Solennité de la Toussaint – par Francis COUSIN (Matth 5, 1-12)

« Ils ont lavé leurs robes,

ils les ont blanchies dans le sang de l’Agneau »

 

Maintenant, on parlerait de costumes blancs pour les hommes … mais à l’époque, le vêtement de cérémonie était la robe pour tout le monde.

Mais qui sont ces personnes dont on parle, qui sont devant le trône (de Dieu) et devant l’Agneau (c’est-à-dire devant le Fils de Dieu, Jésus-Christ) ? Ce ne sont pas seulement les 144 000 marqués du sceau, auxquels certains voudraient voir limité le nombre des personnes qui seront au Paradis. Au contraire, c’est « une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. »

Dieu aime tous les hommes depuis la Création, et ce qu’il veut par-dessus tout, c’est qu’ils puissent tous être présents dans son Paradis pour le louer et lui rendre grâce : « Amen ! Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen ! ».

« Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. » (Jn 3,16), et c’est Jésus qui est celui qui nous montre le chemin de vie, le chemin vers son Père : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » (Jn 14,6), obéissant ainsi à son Père : « Je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. Or, telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé : que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. » (Jn 6,38-39).

Quand Jésus est mort sur le croix, lui, « l’Agneau de Dieu » (cf Jn 1,29), il était couvert de sang après la flagellation, mais ici c’est surtout le sang qui a coulé quand le soldat romain lui transperça le côté : « et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau. » (Jn 19.34). Le sang qui coule représente la mort de l’homme, et en même temps l’eau représente l’eau vive, l’eau de la Vie Eternelle.

Blanchir sa robe dans le sang de l’Agneau signifie donc être tellement proche du Christ Agneau qu’on se confond avec lui, qu’on revêt le Christ : on meurt à l’homme ancien pour revêtir l’homme nouveau dans la Vie Eternelle.

Comment y arriver ?

Vivre selon l’évangile, dont la quintessence nous est livrée au début de l’évangile de Matthieu, dans ce qu’on appelle les béatitudes, l’évangile de ce jour.

Neuf phrases qui ont parfois choqué parce que mal comprise, qui sont un chemin vers Dieu.

Et c’est bien dit de manière claire : par deux fois la phrase « Le royaume des Cieux est à  eux » ( v. 3 et 10), « Ils verront Dieu » (v. 8), « Votre récompense est grande dans les Cieux » (v. 12).

Un texte qui est toujours d’actualité.

En effet, la dernière exhortation apostolique du pape François sur l’appel à la sainteté, « Gaudete et Exsultate », commence par la dernière phrase des Béatitudes : « Soyez dans la joie et l’allégresse … », et rappelle que « le Seigneur a élu chacun d’entre nous pour que nous soyons « saints et immaculés en sa présence, dans l’amour » (Ep 1, 4). » (GE 2).

Dans cette exhortation, le pape consacre tout un chapitre (le troisième) à la mise en œuvre des Béatitudes actualisés à notre temps.

Ce chapitre commence ainsi : « Si quelqu’un d’entre nous se pose cette question, “comment fait-on pour parvenir à être un bon chrétien ?”, la réponse est simple : il faut mettre en œuvre, chacun à sa manière, ce que Jésus déclare dans le sermon des Béatitudes. À travers celles-ci se dessine le visage du Maître que nous sommes appelés à révéler dans le quotidien de nos vies.

Le mot “heureux” ou “bienheureux”, devient synonyme de “saint”, parce qu’il exprime le fait que la personne qui est fidèle à Dieu et qui vit sa Parole atteint, dans le don de soi, le vrai bonheur. » (GE 63-64)

Et je pense que nous nous posons tous cette question dont parle le pape.

Donc lisons, ou relisons, ce chapitre trois de « Gaudete et Exsultate ». (Le reste aussi !!!).

Seigneur Jésus,

nous vénérons tous les saints

que nous fêtons aujourd’hui,

ceux connus et ceux inconnus.

Nous sommes tous appelés à la sainteté,

mais nous ne savons pas comment faire,

nous nous en sentons indignes…

Le pape (et Toi) nous dit qu’il suffit

de vivre les Béatitudes …

Essayons … avec ton aide !

 

Francis Cousin

 

Pour accéder à cette prière et à son illustration cliquer sur le titre suivant : Prière Toussaint B A6

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top