 43-52 / Ps 99 / Ap 7, 9. 14b-17 / Jn 10, 27-30

 

Père Rodolphe Emard

Les lectures de ce quatrième dimanche de Pâques soulignent deux points fondamentaux :

  • Le Salut de Dieu est universel ;

  • Le Christ est notre Salut, de ce fait, il est notre berger.

*****************

  • Le Salut de Dieu est universel

Les textes de ce dimanche nous rappellent que le Salut de Dieu est universel.

Dans la prière lecture, il est écrit : « Tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle devinrent croyants. » Le Salut est universel, il est pour les Juifs et les païens. Paul et Barnabé se tourneront vers les nations païennes pour annoncer le Christ ressuscité, « remplis de joie et d’Esprit Saint ».

Dans la deuxième lecture, saint Jean évoque « une foule immense,
que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau »
.

Le psalmiste illustre cette universalité en invitant la « terre entière » a acclamé le Seigneur et à le servir « dans l’allégresse ».

Les textes montrent bien ce point fondamental : Dieu veut sauver tous les hommes et nous sommes invités à ouvrir réellement nos cœurs à cette Bonne Nouvelle…

  • Le Christ est notre Salut, de ce fait, il est notre berger

Dans la deuxième lecture, saint Jean précise encore que la foule immense qui se tient devant le Trône et devant l’Agneau a été purifiée par « le sang de l’Agneau » : « ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau. C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu ».

Le mystère pascal du Christ est ici souligné : sa mort et sa Résurrection pour le Salut de l’humanité. Les « robes blanches » symbolisent la Résurrection.

Le Christ est notre Salut, c’est pourquoi il est notre berger, le « vrai berger ». Le berger a deux principales fonctions :

  • Il est la porte : c’est lui qui ouvre et ferme la porte de l’enclos. C’est lui qui permet d’entrer ou de sortir. C’est le berger qui rassemble les brebis, qui assure leur sécurité, qui les mène aux bons pâturages. Le Christ est notre sécurité !

  • Le berger est celui qui donne de la voix pour que tout se passe bien pour le troupeau. Dans un troupeau, toutes les brebis ne sont pas les mêmes, certaines sont plus dociles, d’autres sont plus distraites, d’autres encore ont davantage l’esprit d’aventure, plus rebelles… Le rôle du berger est de guider le troupeau par sa voix. Le Christ est bien celui qui a les justes paroles pour nous guider vers le Royaume.

Le Christ est le bon berger qui prend soin de ses brebis. Cela ne signifie pas que les brebis doivent rester passives ! Dans l’Évangile, Jésus nous dit : « Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent. » Trois verbes nous sont donnés : écouter, connaître, suivre. Écouter le Christ pour pouvoir le suivre. Connaître le Christ et se laisser connaître par lui. Le Christ nous connaît ! Si nous pouvons tricher devant les hommes, nous ne le pouvons pas devant le Christ.

En appliquant ces trois verbes ; écouter, connaître et suivre, nous accomplissons notre vocation de baptisé et nous sommes garantis de demeurer dans la « main » du Christ. Demeurer dans sa main, c’est demeurer dans celle de Dieu le Père, car le Père et le Fils font « un ».

  • Journée mondiale de prière pour les vocations

Ce dimanche, c’est la journée mondiale de prière pour les vocations. Rappelons-nous que notre première vocation est le Baptême. Nous avons reçu trois fonctions : prêtre, prophète et roi. La vocation de tout baptisé est bien de rendre un culte à Dieu, d’annoncer l’Évangile en paroles et en actes et de servir son prochain.

Cette vocation nous l’avons confirmée à la Confirmation. Nous avons reçu une nouvelle effusion de l’Esprit Saint pour témoigner du Christ et de l’Évangile.

Pour vivre pleinement cette vocation du Baptême, il y a des vocations spécifiques : prêtre, diacre, la vie consacrée, le mariage. Toutes les vocations sont belles car elles viennent de l’appel de Dieu. De ce fait, aucune vocation ne serait être plus importante qu’une autre. Les vocations sont complémentaires, elles sont des dons de Dieu pour son Église, pour faire grandir l’Église du Christ.

Sans les prêtres, la vie de Dieu ne pourrait pas être communiquée dans les sacrements. Sans les diacres, l’Église perdrait de précieux serviteurs qui rappellent à chaque baptisé sa fonction de roi : servir Dieu et son prochain. Sans les consacrés, l’Église perdrait de précieux témoins de Royaume de Dieu. Et sans des familles chrétiennes, il n’y aurait aucune de ces vocations. Les vocations naissent dans les familles. Le mariage est source de vocations…

Prions pour les vocations et demandons au Seigneur que nous puissions tous redécouvrir notre vocation baptismale pour mieux vivre nos vocations spécifiques. Que nous puissions nous attacher plus fermement à Jésus notre bon berger et nous remettre entre ses mains. Amen.

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top