1er Dimanche de l’Avent – par Francis COUSIN (St Matthieu 24, 37-44)

« Marchons à la lumière du Seigneur. »

Nous commençons aujourd’hui un nouveau cycle liturgique de trois ans, en suivant cette année l’évangile de Matthieu.

Comme tous les ans, l’année liturgique commence par l’avent, cette période de quatre semaines précédant Noël et la venue sur terre du Fils de Dieu.

On aurait donc pu s’attendre à ce que l’évangile parle de cette période. Or, l’évangile de ce jour reste dans la même idée que celui de la semaine dernière, avec une vision de la fin des temps.

En fait, cet évangile nous parle bien de la venue du Fils de Dieu, mais de la seconde venue, celle qui aura lieu à la fin des temps. Nous sommes donc bien dans le temps de l’attente, dans le temps de l’espérance, non pas d’une espérance passée (l’incarnation du Christ), mais d’une espérance vraie, future, celle qui nous permettra de nous tenir face à face devant Dieu …

Et c’est pour nous la seule espérance qui compte, sur laquelle nous bâtissons notre vie.

Mais pour que celle-ci soit, il fallait que Jésus s’incarne pour qu’il nous indique le chemin spirituel pour aller vers son Père. « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. » (Jn 14,6).

Bien sûr, Dieu avait parlé auparavant par ses prophètes : « Qu’il [le Dieu de Jacob] nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. » (1° lecture). Mais on remarquera que quand le Dieu de Jacob enseigne, indique le chemin, les hommes partent vers les sentiers, de petits chemins zigzaguant qu’il faudra redresser (« Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. » (Lc 3,4).

Jésus est le chemin, sa Parole nous conduit, sa Bonne Nouvelle est ce qui doit nous faire vivre.

Cela n’est pas toujours facile. Et même quand on fait le bien, quand on s’efforce de faire de son mieux pour suivre l’enseignement de Jésus, on n’est pas toujours dans la lumière. Parce qu’il y a toujours en nous une sorte d’égoïsme, de volonté de paraître qui nous empêche d’être totalement en adéquation avec la Parole de Jésus.

Ce n’est pas nouveau. Déjà saint Paul le dit aux Romains : « Rejetons les œuvres des ténèbres, revêtons-nous des armes de la lumière. Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour. », avant de terminer par « revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ » (2° lecture).

Avent, temps de l’attente, temps de l’espérance, temps du renouveau intérieur, en suivant les conseils de saint Paul.

Temps de réflexion sur notre vie chrétienne, sur notre vie de baptisés … et de ce à quoi cela nous engage … vis-à-vis de nous-mêmes, mais aussi vis-à-vis des autres …

Et cela passe par notre mission de baptisés, à la suite du mois missionnaire d’octobre : « Baptisés et Envoyés : tous Missionnaires ! ».

Comment être missionnaire ? « J’ai déjà bien du mal à vivre moi-même en chrétien, comment pourrais-je aller dire aux autres de faire ce que je n’arrive pas à faire ! »

Sans doute pas avec de grands discours … mais en essayant d’être moi-même en adéquation avec la Parole de Jésus le plus possible. Par l’exemple …

Essayons, tous ensemble, de vivre ce que nous dit la première lecture : « Marchons à la lumière du Seigneur. »

 

Seigneur Jésus,

nous essayons de faire de notre mieux,

en suivant ce que tu nous as dit.

Mais les ténèbres nous entourent,

et il est parfois difficile d’y résister.

Aide-nous à marcher à ta Lumière.

 

Francis Cousin

  

 Pour accéder à la prière illustrée, cliquer sur le titre suivant :

Image dim Avent A 1°

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top