La Sainte Famille par Claude Won Fah Hin (Lc 2,22-40)

Dans ce texte de Luc, on peut relever en 5 fois les références faites à la Loi de Moïse : v.22 « selon la loi de Moïse », v.23 « selon ce qui est écrit dans la Loi du Seigneur », v.24 : « suivant ce qui est dit dans la Loi du Seigneur », v.27 « pour accomplir les prescriptions de la Loi à son égard », v.39 « quand ils eurent accompli tout ce qui était conforme à la Loi du Seigneur ».  Et que prévoyait la Loi ? Elle fixait un délai de quarante jours entre l’accouchement d’un garçon et la purification rituelle de la mère. Selon la loi mosaïque, la mère d’un enfant était considérée comme impure à cause du sang versé à la naissance de l’enfant. C’est pourquoi Marie se rend au Temple pour la purification. Il ne s’agit pas de se purifier de ses péchés : Marie n’en a pas. Mais c’est une impureté légale, établie par la Loi. Cette Loi s’applique même à la sainte famille : Joseph, Marie et Jésus-Christ dont on est sûr qu’au moins deux d’entre eux n’ont jamais péché : Jésus et la Vierge Marie, tandis que Joseph, qui est aussi un très grand saint, ses péchés ne devaient être vraiment perçus qu’en rapport de l’éclat de sa propre sainteté et qu’un pécheur comme nous ne pourrait même pas s’en apercevoir parce qu’ils passent inaperçus parmi nos nombreux péchés. Et voir une famille aussi sainte obéir à la Loi de Moïse, normalement faite pour les pécheurs, cela montre son degré d’humilité.

1Tm1,9-10 : « 9 …(La Loi) n’a pas été instituée pour le juste, mais pour les insoumis et les rebelles, les impies et les pécheurs, les sacrilèges et les profanateurs, les parricides et les matricides, les assassins, 10 les impudiques, les homosexuels, les trafiquants d’hommes, les menteurs, les parjures, et pour tout ce qui s’oppose à la saine doctrine ».

Même privilégiés, les membres de la Sainte famille ne se considèrent pas comme privilégiés, ils ne font pas exception à la règle, ce sont des êtres humains et en tant que tels, ils obéissent à la loi mosaïque. Rappelons que la vertu d’obéissance est très importante car tout péché est une désobéissance à Dieu.

Au Temple, Luc ne parle pas du rite pratiqué, ni même de prêtre ou de lévite, pas un mot sur la lecture des textes ou sur la manière dont se déroule la purification ou le rachat du premier-né.  Il va se centrer sur l’intervention de deux prophètes : Syméon et Anne. La Loi exigeait aussi   le « rachat » symbolique de tout Premier-né qui appartient au Seigneur, en souvenir de la libération du peuple Juif de l’esclavage en Egypte où Dieu avait frappé les premiers-nés des Egyptiens et épargné les premiers-nés des Hébreux. En rachetant pour cinq sicles d’argent son fils, le père de l’enfant signifiait : « je te rachète parce que j’ai été moi-même racheté » (Ex 13,2.11-16). Mais dans ce passage, Luc ne dit rien sur l’offrande des cinq sicles d’argent pour le rachat du premier-né, probablement pour laisser entendre que Jésus n’a pas besoin d’être racheté. Il n’a pas de péché.

Mais Anne présentera l’enfant à ceux qui attendaient le « rachat » de Jérusalem (2,38), c’est-à-dire la délivrance du peuple d’Israël de l’esclavage du péché, comme autrefois où Dieu a délivré le peuple hébreu de l’esclavage d’Egypte. Jésus, qui ne peut pas être racheté parce qu’il n’a pas de péché, devient le racheteur de son peuple. Il va prendre sur Lui les fautes de son peuple (P.56 – Michel Hubaut : « Grâce et Miséricorde »

