1er Dimanche de Carême – par Francis COUSIN (St Matthieu 4, 1-11)

 « Alors le diable le quitte. »

 

Oh ! comme nous aimerions qu’il en soit de même pour nous !

Pèche, colère, emportement, rixe, mensonge, fausseté …, « en pensée, en parole, par action et par omission », oui, vraiment, nous sommes pécheurs, et plus souvent qu’on ne le voudrait.

La plupart du temps, on le regrette aussitôt, mais parfois le mal est fait, … et il est bien difficile de revenir à l’état antérieur d’unité, de respect de l’autre, d’amour, envers Dieu et envers les autres …

Mais si le diable a quitté Jésus, au bout des quarante jours que celui-ci a passé dans le désert, en communion avec son Père, avant même qu’il n’entame sa vie publique, il n’en n’a pas pour autant fini avec lui … et il n’aura de cesse d’attiser la haine dans le cœur des ’’bons juifs’’, les docteurs de la loi, les scribes, les pharisiens … pour contrer Jésus, essayer de le déstabiliser, … et enfin en les décidant à mettre Jésus à mort.

Et pendant la Passion, Il se vengea en instrumentalisant Judas : « Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui. » (Jn 13,27), le sanhédrin, des faux témoins, même Pierre qui renie Jésus … et jusqu’à Jésus dans l’esprit duquel il « met le trouble » pour l’empêcher d’aller jusqu’au bout de sa mission : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! » (Mt 26,39a), ou encore : « Que vais-je dire ? “Père, sauve-moi de cette heure” ? » (Jn 12,27a).

Mais la tentation de Jésus n’est que fugace, et il n’entre pas en elle, et vite il se reprend : « Cependant, non pas comme moi, je veux, mais comme toi, tu veux. » (Mt 26,39b) et « Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! » (Jn 12,27b).

Cela n’a pas eu d’influence sur Jésus parce qu’à chaque fois, il s’en remet à son Père et à sa mission. Il n’empêche que Jésus a connu la tentation, comme nous, et de ce fait, il peut compatir à nos faiblesses : « En effet, nous n’avons pas un grand prêtre incapable de compatir à nos faiblesses, mais un grand prêtre éprouvé en toutes choses, à notre ressemblance, excepté le péché. » (He 4,15). C’est la relation constante avec son Père, l’unité entre lui et son Père, qui permet à Jésus de déjouer les désirs du Démon ; c’est son obéissance à son Père qui lui donne raison : « De même que par la désobéissance d’un seul être humain la multitude a été rendue pécheresse, de même par l’obéissance d’un seul la multitude sera-t-elle rendue juste. » (deuxième lecture).

Il en était de même lors de la tentation au désert.

« Si tu es le Fils de Dieu … »

La tactique préférée du Malin est de mettre le doute dans l’esprit des gens. Et il en fait de même avec Jésus. Or le Père venait juste de dire à Jésus, juste avant qu’il entre au désert, à l’issu de son baptême : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie. » (Mt 3,17), et tous ceux qui étaient là l’avait entendu.

Mais Jésus reprend le Malin en utilisant une phrase de la Torah, mettant par là-même toute son action dans la ligne définie par Dieu à travers la Loi.

Au début de ce carême qui nous mène vers Pâques, prenons conscience des tentations qui sont mises devant nous, et pour certaines desquelles nous ne pensons même pas que ce sont des tentations. Mais chacune peut être assimilée à l’une de celles qu’a subi Jésus :

– La tentation de notre bien-être personnel. Nécessaire, mais qui peut aussi amener à de la suffisance envers les autres, à l’égoïsme …

– La tentation de la richesse, du pouvoir … qui concerne tout le monde, et pas seulement ceux qu’on appelle les ’’grands de ce monde’’. On la trouve dans les couples, dans nos familles, dans les paroisses, dans nos quartiers, dans notre vie sociale, politique, ou économique …

– la tentation de vouloir être comme des dieux (première lecture), qui existe encore, qui est peut-être plus sournoise. Notamment avec le développement des connaissances et les avancées de la science, avec tous les problèmes liés à la dignité de l’homme : eugénisme, euthanasie, réalité augmentée, PMA, GPA … mais pas seulement … quand on demande à Dieu de faire nos volontés.

Les tentations existent pour tous. Et d’un sens, heureusement, car elles nous permettent de réfléchir sur ce que nous devons faire, d’avancer … dans un sens ou dans l’autre, en souhaitant que ce soit dans le sens de la dignité, de l’amour ’’vrai’’ des autres et non pas égoïste.

C’est ce que nous dit saint Jacques : « Considérez comme une joie extrême, mes frères, de buter sur toute sorte d’épreuves (de tentations). Vous le savez, une telle vérification de votre foi produit l’endurance, et l’endurance doit s’accompagner d’une action parfaite, pour que vous soyez parfaits et intègres, sans que rien ne vous manque. » (Jc ,1,2-4), ou encore saint Antoine, le père des moines : « Supprimez les tentations, et personne ne sera sauvé. ». En effet, alors il n’y aurait plus de remise en causes de nos actions, d’adhésion réelle à l’enseignement du Christ, de désir de vouloir être sauvé.

Alors, quand vous ressentez une tentation devant vous, un seul remède, se mettre en face de Dieu et le prier de nous aider, « prenez l’humilité comme tenue de service. En effet, Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce. Abaissez-vous donc sous la main puissante de Dieu, pour qu’il vous élève en temps voulu. Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, puisqu’il prend soin de vous. Soyez sobres, veillez : votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer. Résistez-lui avec la force de la foi, car vous savez que tous vos frères, de par le monde, sont en butte aux mêmes souffrances. » (1P 5,5-9).

La prière est la seule solution. D’ailleurs Jésus le disait à ses apôtres : « Priez pour ne pas entrer en tentation. » (Lc 22,40.46).

Seigneur Jésus,

Tu as été tenté par le Démon,

mais tu n’as jamais succombé

parce que tu étais toujours en lien

avec ton Père qui te soutenait.

Fais qu’à chaque fois que nous sommes tentés

 nous ayons le réflexe de nous mettre

 en relation avec ton Père,

qui saura bien nous aider.

 

Francis Cousin

 

  

 Pour accéder à la prière illustrée, cliquer sur le titre suivant :

Prière dim carême A 1°

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Question antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Top