Croire envers et contre tout…

Aujourd’hui, je voudrais témoigner pour mon petit fils et je tiens à vous faire partager ce témoignage de guérison dans la victoire du Christ Ressuscité.

Le 19 août 2006, mon petit fils a eu un accident, le choc fut terrible. Il a été transporté en urgence à l’hôpital de Saint-Paul, puis transféré sur Saint-Pierre, par hélicoptère, dans un état critique. Dès son arrivée, il a été immédiatement admis au bloc opératoire et il s’est fait opérer pendant des heures, la nuit. La tête ayant été gravement touchée, le diagnostique révélait un traumatisme crânien grave, fracas facial, contusions multiples responsables d’une double hémiplégie.

Après l’opération, l’enfant était plongé dans un coma artificiel et le chirurgien donnant guère d’espoir de survie avait fait tout ce qui était en son pouvoir, m’a-t-il dit et a rajouté :

– « Ce n’est plus de mon ressort ».

On peut constater que les progrès de la médecine permettent de soulager tant de souffrances mais ne peuvent rendre la vie quand il n’y a plus d’espoir. Mais le Seigneur, lui, n’avait pas dit son dernier mot.  

Je criais vers lui toute la souffrance qui me déchirait le cœur et avec une ferme confiance, je lui demandais de sauver cet enfant qui était entre la vie et la mort.

A ce moment là, les médecins avaient permis à la famille proche de voir l’enfant dix minutes à tour de rôle. Lorsqu’arriva mon tour, je suis entrée dans la chambre, ferme dans la foi, sachant bien que Dieu demeure fidèle à ses promesses et combien sa miséricorde est infinie. Le Seigneur était là, il souffrait avec moi et prenait sur lui la douleur de l’enfant qui luttait pour survivre, avec tous ces appareils qui le maintenaient en vie.

Alors, j’ouvris la Bible et lu les merveilles du Seigneur et le loua dans mon cœur car la louange apaise le cœur dans l’angoisse.

lire-la-bibleDans Saint-Marc, chap 1, vers 24 à 25 «Tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous l’avez reçu et cela vous sera accordé ».

Dans Saint-Marc chapitre 25, verset 23 à 24 « Jaïros demande à Jésus d’imposer les mains sur la fille qui est prête à mourir et Jésus répondit à Jaïros”.

Dans Saint-Luc, chapitre 8, verset 50 à 51 : « Sois sans crainte, crois seulement et elle sera sauvée ».

Pour ne citer que ses deux exemples.

J’avais continué à lire les guérisons miraculeuses que Jésus avait opérées en compagnie de ses disciples. Aujourd’hui, Jésus est le même qu’il y a deux mille ans. Il continue ses oeuvres. Quand nous sommes inquiets, démoralisés dans le tourbillon des événements qui nous arrivent, tout se trouble autour de nous. On a l’impression que le sort s’acharne sur nous, mais venez puiser votre force dans le Seigneur, Il est le maître de nos vies.

Mon petit fils est resté environ un mois dans le coma. Puis un jour, les médecins ont décidé de le réveiller mais en débranchant les perfusions ils ne savaient pas si son état allait se dégrader ou s’améliorer. Et de fait, il est sorti du coma. Il est resté en soin intensif et son état s’améliorait de jour en jour. Il a été alors transféré à l’hôpital des enfants pour continuer le traitement et commencer la rééducation. Il ne parlait pas, ne marchait pas et il était paralysé de tous ses membres. Petit à petit, il a réappris à parler, à marcher et à utiliser sa main gauche (il est  gaucher) pour écrire, dessiner, manger, même si sa main droite est restée invalide. Il est redevenu autonome.

Puis, il est parti à Paris pour une opération de chirurgie esthétique afin de reconstituer la moitié gauche de son visage qui avait été complètement écrasé lors de l’accident. Il a perdu également son oeil gauche qui est remplacé maintenant par un oeil de verre. Son apparence est devenue presque normale.

En me souvenant de son état juste après l’accident où il était comme mort, dans un sac en plastique blanc. En me souvenant aussi des médecins qui, au début, semblaient désemparer, je ne peux que rendre grâce au Seigneur pour tout le chemin parcouru, pour toues les merveilles qu’Il a accomplies pour mon petit fils en agissant par les uns et par les autres. Le soutien de la prière et tous mes amis membres du Renouveau Charismatique. Le dévouement des médecins et des infirmières et l’Amour de Dieu. Mon coeur ne cesse de chanter ses louanges. Je rends grâce à Dieu car l’Espérance ne déçoit pas.  

 

Marie-Andrée

Le Guillaume

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top