Syméon est un « juste », c’est-à-dire une personne dont l’âme est en accord avec Dieu, ses actions plaisent à Dieu, son attitude plaît à Dieu, c’est un « juste », ajusté sur la volonté de Dieu.  Le terme « Esprit Saint » est cité en trois fois et appliqué à Syméon : « L’Esprit Saint » reposait sur Syméon, il est averti par l’Esprit Saint qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur, et il est poussé par l’Esprit Saint. C’est véritablement un homme de Dieu. Servir Dieu est pour lui quelque chose de naturel, il le fait quasiment sans effort, sans obligation, il ne vit que pour Dieu et c’est sa vie que de servir Dieu.  Un homme aussi rempli de l’Esprit Saint ne peut que vivre en paix, il ne connaît pas de stress. Ainsi seront aussi tous ceux qui seront unis au Christ de façon authentique et sincère. C’est pour cela qu’après avoir pris l’enfant Jésus dans ses bras et l’avoir béni, il réalise que la parole de Dieu a été accomplie (« Il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur »), il dit alors : « Maintenant, Souverain Maître, tu peux, selon ta parole, laisser ton serviteur s’en aller en paix, car mes yeux ont vu ton salut ».

Jésus est le salut des hommes, de tous les hommes, même des païens, des athées, de tous ceux qui n’aiment pas Dieu et qui le rejettent aujourd’hui. Jésus est la lumière des Nations, c’est-à-dire des nations païennes (v.32) tout en étant la gloire du peuple Israël. L’appel des païens ne supprime pas le fait que le peuple juif soit toujours le peuple choisi de Dieu. Mais parce que la Miséricorde de Dieu est infinie, Jésus devient le Sauveur de l’humanité entière. Et Syméon devient, après Marie et Joseph, le premier croyant en Jésus Sauveur. Et la paix qu’il a n’étonne personne car la paix, nous dit Padre Pio, est signe de la présence de Dieu. Et tous ceux qui s’unissent au Christ auront la même paix. Une paix durable. Et rien ne viendra troubler cette paix de Dieu. La paix désigne, dans la Bible, plénitude de vie, salutoffert par Dieu, et non pas une simple tranquillité psychologique pouvant être obtenu par une sorte de relaxation ou une forme de yoga. L’étonnement de Marie et de Joseph montrent qu’ils ne connaissent pas encore bien leur fils, mais leur foi grandira tout au long de leur vie.

Syméon s’adressant à Marie lui prédit que son fils sera « signe de contradiction ». Jésus, messager de paix désirant l’union des peuples, va apporter la division. Lui, le Sauveur, va provoquer la chute d’un grand nombre. Lui, qui est la Vie, connaîtra la mort. Lui, qui est Amour connaîtra la haine des hommes. Lui, le tout-Puissant, deviendra comme un agneau qu’on mène à l’abattoir. Si Jésus est « signe de contradiction », jamais il ne devient une contrainte, jamais il ne s’impose à l’homme qui garde la liberté de Le suivre ou non. C’est à chacun de faire librement son choix. Et c’est ce choix libre du fidèle disciple de Dieu qui fait aussi la grandeur de Dieu. Bien que « signe de contradiction », ce que nous apporte le Christ est bien plus grand que tout : sa miséricorde est infinie et un simple regret peut sauver l’homme pécheur; son amour est infinie et malgré le nombre d’infidélités des disciples, il continue de nous aimer, il nous rappelle sans cesse qu’Il nous aime ; son humilité est si grande qu’il s’est fait l’esclave de tous et il continue à vouloir être si petit que même un enfant peut le porter dans sa main alors qu’Il porte lui-même l’humanité entière ; la paix qu’il nous donne lorsque l’on est uni à Lui est telle que même en des temps difficiles le disciple de Dieu peut garder la paix et la foi dans son cœur ; la joie offerte est tellement profonde et durable que personne d’autre que soi-même ne peut s’en apercevoir, c’est cadeau de Dieu ; sa fidélité est immuable même vis-à-vis des personnes qui se rebellent contre Lui par le péché et Il leur reste fidèle et attend patiemment et dignement leur retour comme le père du fils prodigue. Il ne laisse jamais personne sur le bord de la route ; Il est le Sauveur envoyé par le Père et Il l’est jusqu’au bout : tant que les portes de l’enfer ne se referment pas sur une âme, celle-ci peut encore être sauvée comme nous l’a expliqué Gloria Polo ; sa patience aussi est à toute épreuve, car pendant toute la Passion du Christ, Jésus qui n’a jamais fauté, a su garder le silence et son calme alors qu’il avait toutes les raisons du monde pour se rebeller. Peut-être faut-il voir là un message du Seigneur pour éviter les disputes, les divisions, malgré les mésententes et calmer le jeu dangereux des colères qui sèment les divisions et les drames.

