1er Dimanche de Carême – Homélie du Père Louis DATTIN

Tentations au désert

Mt 4, 1-17

Ce récit des tentations, que nous venons d’entendre est comme un trousseau de clés, qui nous permet d’ouvrir à la fois la porte la plus secrète des faiblesses dans le cœur de l’homme et la porte la plus secrète des forces de Dieu dans le cœur de Jésus.

Ce récit-là, c’est déjà tout l’Evangile en abrégé : il est comme un guide de vie spirituelle. Si cet Evangile est le premier pour le 1er dimanche de notre entrée en Carême, il est comme un panneau-guide, en début du “parcours spirituel” qui nous indique à l’avance les embûches à éviter, les obstacles à franchir et les bonnes pistes à adopter.

Nous aussi, comme Jésus, pendant 40 jours, nous pouvons être poussés par l’Esprit, conduits par lui pour aller dans le désert : ce lieu de silence, de recueillement, où Dieu parle au cœur. Il ne s’agit pas pour nous d’un désert matériel : inutile d’aller jusqu’à la Plaine des Sables. C’est en nous qu’il faut le créer, ce désert : recueillant silence, prière pendant 40 jours, comme Jésus, uni à son père, réalisant mieux ce qui va devenir sa mission, prenant davantage conscience de la volonté du Père ; faire de votre carême, une véritable ‘’retraite’’ intérieure pendant 40 jours, jusqu’à Pâques, unis à Jésus, unis à son père, où le Seigneur lui-même nous parlera au cœur, où il nous dira de façon plus claire quelle est notre mission : la volonté du Père sur nous.

Dès qu’il y a désert, retraite, prière, vie plus intérieure, et plus spirituelle, apparait tout de suite et en même temps : la tentation. C’est normal ! Satan s’attaque en priorité à ceux qui essaient de chercher Dieu. Pour les autres, ceux qui ne cherchent pas Dieu, Satan n’a pas besoin de s’occuper d’eux.

Si bien, voyez-vous, que la tentation est plutôt un bon signe ! Si vous êtes tentés, si vous avez des tentations, j’allais dire : ‘’réjouissez-vous’’, car Satan n’attaque que ceux où Dieu est présent.

« Mon Père et moi, nous ferons chez lui notre demeure ».

Satan ne va pas assiéger des villes qui lui sont déjà acquises : il va d’abord attaquer les places fortes de Dieu, ce qui explique que les saints ont souvent été soumis à des tentations bien plus fortes et bien plus dures que les nôtres.  Alors, avec Jésus-Christ au désert, à l’écoute de son Père qui va lui faire découvrir sa mission, le mauvais va frapper fort. Devant Jésus, il joue son va-tout et il ne va plus le laisser tranquille jusqu’à Gethsémani, jusqu’à la croix, jusqu’au dernier moment où le Seigneur va crier : « Père, Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? ». « Père, je remets mon âme entre tes mains ».

C’est la Résurrection du Christ qui signera définitivement la défaite finale du mal et du malin.  Pour le moment, Satan va déployer toute sa panoplie de tentations, depuis les plus grossières jusqu’aux plus subtiles.  Comme tout ennemi, il va d’abord chercher sont les points faibles de son adversaire.

  • Jésus jeûne : il a donc faim, c’est son point faible. Il faut donc l’attaquer par là.

« Si tu es le fils de Dieu » : admirez le “si”. Satan sait très bien que Jésus est le Fils du Père : mais cela fait partie de sa tactique, ” mettre en doute “, dans le flou, on ne sait plus très bien où est la vérité… qui on est ? Quelle est notre mission ? Satan passe à l’attaque de cet homme affamé : « Ordonne que ces pierres deviennent des pains ».

Rappelez-vous c’était la même tentation alimentaire et matérielle à l’égard des hébreux dans le désert : « Ah ! Si nous avions au moins les oignons que nous mangions en Egypte tandis qu’ici, nous crevons de faim » … et Dieu leur offre la manne.

Tentation de sensualité qui s’adresse aux instincts de conservation, de protection ; instincts physiques qui sont bons mais que Satan veut détourner : « Que ces pierres deviennent des pains ».

Tentation de facilité si présente dans notre monde.

