Epiphanie du Seigneur par Francis COUSIN

«Tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui.»

L’évangile de ce jour est l’un des plus connus, avec son aspect mystérieux (l’étoile, des mages), son intrigue (Qui est ce Roi ?), les convocations en secret du (méchant ?) roi Hérode, la réapparition de l’étoile, les cadeaux somptueux, et finalement le songe des mages qui les renvoient chez eux ’’par un autre chemin’’.

On se croirait en raccourci dans un roman policier comme le ‘Da Vinci Code’ avec l’intrigue, les bons et les méchants, la découverte du trésor : Jésus, et les méchants ‘punis’ à la fin.

Mais il ne faut pas en rester à cet aspect superficiel, et ce passage a beaucoup à nous apprendre pour notre vie de chrétien.

Regardons ces mages : ils viennent d’orient ! C’est vague, ils viennent de loin, des pays étrangers. Ce sont des non-juifs (cf Ga 3,28-29, Col 3,11-12). Des gens instruits, cultivés. Ils ont quitté leur famille, leurs occupations, leurs pays, leurs certitudes pour suivre une étoile qui les mène dans l’incertitude, dans le doute quand elle disparaît à leur yeux.

Nous aussi, nous avons vu une étoile se lever à un moment de notre vie : Ce Jésus dont nous ont parlé nos parents, les catéchistes, des prêtres. Nous l’avons suivi, avec nos moments de doutes, d’incertitude, peut-être de rejet … et nous avons peut-être, par moment, perdu cette étoile, Jésus. Faisons comme les mages : ils enquêtent, ils vont aux renseignements, pour avoir des explications. Allons rencontrer un prêtre, discutons avec un ami, essayons de retrouver cette étoile qui n’est que cachée à nos yeux en écartant les nuages : prions Jésus qui est toujours là prés de nous, à nos côtés … et qui n’attend que l’on revienne vers lui.

Et le renseignement vient : il faut aller à Bethléem ! Les mages reprennent leur chemin … et l’étoile réapparaît :’’Alors ils se réjouirent d’une très grande joie’’. La joie de la rencontre avec Jésus, réelle ou attendue avec impatience !

Cette joie est pour nous aussi !

Il faut se remettre en route, à chaque instant. Ne croyons pas que tout est arrivé pour nous, ’’ça y est, j’ai la foi, je suis tranquille, je ne bouge plus’’. Non, Dieu ne veut pas des hommes assis au fond d’un fauteuil, mais ’’des hommes debout’’, comme le disait Saint Irénée (Et comme le rappelait le pape François aux jeunes des JMJ de Cracovie :’’Le temps qu’aujourd’hui nous vivons n’a pas besoin de jeunes-canapés, mais de jeunes avec des chaussures, mieux encore, chaussant des crampons’’.). Des chrétiens toujours prêts à partir, là où Dieu les envoient, et d’abord vers lui. Car c’est à son contact que notre esprit s’ouvre, à lui, puis aux autres, quels qu’ils soient.

Regardons encore les mages : ils s’attendaient à voir un Roi, et ils ne trouvent qu’un petit emmailloté avec ses deux parents qui ne respirent pas la richesse. Ils auraient pu se dire :’’On a du se tromper, il y a erreur !’’. Non, ils sont allés jusqu’au bout de leurs certitudes : ce petit est un Roi ! et ils se prosternent devant lui. Et ils lui offrent ce qu’ils avaient préparé pour un fils de Roi, des cadeaux précieux… Regardons et admirons l’humilité des mages qui s’agenouillent devant l’enfant Jésus …

En aurions-nous fait autant ?

Pas sûr ! Ne nous arrive-t-il pas parfois d’hésiter à donner ce que nous avons, de peur de ‘’donner des perles aux pourceaux’’ (Mt 7,6), ou comme on dit maintenant, de ‘’donner de la confiture aux cochons’’ ?

Et pourtant c’est ce que Jésus a fait envers les gens de son temps, envers les apôtres. Mais petit à petit, en prenant son temps, et parfois en s’exaspérant des réactions des apôtres … qui ne l’ont compris qu’après sa mort et sa résurrection …

Ce passage de l’évangile nous demande d’aller vers la lumière, de suivre le chemin de la lumière qui est Jésus (Jn 8,12), cette lumière qui nous bouscule, qui nous fait changer notre regard sur les autres, qui nous convertit, et qui finalement nous fait prendre ’’un autre chemin’’ … , qui nous demande d’être nous-mêmes lumière pour les autres, en étant toujours attentif à l’autre dans ses convictions, mais en ayant l’assurance de la Vérité qui nous est donné par Jésus.

’’Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.’’ (Mt 25,40)

Soyons des hommes debout !

Seigneur Jésus,

tu es l’étoile qui nous guide,

vers toi et vers ton Père.

Mais ta Parole nous renvoie vers les autres,

ceux que nous connaissons,

et aussi ceux qui nous sont plus lointains,

en mentalité plus qu’en distance.

Soyons toujours prêts à partir, avec toi.

 

Francis Cousin

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top