Rencontre autour de l’Evangile – 20ème dimanche du Temps Ordinaire

” Celui qui mange ma chair et boit mon sang
a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.”

 

TA PAROLE SOUS NOS YEUX

(Jn 6, 51-58)

Nous continuons à méditer le discours sur le pain de vie : après avoir affirmé qu’il est descendu du ciel, Jésus annonce que sa chair est la vraie nourriture et son sang la vraie boisson. Les gens qui l’entendent sont de plus en plus choqués. 

Remarque

La méthode proposée pour le partage est un peu différente : il s’agit d’une contemplation de Jésus. C’est pourquoi nous sommes invités à fixer notre attention d’abord sur lui (ce qu’il fait, ce qu’il dit…) afin d’entrer dans ses pensées, son intention, selon le projet de l’évangéliste qui a écrit pour évangéliser catéchiser les lecteurs.

 

Regardons – réfléchissons – méditons 

Regardons Jésus et écoutons-le

Cet homme-là : Mettons-nous à la place des juifs qui voient Jésus. 

Sa chair à manger : Pouvaient-ils comprendre autre chose que le geste matériel de manger la chair ?

Amen, amen : Malgré le réalisme cru des mots, qui choque ses auditeurs, Jésus engage toute son autorité dans ce qu’il dit. Et même, le mot hébreu que l’on traduit par «manger» veut dire «croquer».

C’est dire l’importance de la révélation faite par Jésus : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle,

et moi je le ressusciterai …ma chair, vraie nourriture ; mon sang, vraie boisson». Ces paroles doivent, sinon nous choquer, du moins nous étonner et même nous déranger ! Peut-être sommes-nous trop habitués à les entendre…

Comme si c’était quelque chose de normal, voire de banal ! 

Demeurer en Jésus :  Jésus en parlera longuement dans l’image de « la vigne » (Jn15).

« Moi je vis par le Père, celui qui me mange vivra par moi ». Avec saint Paul, le chrétien qui se nourrit de Jésus, peut dire : « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi. »

A plusieurs reprises durant la célébration de la messe, nous sommes provoqués à un acte de foi : Cherchons-les ensemble.

 

 

Pour l’animateur

Les auditeurs de Jésus ne pouvaient pas comprendre Jésus », il leur demandait simplement de lui faire confiance ; tout comme la Samaritaine qui ne comprenait pas lorsque Jésus lui parlait de l’eau qui serait une source jaillissante pour la vie éternelle. 

Et nous ? Quelle est notre foi ? 

A chaque eucharistie, après la consécration, le célébrant annonce « Il est grand le mystère de la foi » Et que répondons-nous ? 

Avant la communion, notre foi est encore interpellée : « Voici l’agneau de Dieu ». Au moment de la communion, chacun est encore invité à un acte de foi personnel, quand celui qui présente l’hostie dit : « Le Corps du Christ. » 

L’Eucharistie, corps et sang, communique aux croyants les deux dons que chacun désire, plus ou moins consciemment : l’assurance de vivre éternellement et d’être en permanence uni à Dieu.

 

 

TA PAROLE DANS NOS CŒURS

Seigneur Jésus, donne-nous de te faire totalement confiance. Certes, nous avons compris que ton Corps et ton Sang, c’est sous la forme du pain et du vin consacrés, qu’ils sont pour nous nourriture et boisson. Mais c’est toujours un grand acte de foi en Toi et en ta Parole que tu nous demandes, pour croire sans hésiter que le Pain c’est toi, en ton corps ressuscité, et que le vin, c’est Toi en ton sang versé et glorifié. Fais grandir en nous la foi.

 

 TA PAROLE DANS NOTRE VIE

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui. »

Est-ce bien comme cela que nous comprenons notre démarche de communion ?

Quel poids donnons-nous à notre ‘Amen’ quand on nous présente l’hostie à la communion ?

Quelle dignité donnons-nous à notre démarche quand nous allons communier : la façon de nous habiller, de nous déplacer, de tendre les mains, de manger le pain consacré (c’est en tout cela que nous exprimons notre foi en la présence de Christ ) … ?

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang, a la vie éternelle, et moi je le ressusciterai au dernier jour. »

Est-ce que ma foi en la résurrection des morts, en ma propre résurrection est bien ancrée en moi du fait que je communie au Corps du Christ ?

 

Ensemble prions

Faire méditer (méditation en écho) dans le groupe le chapitre 15 : La Vigne. Insister sur le mot «demeurer», en soulignant que les paroles du Christ se réalisent au plus haut point quand nous mangeons le Pain qui est son Corps ressuscité. En lui, grâce à l’Esprit (sève de vie divine) nous sommes tous unis en une seule Vigne, l’Église. L’Eucharistie «fait» l’Église. L’Église est «communion» des fidèles dans le Christ.

 

Pain donné pour notre vie,

Corps et sang de Jésus Christ,

Pain de Dieu pour les pécheurs

Fais grandir l’amour dans nos cœurs. 

 Dans le désert tu as nourri l’affamé,

Voici la manne de ton peuple en chemin,

Le pain du ciel reçu des mains du Père.

 Nous le croyons, tu es le pain de vie

Louange à toi, qui nous relèves !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top