2ième Dimanche du Temps Ordinaire (Jn 1, 35-42) – Francis Cousin

« Où demeures-tu ? »

Dans la première lecture, Samuel entend la voix de Dieu, mais ne sait pas que c’est lui : « Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée. ».

Il va vers son maître Eli qui le renvoie se coucher. Et cela par trois fois.

Patience de Samuel qui répond à chaque appel, mais se trompe d’interlocuteur …

Patience de Dieu qui ne cesse d’appeler, jusqu’à ce qu’on lui réponde …

Et il le fait encore avec nous …

Oh, bien sûr, nous n’avons sans doute jamais entendu Dieu nous parler directement … mais il peut nous parler par la bouche (ou les écrits) d’autres personnes …

Ici, c’est Eli qui fera le lien entre la parole entendue et Dieu : « Va te recoucher, et s’il t’appelle, tu diras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” », et qui amène Samuel à prendre contact directement avec Dieu … et de cette rencontre nocturne naîtra pour Samuel toute une manière de vivre au service de Dieu … même si cela doit lui coûter vis-à-vis de Eli …

Dans l’évangile, c’est Jean-Baptiste qui sera le déclencheur pour les futurs disciples de Jésus. La veille, il avait déjà dit : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était (…) Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : “Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint. Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu.’’ ».

Sans doute ses disciples avaient-ils réfléchi pendant la nuit : « C’est quoi l’Agneau de Dieu ? Il y a celui qui a été donné par Dieu à Abraham pour remplacer son fils Isaac sur le bûcher … Il y a celui dont parle Isaïe, « un agneau conduit à l’abattoir … Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs fautes. ». Ils ne comprenaient pas bien … mais leurs esprits étaient éveillés …

Alors, ce jour-là, quand Jean-Baptiste revoit Jésus qui marche devant lui, et sans doute pris par l’émotion, il redit : « Voici l’Agneau de Dieu. », les deux disciples, André et son comparse veulent en savoir davantage sur cet homme, et se mettent à le suivre.

Jésus sent qu’on le suit. Il se retourne et demande : « Que cherchez-vous ? ».

Surpris par la question, pris au dépourvu, les deux disciples répondent : « demeures-tu ? ». Mais on sent malgré tout une volonté de mieux connaître celui qui est appelé Agneau de Dieu, de l’écouter, d’échanger avec lui …

La réponse est bien du style de Jésus : « Venez et vous verrez. »

C’est une invitation à faire connaissance, sans aucune contrainte : Jésus propose …

Et pour nous aussi il fait pareil : Jésus propose son discours, son Évangile …

Ensuite, c’est à chacun de faire son choix. Le voir amène à croire … ou pas …

Pour nous, bien sûr, le voir n’est pas possible, mais Jésus a dit : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » (Jn 20,29) …

On ne sait pas ce qu’ils se sont dit … mais ils ont été convaincu par Jésus, et ils ont quitté Jean-Baptiste pour suivre Jésus, pour demeurer avec lui.

La rencontre avec Jésus était primordiale pour le suivre … et c’est encore vrai aujourd’hui …

Mais les deux disciples n’en sont pas restés là : devenus disciples de Jésus, ils ont soif de faire connaître celui qu’ils ont rencontré, et le lendemain même, André voit son frère Simon pour lui dire : « Nous avons trouvé le Messie », et il le conduit à Jésus. Ils deviennent missionnaires

De cette rencontre, Simon ressort transformé. D’abord dans son cœur (mais on n’en dit rien), et surtout dans son nom : « Tu t’appelleras ’’Kèphas’’ – ce qui veut dire : pierre », ou rocher, roc …

« Que cherchez-vous ? »

La question nous est posée à nous aussi.

On cherche tous quelque chose, même si on ne sait pas toujours quoi …

Dans le domaine matériel, c’est assez facile … « Qui cherche trouve. » (Mt 7,8). Quoique !

Mais dans le domaine de la personnalité ou le domaine spirituel, c’est plus difficile.

Beaucoup de personnes ne sont pas satisfaites de telle ou telle chose, mais ils ne cherchent pas … pourquoi ? … comment ? … que faire ? …

Souvent, ils veulent bien chercher, mais ils n’ont pas la volonté de le faire ! Ils préfèrent attendre que les solutions viennent d’elle-même …

Ils préfèrent rester en chaussons dans leur canapé …

Quand on cherche, on ne cherche pas seul, et l’évangile nous le montre bien ! On va voir des personnes … on lit des livres … on réfléchit … on prie …

Des personnes nous mènent à Jésus … et Jésus nous invite à demeurer avec lui.

Et nous, que cherchons-nous en nous mettant à la suite de Jésus ?

Quelle recherche habite mon cœur ?

Pourquoi vais-je à la messe ? … et pour quel changement dans ma vie ?

Ai-je déjà rencontré Jésus, d’une manière ou d’une autre ?

Est-ce que je suis prêt à demeurer avec lui ? … chez lui … avec son Père …

Mais pour cela, il faut que j’accepte son amour … que je lui rende son amour … et que je le partage avec d’autres …

Seigneur Jésus,

Tu es comme un aimant qui attire

tous ceux qui te cherchent vraiment.

Quand ils te rencontrent,

ils ne veulent plus te quitter …

Mais il y a le Malin qui rode

et essaye de nous éloigner de toi…

et qui parfois y arrive.

Garde-nous fermes dans la foi.

Francis Cousin 

 

Pour accéder à la prière illustrée, cliquer sur le titre ci-après:

Image dim ord B 2°

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top