30ième Dimanche du Temps Ordinaire – par Francis COUSIN (Mc 10, 46-52)

« Bartimée. »

 Bartimée est un aveugle, de naissance … qui n’a jamais vu ! Il ne sait pas ce que c’est que ’’voir’’ … On a beau essayer de lui expliquer les formes, … les couleurs … Il ne peut pas savoir.

C’est un peu comme nous, quand on nous parle du Royaume des Cieux. On ne peut pas savoir … Jésus nous en parle beaucoup … on comprend de petites choses … mais on ne peut pas savoir.

Certains ont fait des Expériences de Mort Imminente (EMI), ce que le docteur Patrick Theillier, ancien responsable du Bureau des Constatations Médicales de Lourdes, préfère appeler des Expériences de Vie Imminente (EVI), et les ont racontées. Les expériences sont diverses, mais la plupart décrivent un lieu où on se sent bien et où règne l’amour. Mais on ne pourra savoir ce qu’il est que quand nous y serons … !

Bartimée, l’aveugle, « était assis au bord du chemin », c’est-à-dire à l’écart de la vie de tous les jours, à l’écart des autres,  et il mendiait …

Aveugle, mais pas sourd !

Il avait entendu parlé de Jésus de Nazareth, un grand prêcheur qui promet le Royaume de Dieu … pour ceux qui l’auront mérité … et qui accessoirement guéri des gens …

Quand ce jour-là, il entend le brouhaha d’une foule nombreuse, il demande ce qui se passe, et on lui dit que c’est Jésus de Nazareth qui passe avec ses disciples.

Alors il s’écrit : « Fils de David, Jésus, prends pitié de moi ! ».

On veut le faire taire. C’est vrai, quoi ! C’est pas un petit mendiant aveugle, assis sur le bord de la route, qui va nous empêcher d’écouter Jésus !

C’est vrai, quoi !

Réaction bien humaine ! … mais loin de l’amour de Dieu pour les petits …

Et c’est encore vrai maintenant !

N’avons-nous pas tendance à ne pas tenir compte des petits, de ceux desquels on passe à côté sans se rendre compte qu’ils existent ! Et il y en a un paquet ! Que peuvent-ils dire d’intéressant ?

Et pourtant, Bartimée, l’aveugle, lui a bien vu qui était Jésus : « Fils de David … »

Il voyait mieux que les autres ! Il voyait avec le cœur !

A l’heure où va commencer la réflexion sur « une Église synodale », gardons cela à l’esprit !

Laissons la parole, et écoutons ceux qui nous semble ne pas y connaître grand-chose ! Nous serons sans doute surpris de la profondeur de leur réflexion, ou des sujets qu’ils abordent qui peuvent nous sembler inintéressants, … et même si ce n’est pas toujours bien formulé …

« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. » (Mt 11,25)

Tous ont le droit de s’exprimer !

Bartimée insiste. Il crie plus fort : « Fils de David, Jésus, prends pitié de moi ! ».

Jésus l’entend … il s’intéresse particulièrement à ceux qui sont « au bord du chemin ».

« Appelez-le. »

Le maître a parlé ! … Tous ceux qui voulaient faire taire Bartimée sont maintenant à l’encourager : « Vite ! le Seigneur t’appelle ! ».

Bartimée ne se le fait pas dire deux fois ! Il jette son manteau, sans doute son bien le plus précieux, sa carapace de mendiant … et il court vers Jésus !

Aveugle, mais avec l’ouïe affinée … il sait où se trouve Jésus, à quelle distance …

L’appel de Jésus établit une connivence entre eux …

« Que veux-tu ? »

« Voir. »

« Va, ta foi t’a sauvé ! ». Il est sauvé avant de voir clair ! « Tu es tiré d’un danger dans lequel tu aurais pu sombrer et périr. » … Tiré de l’enfer … « Tu as cru en moi comme étant le Messie ! »

Bartimée est sauvé … il voit … et devient disciple : « Il suivait Jésus sur le chemin ». Le chemin qui mène Jésus à Jérusalem, à sa Passion et sa mort, mais surtout à sa résurrection !

Bartimée va voir Jésus tel qu’il était … avant son incarnation, quand il était encore auprès du Père, dans le Royaume de Cieux … « Ta foi t’a sauvé ! ».

On peut se poser la question : « Qui étaient les aveugles à la sortie de Jéricho ? »

Bartimée … ou les disciples qui suivaient Jésus ? (ou certains d’entre eux …).

On pourrait peut-être dire pour eux ce que Jésus disait aux pharisiens : « Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché ; mais du moment que vous dites : “Nous voyons !”, votre péché demeure. » (Jn 9,41).

Et nous, ne sommes-nous pas un peu aveugles, ou malvoyants … qui ne voyons pas ceux qui sont « au bord du chemin » ? Qui ne comprenons pas la bonté de Dieu envers les petits … ou ceux que nous voyons petits … mais qui sont peut-être plus grands que nous ?

Seigneur Jésus,

l’épisode de Bartimée nous invite

à nous poser des questions :

Qui est au bord du chemin ?

Qu’ai-je fait pour lui ?

Pourquoi je ne m’intéresse pas à lui ?

Pourquoi je ne l’écoute pas ?

Apprend-moi à voir en eux

le prochain dont je dois m’approcher,

à voir en eux ta présence.

 

                                     Francis Cousin

 

 

Pour accéder à la prière illustrée, cliquer sur le lien suivant :

Image dim ord B 30°

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top