La présence du Christ dans nos foyers est indispensable. Le Christ est la Porte du Royaume de Dieu qui reste grande ouverte pour tous ceux qui le désirent. A nous de chercher le Royaume de Dieu tout en menant une vie de famille où personne ne cherchera à compliquer la vie des uns ou des autres, où l’unité, l’union, la paix, la fidélité, la joie, mais aussi et surtout la prière et les sacrements doivent régner en toute simplicité. 1 Tm 5,8 : « Si quelqu’un ne prend pas soin des siens, surtout de ceux qui vivent avec lui, il a renié la foi : il est pire qu’un infidèle ».Dieu doit garder la première place dans nos cœurs au sein même de nos familles. Sans présence du Christ, la famille risque de connaître toutes sortes d’épreuves insurmontables. Lorsque Dieu est absent dans une famille, les soucis peuvent prendre le pas sur l’harmonie de la famille et la moindre difficulté devient presque catastrophique, parce que toute notre pensée est centrée sur ces soucis et difficultés de façon disproportionnée. Lorsque Dieu est présent dans la famille, parce que les prières sont abondantes chez les parents ou chez l’un des deux, les problèmes restent les mêmes mais c’est la priorité de vos pensées qui changent tout : parce que Dieu est en vous, vous pouvez lui offrir vos difficultés, votre vision des choses peuvent changer à cause de cette paix que Dieu vous donne, à cause de la lumière qu’il vous apporte, à cause de l’amour qu’il a placé dans votre famille, à cause de la patience qu’il a mis en vous, à cause de cette fidélité, de cette humilité et de cette bonté qui vous portent à la ressemblance de Dieu…Et mine de rien, ce qui était urgent à régler ne l’est plus, ce qui était disproportionné dans votre esprit est réduit à presque rien. Vous évitez ainsi des disputes et des tracas inutiles et néfastes au sein de la famille. C’est pour cela que la fidélité à Dieu est importante à tous points de vue. La prophétesse Anne ne quittait pas le Temple, servant Dieu nuit et jour dans le jeûne et la prière, louant sans cesse le Seigneur et parlait de l’enfant Jésus à tous. Faire connaître le Christ est aussi la mission de tout chrétien. C’est sa manière à elle de s’unir sans cesse au Christ, c’est une forme de prière continuelle afin que le Christ soit toujours présent en elle. Ne jamais perdre le Christ de vue quelle que soit nos occupations ou nos activités. La Sainte famille devait certainement être en prière permanente, elle a malgré tout connu des difficultés, mais personne n’a été désespérée, personne ne s’est suicidée. On pourrait penser que le Christ, persécuté comme il l’était alors qu’il n’avait aucune faute, aurait pu se suicider comme le font certaines personnes qui se disent déshonorées, bafouées, incompris, en difficulté financière ou autre problème. Eh bien non ! Il a vécu sa vie comme Dieu le père l’a voulu en l’envoyant sur terre pour notre salut. Ainsi, le Christ, pendant sa Passion, aurait pu se rebeller, se suicider, ou se plaindre. Et que fait-il ? Eh bien, 1P2,23 nous dit : « lui qui, insulté, ne rendait pas l’insulte, souffrant ne menaçait pas, mais s’en remettait à Celui qui juge avec justice ». Le Christ, alors qu’il avait tout contre lui, il priait son Père en se remettant à Lui. La présence permanente de Dieu en nous nous permet d’agir à la manière du Christ dans les moments difficiles. Ce silence du Christ lors de sa Passion, au milieu des tempêtes venant des Scribes et des Pharisiens, de la foule, des soldats et du pouvoir politique (Pilate, Hérode) qui se sont moqués de lui, qui l’ont ridiculisé en public, il se peut que ce silence vertueux soit offert par le Christ à l’un des époux qui subit parfois ou souvent les tempêtes coléreuses de l’autre. Le plus grand aux yeux de Dieu c’est souvent le plus petit et le plus faible des deux. Et c’est cela qui souvent sauve le couple dans des situations difficiles, car cela évite les répliques d’insultes et qui pourraient rendre infernal la vie familiale. Demandons à Marie de prier pour que nous ayons, tous, une famille qui ait pour exemple la Sainte Famille.

                                                                                                 Claude Won Fah Hin

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top