11ième Dimanche du Temps Ordinaire (Mc 14, 26-34) – Francis Cousin

« Le juste grandira …

dans la maison de notre Dieu. »

Grandir !

C’est ce qui ressort de tous les textes de ce jour.

Mais pour grandir, il faut d’abord être tout petit

Comme la tige au sommet du grand cèdre, « une toute jeune » que le Seigneur plantera « sur la haute montagne d’Israël ». Elle aura de nouveaux rameaux, puis des fruits et « deviendra un cèdre magnifique » où habiteront « toutes sortes d’oiseaux ». (Première lecture)

Le juste, celui qui se sait petit devant Dieu, qui est humble et ne cherche pas à se faire voir, il « grandira comme un palmier, … comme un cèdre du Liban … dans la maison de notre Dieu. Vieillissant, il fructifie encore, garde sa verdeur » et annonce « Le Seigneur est droit » c’est « mon rocher ». (Psaume)

Le règne de Dieu « est comme une graine de moutarde … la plus petite de toutes les semences » mais qui « grandit et dépasse toutes les plantes potagères » … et les oiseaux font « leur nid à son ombre ».

Grandir !

Mais grandir pour quoi ?

Saint Paul nous dit : « nous voudrions plutôt quitter la demeure de ce corps pour demeurer près du Seigneur. Mais de toute manière, que nous demeurions dans ce corps ou en dehors, notre ambition, c’est de plaire au Seigneur. »

Et comment plaire au Seigneur ?

« Jésus appela un petit enfant ; il le plaça au milieu d’eux, et il déclara : « Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, celui-là est le plus grand dans le royaume des Cieux. » (Mt 18,2-4)

Un petit enfant est humble, il fait confiance à ses parents, et il ne lui faut pas grand-chose pour être heureux. Il connaît l’amour de ses parents, il leur sourit … Il ne fait pas de grandes choses, car cela le dépasse … mais il sait rendre l’amour à ses parents : une simple fleur cueillie au bord du chemin, un petit dessin bien colorié, aider à mettre la table ou ranger la vaisselle …

Toutes des petites attentions simples …  mais faites avec amour

C’est ce que sainte Thérèse de l’Enfant Jésus avait bien compris : « Il nous revient dene laisser échapper aucun petit sacrifice, aucun regard, aucune parole, de profiter de toutes les plus petites choses et de les faire par amour. »

Le problème, c’est que dans notre vie de tous les jours, nous faisons bien sûr des actions par amour, mais bien souvent, et sans doute le plus souvent, nous faisons des choses par obligation, pour faire comme les autres, pour se faire voir, pour faire l’intéressant … ou pour critiquer les actions des autres …

Nous agissons par rapport aux autres humains … et nous oublions bien souvent la parole de Jésus : « Quel avantage, en effet, un homme a-t-il à gagner le monde entier si c’est au prix de sa vie ? » (Mc 8,36)

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus nous dit aussi : « Jésus ne regarde pas tant la grandeur des actions ni même à leur difficulté qu’à l’amour qui fait faire ces actes. »

Apprenons à mettre de l’amour dans toutes nos actions !

Comme Jésus l’a toujours fait !

 

Seigneur Jésus,

tu as beaucoup parlé du règne de Dieu,

avec beaucoup de paraboles.

Un règne qui part de peu de choses,

un rameau, une petite graine …

et qui devient un grand arbre.

Parce qu’il y a l’amour qui le fait grandir,

l’amour donné par les hommes,

mais surtout l’amour de Dieu :

Père, Fils et Esprit.

 

                                     Francis Cousin

 

 

 

Pour accéder à la prière illustrée, cliquer sur le titre ci-après:

Image dim ord B 11°

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top