La Transfiguration par Francis Cousin

Évangile selon Saint Matthieu 17, 1-9

 

« Fais-moi voir ton visage ! »

Cette demande qui s’adresse à Dieu, c’est le désir de tous ceux qui croient en Dieu, Père, Fils et Esprit Saint. Mais cela ne s’est réalisé du vivant des personnes que pour quelques uns, les mystiques qui se sont tellement approchés de Dieu que celui-ci leur est apparu.

Cette demande commence de manière connue avec Moïse dans la tente de la rencontre : « Je t’en prie, laisse-moi contempler ta gloire. » (Ex 33,18), reprise par les psaumes : « Combien de temps, [vas-tu] me cacher ton visage ? » (Ps12,2) ou encore : « J’ai demandé une chose au Seigneur, (…) habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie, pour admirer le Seigneur dans sa beauté… » (Ps 26,4).

Voir Dieu face à face !

Cela fait partie de notre espérance, dans la résurrection, de voir Dieu face à face « dans l’immense cortège de tous les saints. »

Cela a été rendu possible, un jour du temps, quand Dieu s’incarna dans le ventre de Marie. Beaucoup ont vu Jésus, Dieu fait homme, tout au long de sa vie ; mais pour la plupart, ils n’ont vu que l’homme Jésus, sans savoir, sans comprendre qui il était vraiment, qu’il était le Messie attendu, le Fils de Dieu. Et même parmi ceux qui croyaient que Jésus était le Messie, seul trois ont pu le voir « dans sa gloire » sur le mont Thabor : Pierre Jacques, et Jean.

Voir Jésus transfiguré devant eux, avec son visage de Fils de Dieu, dans la ’’nuée lumineuse’’, « Lumière né de la lumière » comme l’a défini le Concile de Nicée-Constantinople, épiphanie de Dieu.

Instant inoubliable marqué par la présence de deux grands visionnaires de l’Ancien Testament : Moïse et Elie. Et saint Pierre nous le rappelle dans la seconde lecture : « … pour avoir été les témoins oculaires de sa grandeur (…) ’’Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en lui j’ai toute ma joie’’. Cette voix venant du ciel, nous l’avons nous-mêmes entendue quand nous étions avec lui sur la montagne sainte. ».

Comme tout un chacun aimerait avoir la grâce de cette rencontre ! Ici même, sur terre.

Et c’est sans doute la recherche de beaucoup. Comme dit le chant : « Je cherche ton visage, le visage du Seigneur… »

Oui, mais comment ?

On ne peut pas voir le visage de Jésus. On n’en a pas de photo. A part le linceul de Turin.

Mais si on ne peut pas voir son visage ’’en vrai’’,  on peut se l’approprier en esprit dans sa manière d’être, de plusieurs manières :

– par la connaissance de l’Évangile, qui nous permet de nous approcher de qui est Jésus. Surtout en le lisant avec la méthode de la Lectio Dinina : lecture ; méditation ; prière ; contemplation ; ce qui conduit à l’action.

– par la perception du visage des ’’priants’’, dans leur sérénité, leur joie, dans la beauté de leurs yeux et de leur sourire. Ils sont visages de Dieu qu’ils ont rencontré et qui reflète sur eux. Ils sont (malheureusement) trop peu nombreux (ou ils vivent cachés), mais leur rencontre est inoubliable.

– dans le visage innocent d’un enfant.

Il nous arrive alors d’avoir une vague image de Dieu, bien imparfaite puisque humaine, souvent fugace (et nous aimerions, comme Pierre, qu’elle dure plus longtemps, voire tout le temps…).

Avec cet état d’esprit, on pourra trouver Dieu. Et là, il n’y a que deux endroits :

– au fond de notre cœur, à l’instar de saint Augustin

– dans le regard des autres humains, « à l’image et ressemblance de Dieu »

Mais ce ne sera qu’un avant-goût qui renforcera notre espérance de la résurrection.

En attendant, il nous faudra, comme les trois apôtres, ’’redescendre de la montagne’’ et vivre notre vie de Chrétiens, avec son lot de joies, mais aussi de difficultés et de peines. Il nous faudra passer par nos croix ; accepter de voir aussi le visage ensanglanté du Christ, abimé par nos propres péchés, notre imperfection, celle des autres, de l’Église, du monde ; accepter de voir son visage dans celui de tous les  laissés pour compte : SDF, migrants, malades, handicapés…

Mais nous savons qu’à la fin des temps, nous verrons le visage du Christ ressuscité, « assis à la droite du Père », et nous pourrons, avec ’’une foule immense’’, dire tous ensemble : « Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! » (Ap 7,11).

Seigneur Jésus,

nous voudrions tellement voir ton visage !

Et pourtant, il est là,

au milieu de nous,

dans notre cœur,

en chacun de ceux que nous rencontrons.

Aide-nous à te voir,

toi qui ne te cache pas.

 

Francis Cousin

Pour accéder à une prière illustrée, cliquer sur le titre suivant :

Prière Transfiguration A A6

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top