15ième Dimanche du Temps Ordinaire – par Père Rodolphe EMARD

Homélie du dimanche 10 juillet 2022

Lectures : Dt 30, 10-14 ; Ps 18B (19) ; Col 1, 15-20 ; Lc 10, 25-37

Frères et sœurs, une nouvelle foi, en ce 15ème dimanche du Temps Ordinaire, les lectures nous orientent vers une écoute nécessaire de la Parole de Dieu, en vue de la mettre en pratique. Les textes insistent bien sur ces deux aspects à ne pas dissocier : l’écoute et la pratique de la Parole. Voyons ce qui nous est dit dans les textes…

Dans la première lecture, tirée du livre de Deutéronome, Moïse invite le peuple à un accueil total de la Parole du Seigneur. Moïse précise trois verbes : écouter, observer, revenir au Seigneur. Tout commence par une écoute attentive de la Parole pour pouvoir l’observer et ainsi revenir au Seigneur de tout son cœur et de toute son âme.

Ce conseil de méditer constamment la Parole de Dieu date de bien longtemps. C’est en vue de notre bien et de notre bonheur ! Ce que Dieu nous commande de faire ne nous est pas inaccessible. Dieu n’imposerait jamais quelque chose que nous ne pourrions pas porter. Dieu ne demande pas l’impossible. La Parole de Dieu se fait proche nous dit Moïse : « Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique ».

►Le psalmiste, dans le Psaume 18, montre à quel point il est nécessaire d’accueillir ce que Dieu nous dit :

  • « La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie » ; la charte du Seigneur est sûre » ;

  • « Les préceptes du Seigneur sont droits, ils réjouissent le cœur » ;

  • « Le commandement du Seigneur est limpide, il clarifie le regard » ;

  • « Les décisions du Seigneur sont justes et vraiment équitables ».

La Parole de Dieu est parfaite et juste ! Elle est un guide pour tous les hommes. Pour le psalmiste, ce que Dieu dit est plus désirable que l’or. Je vous invite en ce début de vacances, dans les prochains jours, à méditer ce Psaume, pour faire le point sur notre rapport à la Parole de Dieu. Comment ces versets nous interpellent-ils ? La Parole de Dieu est efficace à condition de l’intérioriser. C’est ainsi que l’Esprit Saint nous apprendra de quelle manière agir dans les différentes circonstances de nos vies.

Dans l’Évangile, le docteur de la Loi nous rappelle ce qu’il y a au cœur de la Loi de Dieu, en vue d’obtenir la vie éternelle : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même ». Le docteur de la Loi cite deux passages majeurs de la Loi, tirés du livre du Deutéronome et du livre du Lévitique[1].

 

Aimer Dieu de toute sa personne et aimer son prochain : voilà ce qu’il y a au cœur de la Parole de Dieu ! Mais qui est mon prochain ? Pertinente question ! Jésus ne donnera pas une définition du prochain mais pour comprendre qui est notre prochain, il nous donne la parabole du « Bon samaritain », que nous connaissons bien. Le bon Samaritain est d’abord la figure de Jésus qui se fait proche de nous et qui prend soin de nous.

L’exemple du Samaritain n’est pas un choix hasardeux de la part de Jésus. L’inimitié entre les Juifs et les Samaritaines est déjà ancienne à l’époque de Jésus. Une véritable hostilité régnait entre eux. Les Samaritains étaient rejetés des Juifs. Et pourtant, c’est bien un samaritain, rejeté, blessé lui-même par le rejet, qui a su se rendre proche de l’homme blessé par les bandits.

Cela nous rappelle deux points :

  • Les autres ne sont pas moins capables d’aimer que nous.

  • Chacun, avec son lot de blessures, est capable d’aimer à condition qu’il se laisse aimer par le Christ qu’il laisse le Christ panser ses blessures.

Aimer son prochain c’est se rendre finalement proche de l’autre, vivre la charité. Dans l’Évangile, cinq verbes expriment cette charité : s’approcher, panser, charger, conduire, prendre soin. C’est ce que le Christ fait à notre égard. C’est ce que nous devons apprendre à faire les uns envers les autres.

Frères et sœurs, puissions-nous mieux nous attacher au Christ durant ce temps de vacances qui commence, dans une fidélité à la Parole de Dieu et à l’Eucharistie. C’est la base pour pouvoir aimer son prochain…

►Je terminerai avec la deuxième lecture, de saint Paul aux Colossiens. J’offre également cette lecture à votre méditation, dans la semaine à venir. Saint Paul nous offre une christologie très riche. Il nous donne une panoplie de titres pour désigner Jésus comme le Maître et le Seigneur de toute la création :

  • « En lui, tout fut créé » ;

  • « Tout est créé par lui et pour lui » ;

  • « Il est avant toute chose, et tout subsiste en lui » ;

  • « Il est aussi la tête du corps, la tête de l’Église » ;

  • « C’est lui le commencement ».

En Jésus habite la plénitude de Dieu ! Nous sommes en lui et pour lui ! Ne lui fermons pas notre cœur ! Jésus nous porte et il nous confie à cette auberge qu’est l’Église. Que le Seigneur nous donne de mieux chérir notre appartenance à son Église.

Gloire et louange à toi Seigneur Jésus !

Père Rodolphe Emard.

[1] Cf. Dt 6, 5 et Lv 19, 18.

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top