Tentation du « tout et tout de suite ».

Le désert est le lieu des mirages. Dans une tentation, Satan se sert

de notre imaginaire pour nous faire croire possible ce qui ne l’est pas.  Jamais des pierres ne sont devenues ‘’pains’’ et Jésus répond par une citation de l’écriture. Nous aussi, nous ne trouverons les véritables “réponses” à nos tentations que dans la Parole de Dieu : notre Bible, notre Evangile sont le réservoir de nos forces contre Satan, contre ses insinuations.

 « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre : mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ».

Ecouter ce que dit Dieu, au lieu de prêter l’oreille à ce qu’insinue Satan. Jésus l’appelle « le prince du mensonge ».

  • Attention, ce n’est pas parce qu’une tentation est repoussée que Satan s’avoue vaincu : il attaque dans un autre secteur de votre vie si le précédent s’est montré assez fort. Il remet ça d’une façon différente dans une 2e tentation :

« Jette-toi en bas du temple » et puisque Jésus a utilisé l’Ecriture Sainte, eh bien, lui aussi, Satan, va l’employer :

« Les anges vont te porter sur leurs bras, ton pied ne heurtera pas la pierre » (psaume 90). « Si tu arrives, entouré d’anges, au pied du temple : inutile d’aller ensuite comme un vagabond, de village en village, annoncer que le Royaume de Dieu est proche.

Tout de suite, ils verront que tu es le Messie : un tour de magie ou deux, et voilà ! Le tour est joué, ils sont à tes ordres ».

Prestige immédiat, pas de contestations possibles :

“Ils auront vu sans avoir cru ” !

A quoi bon ces trois années de mission ? Un miracle spectaculaire n’est-il pas plus payant que des mois et des mois de prédication au milieu d’une foule qui croit bien plus aux miracles d’un jour qu’au dévouement quotidien ?

L’homme n’est pas fait pour demander des miracles à Dieu, il est fait pour vivre avec Jésus, en communion quotidienne, comme un fils avec son père et non pas comme un apprenti avec son patron sorcier.

Tentation du prestige facile, “de la poudre aux yeux”, d’en mettre “plein la vue”.

 Tentation d’une Résurrection sans Passion préalable :

  . Evacuer le pénible

  . Réussir sans efforts

  . Devenir une idole et non pas un compagnon de vie

  . Admirer plutôt qu’aimer

  . L’artificiel au lieu du naturel

  . Le clinquant au lieu du vrai

  . Le paraitre au lieu de l’être

Non pas demander des miracles à Dieu, mais, lui demander assez de forces, assez d’amour pour vivre à plein mon existence ordinaire, celle de tous les jours.

            Ne pas tenter Dieu en lui demandant des signes mais le prier en lui demandant notre “pain quotidien”.

  • 3e tentation : « Je te donnerai le monde si tu m’adores ». Satan offre à Jésus ce qui lui appartient déjà ! Il continue à mentir.

Tentation de domination, du pouvoir : être maitre du monde : Jésus adorant Satan ! Vous vous rendez compte ? Alors que Jésus est tout et que Satan n’est rien et qu’il a été définitivement vaincu à la mort et à la Résurrection du Christ.

Il joue simplement son va-tout avant de disparaitre mais il reviendra et Jésus le trouvera toujours présent, à côté de lui jusqu’au Calvaire.

Il sera aussi toujours à côté de nous jusqu’à notre mort. Toute notre vie chrétienne est faite de choix successifs.  A chaque fois, j’ai à opter : les pierres ou le pain, le miracle ou la foi, le pouvoir ou le service.

 Le Carême, c’est ce même choix à refaire pour tout croyant : opter pour Jésus ou pour ses adversaires, pour la mort de Jésus en moi ou pour sa vie avec moi !

Se convertir, dans notre vie, c’est lutter, c’est combattre, c’est contredire Satan par la Parole de Dieu, par des actes contraires à ceux qu’il nous suggère.

A chaque fois, avoir le courage d’opter pour les valeurs de l’Evangile. Dieu seul est Dieu et il n’y a pas d’autres dieux que lui : ce Carême nous est donné pour nous libérer des faux dieux. AMEN

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top