20ième Dimanche du Temps Ordinaire par Francis Cousin

Évangile selon Saint Matthieu 15, 21-28

 

« Renvoie-la, car elle nous poursuit de ses cris ! »

Tout, dans les textes de ce dimanche, nous fait penser à l’accueil des étrangers par Dieu, ’’de toutes les nations, tous les peuples, tous les clans et toutes les langues’’ (Ap 7,9) qui seront accueillis par Dieu au nom de leur foi.

Jésus, fatigué par les controverses sur le pur et l’impur avec les pharisiens, prend un peu de recul et des ’’vacances’’ dans le pays de Tyr et de Sidon, chez des étrangers, des non-juifs.

Une Cananéenne vient vers lui. Une Cananéenne, c’est-à-dire une descendante de ceux qui ont été chassé de leur pays quand les hébreux, avec Josué à leur tête, ont pris possession du pays de Canaan, ’’là où coule le lait et le miel’’ (Lv 20,24). On pourrait penser qu’elle ait quelques ressentiments vis-à-vis des juifs, une certaine haine. Et on ne peut s’empêcher de penser à l’attitude actuelle des Palestiniens et des Israéliens depuis que ces derniers ont été réinstallés en Palestine en 1948.

Ce n’est pas son cas. Elle crie, mais pour se faire entendre, pas pour une revendication. Elle connaît l’histoire des juifs, elle a entendu parler de Jésus, et elle vient demander de l’aide, sachant que, quand «un pauvre crie, le Seigneur entend » (Ps 33,7). Et quand elle s’adresse à Jésus, elle ne se trompe pas : « Prends pitié de moi, Seigneur, fils de David ». Et à chaque fois qu’elle s’adressera à Jésus, elle utilisera ce terme de Seigneur, ce qui montre bien qu’elle savait qui était Jésus. Mais sa demande n’est pas pour elle, mais pour son enfant.

Jésus ne dit rien, sans doute pour éprouver sa foi, mais elle continue à crier tant et si bien que les disciples en sont agacés : « Renvoie-la, car elle nous poursuit de ses cris ! ».

On pense à l’aveugle Bartimée qui, du bord du chemin, crie aussi pour attirer l’attention de Jésus, et qui se fait rabrouer par les ceux qui suivent Jésus. Tous deux ont besoin de crier pour se faire entendre. On veut les faire taire tous les deux. Et tous les deux ont un gros handicap : lui, aveugle, mendiant, rejeté car impur, ’’puni’’ par Dieu croyait-on (« Qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? » Jn 9,2) ; elle, parce qu’elle est femme (donc qui n’a qu’à se taire), étrangère et païenne, donc aussi impure.

Mais la réaction de Jésus est différente. Alors qu’il appelle Bartimée, qui est juif, auprès de lui, il ignore la femme et répond aux disciples qu’il n’est venu que pour les brebis perdues (les pécheurs) d’Israël.

Cela ne décourage pas la femme qui vient se prosterner devant Jésus, montrant qu’elle savait que Jésus pouvait guérir sa fille du démon, et elle l’interpelle de nouveau : « Seigneur, viens à mon secours. ». Et quand Jésus parle des petits chiens, elle a le courage, l’humour (?), l’humilité de demander les miettes !

Jésus a poussé la femme jusqu’à ce qu’elle puisse affirmer devant tous sa foi en lui. Belle leçon que donne cette femme aux apôtres, à ceux qui étaient là, et à nous aussi.

Et aussi belle leçon de pédagogie de Jésus, parce qu’à travers cet échange de paroles rudes, provocantes, non seulement il force la femme à affirmer sa foi, mais aussi il permet aux apôtres de comprendre que l’important, c’est la foi en Jésus, quelle que soit sa naissance, juive ou autre, et que le salut est pour tous.

Et pour nous aussi, cela nous bouscule. Nous qui nous disons disciples de Jésus, quelle est notre attitude vis-à-vis des ’’étrangers’’ ?

Qui n’a jamais entendu (ou dit) : « Zoreil dehors ! » ou « Comores dehors ! ».

Quelle est notre attitude envers les migrants, politiques ou économiques, envers les demandeurs d’asile ?

Quelle est notre attitude envers ceux qui n’ont pas la même religion que nous ? Respect, amitié, indifférence, ignorance, haine ? Et pas simplement entre les grandes religions, mais entre les chrétiens, les protestants, adventistes etc … ? Et même entre les catholiques : romains, orthodoxes, traditionnalistes, intégristes, … ? Est-ce que nos attitudes sont toujours correctes ? nos paroles, nos pensées … ?

Et puis il y a ceux qui ne sont pas comme nous : les handicapés, les mendiants, …

Ceux qui n’ont pas notre niveau social, notre niveau intellectuel, nos opinions politiques …

Nous parlons beaucoup de notre ‘vivre ensemble’, mais si nous faisions attention à tous ce que nous disons (ou pensons) ou entendons en regardant les informations télévisées, nous sommes certainement très loin d’accepter de ‘vivre ensemble’ avec tous.

Alors que nous sommes tous appelés à vivre ensemble dans le Royaume des Cieux, ’’de toutes les nations, tous les peuples, tous les clans et toutes les langues’’.

Seigneur Jésus,

tu vois toutes ces personnes qui te courent après,

qui te harcèlent, qui veulent ceci ou cela,

tous ces étrangers, ces gens différents …

Tu les écoutes, et pas moi ! 

« Je suis venu pour que tous soient sauvés,

et d’abord les plus petits,

ceux que tu ignores,

ceux que tu ne veux pas voir ! »

 

Francis Cousin

Pour accéder à une prière illustrée, cliquer sur le titre suivant :

Prière dim ord A 20° A6

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top