Diplôme universitaire “République et Religions” (P. Isaïe)

Avec la permission et le soutien de notre évêque, Mgr Aubry, je me permets de vous signaler et de vous conseiller (pour tous ceux qui le peuvent), la formation du ‘DU’ (diplôme universitaire) :  ‘République et religions’, dispensée depuis quatre ans maintenant, sur notre île. Je viens de terminer cette année (fin février), tout juste avant le confinement. Cette formation est née après les attentats du ‘Bataclan’ dans seize universités, dont 2 de France ultramarine (Mayotte et La Réunion), de façon à éclairer les rapports entre les religions et les lois de la République, en bref toute la question de la laïcité.

Durée et matière

La formation dure une année scolaire, en fait une dizaine de mois, à la Technopole de St Denis, en omettant les vacances scolaires, car l’université se calque sur le calendrier scolaire ; les cours durent 6 heures, le jeudi (entre 9. 00 et 16. 30 avec une large pause à midi et deux petites pauses au milieu).

Les trois trimestres se déclinent à travers trois pôles d’intérêt :

                  – Le 1°commence par une connaissance des principales traditions religieuses de l’île.

                – Le 2°est la connaissance des lois régulant les associations et religions, la laïcité et des cas qui se présentent ; C’est un trimestre plus juridique.

                – Le 3°concerne le dialogue interreligieux et la culture de paix.

Vous trouverez plus de détails sur la pièce jointe que je vous envoie à la fin de mon texte.

Les intervenants 

Ce sont des ministres des différents cultes, pour une part (dont notre évêque, le vicaire général Pascal Chane-Teng, le Pasteur de l’EPR, des imams ou des présidents d’associations cultuels), mais aussi des professeurs, des anthropologues etc…

Le second volet est celui des juristes, dont une bonne partie sont des professeurs de la faculté de droit de l’université de la Réunion.

Enfin des présidents d’associations comme celle du Groupe de dialogue interreligieux, pour le dernier pôle.

J’avais des ‘légères appréhensions’, au niveau des juristes regardant ce thème de la laïcité, je dois dire que j’ai été étonné et surpris, par la grande ouverture d’esprit de nos enseignants/es.

La finalité et les débouchés

La finalité peut être diverse, selon les attentes de chacun. Ce peut être plus personnel, ce qui n’est jamais mal de ‘dégourdir l’esprit’, de s’enrichir ou d’approfondir des connaissances, de ‘se frotter’et de s’ouvrir à d’autres, différents… Cela peut faire partie de la formation continue. Il y a des gens que l’on n’approcherait pas d’aussi près (même à La RUN) que dans ce genre de formation. En tant que membre du groupe de dialogue interreligieux, je tenais à faire cette formation dès le commencement de celle-ci (mais rendue impossible la première année, à cause du jour, le samedi).  D’autres dans le groupe la faisaient, de manière obligée, parce que aumônier de prison ou se destinant à l’être ou encore aumônier d’hôpital ou … Le diplôme est aujourd’hui rendu obligatoire, pour postuler à ces postes. C’est donc un ‘plus’, au niveau de l’Etat.

De l’utilité de ce ‘DU’ et de de notre ‘témoignage’ 

Cette année a été pour tous (nous étions 12 au départ et 10 à l’arrivée ; 7 Musulmans (dont 5 imams), une de culture Hindoue, deux Evangéliques et deux Catholiques) une source de grand enrichissement intellectuel, humain, culturel, et spirituel. La ‘captatio benevolentiae’ (‘attraction de bienveillance’) vantée par Blaise Pascal a fait son chemin, et au terme est née, une véritable amitié entre nous, dans une grande simplicité et liberté. Il se fait que depuis les 2 premières ‘fournées’, je crois qu’aucun catholique (ni prêtre ou diacre) ne l’ait suivi. Sans doute est-ce dû à un manque d’information ? Toutefois, je crois que chacun a sa place (D’abord, ce n’est pas un ‘zaffair d’intellos’), car il y avait cette année parmi nous, une simple coiffeuse, avec une belle foi, qui a réussi son DU. D’autre part, j’ai demandé à notre évêque de faire passer le message, car s’il n’y a aucun Catholique, ni ministre ordonné (je suis le premier prêtre à le suivre), c’est un manque. On aura des quantités d’imams formés, des Protestants et des Catholiques absents ! Jusqu’à là, personne, personne…Peut-être que fréquenter ce cours est-ce ‘aller aux périphéries’ ?

Enfin le coût 

Une formation bien sûr a un coût, surtout à l’université. Normalement le coût de cette année de formation (de plus de 170 heures) devrait approcher les 2000 euros. Toutefois, elle revient à 600 euros, à cause des aides faites à l’université, par le gouvernement, pour développer cette formation particulière et nécessaire.

   Excusez-moi d’avoir été trop long. J’ai tout dit. Cela a été une année super, riche à tout point de vue. J’espère que les Catholiques, dont des ministres ordonnés, pourront être parmi les prochains étudiants.

Bien fraternellement ‘in Christo’.

P .Isaïe

Pour tout renseignement complémentaire sur cette formation, cliquer sur le titre suivant:

Fiche Formation DU République et religions (2017-2018)

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top